Menu
Search
Vendredi 14 Juin 2024
S'abonner
close
Vendredi 14 Juin 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

Maroc-Congo : Malgré les erreurs face à la Zambie, Regragui confiant... voici pourquoi

En proie aux critiques depuis la dernière Coupe d’Afrique des Nations, notamment au sujet de l’incapacité des Lions de l’Atlas à traduire leur supériorité malgré la présence d’une constellation de stars, Walid Regragui a assuré, lundi, qu’il faisait entièrement confiance à ses joueurs.

Ph : Saouri
Ph : Saouri
Alors qu’ils menaient 2-0 face à la Zambie et semblaient filer droit vers une victoire confortable, vendredi dernier à Agadir, les Lions de l’Atlas ont encaissé un but qui a failli faire mouche. Sur une contre-attaque très rapide, Nayef Aguerd et Romain Saïss n’ont pas pu suivre le rythme d’Edward Chilufya, qui a également trompé Bounou avec le moindre effort. Lundi à la veille du duel face au Congo, Walid Regragui n’a pas lâché ses défenseurs et a souligné qu’ils avaient globalement réussi leur mission, à l’exception de l’action du but : “Je n’ai pas trouvé que la charnière centrale a été mise en difficulté. Sur le but il y avait une petite mésentente avec les défenseurs et le gardien, également fautif. Ils ont été très costauds jusqu’à la 80e minute... Le changement n’est pas inévitable mais pour le moment je suis satisfait de mes défenseurs”. Le coach a ensuite expliqué que l’équipe a été victime de relâchement après le 2e but, un piège qu’il faudra éviter à l’avenir : “Mardi, on doit voir une évolution sur le plan du pressing, sur le plan du jeu. C’est ce qui compte vraiment et j’espère qu’on y parviendra. On a commis quelques erreurs face à la Zambie, mais ça n’affecte en rien ma confiance en mes joueurs. Quand on a marqué le deuxième but, on a un peu baissé les bras et on a eu un excès de confiance. C’est une erreur qu’il faudra éviter à l’avenir et rester concentrés, ne rien laisser à l'adversaire".

Regragui : “Quand il y a de la frustration, on ne peut pas la contrôler facilement”

Le technicien national s’est également penché sur l’incident majeur de vendredi dernier à Agadir, la colère manifestée par Ziyech et En-Nesyri au moment de quitter la pelouse pour changement : “Quand il y a de la frustration, on ne peut pas la contrôler facilement. Ils étaient peut-être en colère contre eux-même ou contre un aspect particulier du match. J’admet que cela ne donne pas une belle image et ils en sont conscients. On en a parlé et ça a été réglé. Après en tant que coach, je sais qu’ils veulent rester sur la pelouse, qu’ils veulent tout donner pour cette équipe. Pour En-Nesyri, c’est quelqu’un de très bien éduqué. Il a peut-être été dans l’excès avec ce jet de bouteille, il s’est d’ailleurs excusé pour ça... Hakim, vous le connaissez, il aime toujours jouer et donne le maximum à l’équipe...”. Le coach a, dans ce sens, lancé un appel aux journalistes présents dans la salle de conférence d’Agadir : “ Ce que je vous demande dans ces circonstances, c’est d’éviter de propager des rumeurs du genre : Ziyech a quitté le camp de la sélection. C’est ce genre de propos qui attisent la colère et les doutes”. Walid Regragui a assuré que ce problème a été oublié “dès la matinée suivante”.

Pour Regragui, les supporters n’ont jamais perdu confiance en l’équipe nationale

“Je crois qu’il y a des travaux près du stade mais cela n’a pas empêché les supporters à se déplacer massivement. Je crois que les supporters nous portent toujours dans leurs cœurs. Je crois qu’il sont toujours fiers de cette équipe. Ils n’entendent plus parler de conflits dans le vestiaire, il n’entendent plus que Ziyech a quitté la sélection après une altercation ... Je crois qu’on est sur la bonne voie et qu’on peut toujours compter sur le soutien de ces supporters.” a déclaré le sélectionneur national. Pour le demi-finaliste de la dernière Coupe du Monde, réussir de larges victoires n’avait pas épargné la sélection par le passé, avec des éliminations en CAN et l’incapacité à atteindre le Mondial malgré les belles prestations : “Je suis coach de cette sélection. J’ai été entraîneur adjoint aussi, joueur et supporter avant tout. On a tous vu des équipes du Maroc qui réussissait des scores fleuves et qui dominaient outrageusement, mais ont-elles toutes réussi à se qualifier à chaque fois en Coupes d’Afrique ou en Coupe du Monde ? je ne crois pas. Je le répète toujours, il faut trouver le bon équilibre et il faut du temps pour que ça s’installe”.

Benseghir a apporté de l’équilibre et de l’imprévisibilité à l’attaque marocaine

Du haut de ses 19 ans, Eliesse Benseghir a réussi à s’imposer à l’AS Monaco, mais aussi en sélection nationale du Maroc où il bénéficie de l’entière confiance de Walid Regragui. Titularisé en mars dernier face à l’Angola et à la Mauritanie, le jeune ailier a encore démarré face à la Zambie vendredi dernier. Le joueur a débloqué son compteur de buts à Agadir, en marquant pour la première fois sous les couleurs du Maroc suite à une passe de Brahim Diaz. En plus de son but décisif, Benseghir a apporté beaucoup de fraîcheur sur le couloir gauche et a bien combiné avec Attiat Allah, ne perdant que très peu de ballons. Avant le duel face au Congo, le sélectionneur national a salué la prestation de son nouvel attaquant, appelé à assumer davantage de responsabilités à l’avenir. “C’est déjà un point positif que vous ayez fait attention à l’éclosion de ce talent. On a bataillé pour le faire venir, même s’il était prédisposé à le faire. Ça reste un point très positif qu’il nous ait rejoint. Il nous permet d’avoir un bon équilibre sur les deux flancs de l’attaque. Il est vrai que le couloir droit était plus sollicité, avec Ziyech, Ounahi et Hakimi, mais Benseghir nous a donné cet équilibre qui nous permet d’être moins prévisibles. Les équipes qui nous affrontaient en étaient conscientes et ça nous posait quelques problèmes, mais l’arrivée d’Eliesse a donné cette fraîcheur au couloir gauche. Il y a aussi cette belle entente avec Yahya Attiat Allah et on peut désormais diversifier nos attaques. Je pense qu’il ne peut que se développer dans le futur et c’est un jeune talent promis à un bel avenir. Espérons qu’on en profitera au maximum.” A confié Regragui au stade Adrar d’Agadir. Abdessamad Ezzelzouli et Sofiane Boufal devront considérablement hisser leur niveau s’ils espèrent arracher du temps de jeu en sélection, en présence d’un feu-follet qui ne cesse de monter en puissance et qui affiche une grande marge de progression.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.