Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Société

Spoliation immobilière : Interpellation de 21 individus dans plusieurs villes

Interpellation de 21 individus présumés impliqués dans un réseau de falsification de documents pour s'approprier des biens immobiliers.

No Image
Les éléments de Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) ont procédé, sur la base de renseignements précis fournis par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à l’interpellation de 21 personnes, dont des Adouls, un conseiller communal, des fonctionnaires et des employés communaux, pour leurs liens présumés avec un réseau criminel s’activant dans la falsification de documents officiels et coutumiers, en vue de s’approprier des biens immobiliers privés et publics, ainsi que dans l’usurpation d'une fonction réglementée par la loi, afin d'escroquer des personnes souhaitant émigrer à l’étranger.



Selon une source sécuritaire, les suspects ont été interpellés dans des opérations simultanées menées dans les villes de Béni Mellal, Ouarzazate, Azrou, Tinghir, Aïn Taoujtat et Imouzzer, après que les investigations ont révélé des soupçons sur leur implication, en connivence et de manière délibérée, dans la falsification de titres de propriété adoulaires, et sollicitant l'aide à de faux témoins, en vue de s’approprier des biens immobiliers relevant du domaine public ou appartenant à des particuliers, notamment des étrangers.

Les investigations sur le terrain ont également montré que certains détenus ont escroqué des personnes souhaitant émigrer à l'étranger, en leur subtilisant différentes sommes d’argent en échange de promesses fictives de délivrance de visas et de contrats de travail à l'étranger, a ajouté la même source.

Et de souligner que les perquisitions effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis la saisie de faux titres de propriété, des contrats de travail et des visas, ainsi que des supports électroniques de stockage et du matériel informatique utilisés dans la falsification. Il s’agit aussi de récépissés de transferts d’argent suspectés provenir des revenus de ces actes criminels, a-t-on expliqué de même source.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête, menée sous la supervision du parquet compétent, en vue d'identifier les ramifications éventuelles de cette entreprise criminelle, de dévoiler tous les actes criminels imputés aux individus interpellés et d'arrêter les autres personnes impliquées ou ayant des liens avec ce réseau criminel, conclut-on.