Menu
Search
Mardi 27 Février 2024
S'abonner
close
Mardi 27 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Société

Ce que l'on sait sur le scandale de fuite de photos et vidéos privées sur la toile

Ces derniers jours, la toile est sous le choc après l'éclatement d'un scandale de fuite de photos et de vidéos, notamment de filles marocaines, diffusées sur les réseaux sociaux et sur des applications de messagerie. Parmi celles-ci, certaines étaient des clichés intimes, exposant ainsi des individus à une violation de leur vie privée.

No Image
Depuis quelques jours, des centaines d'images intimes classées par dossiers nominatifs circulent parmi les internautes. Pour en savoir plus sur cette affaire qui impliquerait de nombreuses filles marocaines, nous avons contacté Amine Raghib, spécialiste du numérique et de la cybersécurité, qui nous a fait part de sa consternation face à cette "situation alarmante". Il raconte avoir été contacté par une jeune femme en détresse après la découverte de ses propres photos, initialement prises sur Snapchat pour usage privé, mais désormais diffusées à travers divers groupes sur les réseaux sociaux, ainsi que sur des plateformes de messagerie telles que Telegram.

Raghib a indiqué avoir identifié deux liens qui hébergeaient un grand nombre de contenus à caractère sexuel, comprenant notamment des photos compromettantes et vidéos de Snapchat, des packs de photos vendus sur des sites pornographiques, ainsi que des enregistrements de caméras de surveillance installées dans des appartements de location journalière.

"Ce qui m’a particulièrement surpris, a indiqué Raghib, c'est que ces liens étaient organisés et classés par ordre alphabétique et contenaient des images et des vidéos de femmes. Mais si certains de ces dossiers sont expressément mis en vente par les concernées, d'autres sont des victimes de piratage de leurs comptes". Il a, ensuite, constaté que ces liens ont été retirés deux heures à peine après un live qu'il avait fait pour mettre en garde contre cette fuite de photos. Selon lui, les responsables de cette fuite, qu'il pense être des marocains, ont réagi à son alerte en supprimant ces liens. Et de noter que de nouveaux liens sont actuellement en circulation avec un contenu moins volumineux mais tout aussi choquant.

Ce scandale des fuites de photos a non seulement provoqué une onde de choc au sein des internautes, mais soulève également des questions sur la protection de la vie privée et la sécurité numérique.

Diffusion des photos sans consentement : Que dit la loi ?

Face à ce scandale, un avocat du barreau de Casablanca a précisé que « les victimes peuvent déposer une plainte chez le procureur du Roi pour diffamation ». Cette plainte s'inscrit dans le cadre des dispositions de l’article 447-2 du Code pénal qui punit la diffamation et la diffusion ou la distribution d'informations relatives à la vie privée des gens sans leur consentement, a-t-il expliqué, notant que les plaintes permettront d'ouvrir une enquête pour élucider les tenants et les aboutissants de cette affaire. Cependant, un défi majeur se présente, a-t-il poursuivi, car « la plainte est, normalement, dirigée contre une personne ou un groupe inconnu, ou contre le compte où les images ont été découvertes et il sera difficile de savoir qui est derrière ces comptes, comme ce fut le cas de l'affaire de Hamza Mon bb ».

A ce jour, on ne sait pas si l'une des victimes a effectivement déposé une plainte à ce sujet pour permettre de mener l'enquête sur les tenants et aboutissants de cette affaire.