Matin TV

L'Info en Face avec Jaâfar Heïkel


Start : 0
Circulation incontrôlable du virus, prise en charge des malades, coût des soins, capacité d’accueil des hôpitaux et cliniques, … Une analyse 360° de la situation au Maroc et à Casablanca en particulier avec Jaâfar Heïkel, épidémiologiste, professeur de Médecine préventive et spécialiste des maladies infectieuses. Beaucoup d’interrogations qui tourmentent les citoyens et auxquelles L’Info en Face tente d’apporter des éclairages avec les experts de la santé. Le grand format de ce lundi à suivre dès 19h30.

Transcription automatique :

Spécialiste des maladies infectieuses et docteur en économie de santé donc on va passer en particulier aujourd'hui, c'est on est ensemble pour 90 minutes un plaisir. Merci à vous. En tout cas de m'avoir accepté mon invitation le paysage sanitaire aujourd'hui pandémic quel est-il gros focus sur Casablanca 40 % des cas 70 pourcents des admissions arrêt à savoir non plus aussi sur Casa. La question est président de la prise en charge également sanitaire hospitalier, qu'est-ce qu'il faut faire aller vers qui consulter qui se faire se faire dépister est-ce que le scanner est obligatoire handball, on est sur le traitement parcours de soins le traitement aussi qu'est-ce qu'on doit prendre ne pas prendre et on finira par le vaccin anti anti covit qui est en terme de projection. En tout cas, je te laisse pas la seule solution a priori en tout cas pour nous pour pour le Maroc et pour tous les pays de tous les pays dans le monde même beau programme programme avec plaisir entrées plats desserts pause café. Professeur Jean fallait qu'elle sur la le paysage aujourd'hui national pandemic, on voit que le frenchy des paliers en permanence d'être venu pour la dernière, c'est un début septembre les kassos démultiplie, est-ce qu'il faut être inquiet écouter je pense qu'il faut être extrêmement vigilant et oui il faut être extrêmement prudent mais toujours pas je suis partisan de la prudence de la surveillance de la vigilance mais non pas de la psychose les cas, ce sont des billets de façon importante après le des compliments et de façon crescendo, c'est pour ça que on en parlera tout à l'heure, c'est pour ça que chez nous on va pas parler de vraiment de deuxième vague parce que nous la première vague est toujours encore donc en pleine progression en deuxième voire une troisième vague et on parle pas de vaccin alors que nous on parle d'une toujours une première vague et on part les vaccins et ça veut dire que non j'espère que nous aurons le vaccin, je pense que le Maroc a très bien fait de rentrer dans la phase 3 2 Baisser vaccinal chez nous ce qui s'est passé c'est qu'après le des compliments après le des compliments pour beaucoup de raisons. Donc on pourra aborder dans cette émission est bien la dynamique épidémique a totalement changé, c'est pire que ce qui a changé c'est sûr tout le monde de l'accident qui se multiplier de façon extrêmement importante avec un virus qui circule beaucoup plus vite avec une rapidité qui a diffusé part donc dans dans dans la population est particulièrement en juillet-août et maintenant avec une accélération, c'est comme si vous aviez différentes phase d'accélération donc du virus simplement parce que encore une fois les mesures barrière n'ont pas été respecté de façon optimale, c'est-à-dire que les personnes même les personnes qui étaient asymptomatique symptômes. Non pas faciliter la tâche aux autorités qui ont tout fait pour essayer donc de préconiser les mesures barrière pour bloquer au frais mais en tout cas cette épidémie et bien les gens qui fait. Asymptomatique, on peut symptomatique et sans le sais maintenant ce sont des transmetteur important et bien on transmis à à à d'autres personnes. On va en parler donc c'est pour vous c'est ça qui est la principale raison l'apprécie cause de la recrudescence des cours l'abri. Du coup, il y a reconnaissance des cas ou si oui tout à fait mais il y a aussi il faut bien comprendre dans toute dynamique épidémique quand vous imposer une population à certain nombre de règle, c'est comme une courbe de Gauss à partir d'un moment, on est fatigué. On respecte-moi par toi, on a beau être dans tous les pays qui sont anglo-saxon la Suisse la Norvège le Danemark à partir d'un moment, il y a une courbe de Gauss. On est fatigué donc des mesures et on a vu un peu partout deuxième phénomène qu'on observe partout dans le monde et particulièrement chez nous au Maroc, c'est que nous avions au départ des cas qui était pris en charge en 2448 heure, tu arrivais dès le départ ou dépistage. Aujourd'hui, nous observons les cas arriver entre 8 et 10 jours après le premier symptôme, qu'est-ce que ça veut dire la Chine ça veut dire que ces gens-là étaient des transmetteur potentiel et on continue à transmettre pendant toute cette face avant d'être en capacité de les identifier et donc du coup de l'Etraz sais pas qu'est-ce qui s'est passé aujourd'hui. On a tellement entre guillemets, c'est tellement maintenant rentrer dans les mœurs la covid-19 qu'une personne qui a un peu de fièvre qui a un peu mal à la tête qui a quelques perturbations digestif. Je vous rappelle que la diarrhée et un signe important dans le cadre de la covit de nos 19 beaucoup de gens et on fait de l'eau de la piscine qui peut surveiller en matière de covid-19. On dort bien sûr des intoxication alimentaire que tout le monde peut avoir mais dans le cas de la 19 en même temps qu'on peut avoir une perte du goût de l'eau dorable on Souvent également donc une diarrhée comme symptôme donc de la covid-19 et bien les chansons de l'automédication, les gens vont prendre un certain temps donc de médicaments et on les voit arriver en retard mais pendant ce temps-là pendant 5 6 7 8 jours dans les Kalisa vient certainement de symptômes et il faisait de l'automédication et bien ils ont continué à transmettre à d'autres personnes que la transmission et maximale au moment également, on a des symptômes, c'est-à-dire dans la dans ces cas-là transmission même deux jours avant le diagnostic avant les symptômes qui apparaissent mais on sait que plus nous avons des symptômes plus nous sommes encore de façon plus précisément quand est-ce qu'on a été infecté par le j'ai commencé à avoir mal à la tête et avoir une fièvre il y a 6,7 jours, j'avais des courbatures. Mais bon, j'ai pris tel ou tel médicament, j'ai pris tel ou tel antipyrétique mais pendant ce temps-là, ils ont continué à avoir une vie normale, ils ont continué à fréquenter. La famille, ils ont continué à aller dans Ils ont continué aller au travail exetera et bien ils ont pu situation, on peut faire ce qu'on peut faire encore une fois c'est de façon là, je l'ai dit à plusieurs reprises chez vous. Il faut communiquer 100 fois plus, il faut expliquer à la population. Moi j'ai pas pu jeter la faute sur la population absolument pas mais je suis pour une responsabilité collective, il faut encore une fois que moi gouvernement comment ministre de la Santé que moi autorités locales que moi gouverneur comme moi président de Communes, comment a débuté que moi journalisme, j'explique et je re expliquer la population s'il vous plaît. Vous vous mettez en danger et vous mettez les autres en danger discours, c'est pas un discours pour faire taire. C'est un discours de responsabilité de dire s'il vous plaît, est-ce que nous collectivement nous ne sommes pas responsables pour la santé de l'ensemble des Marocains collectivement, nous sommes. Bien cette responsabilité veut dire que c'est ben je reste à la maison. Je sors pas si j'ai un symptôme, je vais chez mon médecin public ou privé pour me diagnostiquer m'isoler et me traiter je rappelle que lorsqu'on vous donne un traitement, on vous dit vous êtes asymptomatique avec peu de symptômes. Vous allez bien évoluer. Vous êtes à une phase mineur de la maladie, il faut que vous intégrer dans votre tête qu'il faut pas sortir de chez vous qui peut pas continuer à contaminer d'autres personnes, est-ce qu'aujourd'hui on arrive on est le lundi 9 novembre. Alors 9 novembre, ça fait 9 mois que c'est qui s'est développé donc est-ce qu'il faut penser tout notre stratégie, tu as dire de l'approche test dépistage à la prise en charge admission, en réa est en soins intensifs. Du coup, il faut tout remettre en place très belle chose que le pays que le gouvernement a fait et ça il faut le reconnaître pendant pendant la première fois, je pense qu'il y a des décisions qui ont été prises et on était mais aujourd'hui. Est-ce que je veux dire c'est pas de tout remettre en cause c'est simplement de dire est-ce qu'on peut pas réfléchir autrement est-ce qu'on peut pas changer de paradigme le bilan de ce qui a marché il y a que le virus évolue c'est de l'eau dit c'est une démarche d'amélioration continue et bien faisons le point qu'est-ce qu'il y a marché qu'est-ce qui a pas marché mais surtout la bonne question pourquoi ça n'a pas marché et comment on peut rectifier on peut pas l'évaluation sont accepte pas de se mettre dans une culture des évaluations. On avance on va y aller. Part. De manière didactique professeur enseignant, vous allez sur les tests de dépistage, on sait qu'on a augmenté massivement le nombre de tests ont passé à centre de santé dernier but le mets-moi aujourd'hui. On est important, c'est de 23 24 1000 jours jusqu'à 25 maximum par jour. Entre 17 et 19 miles d'accord, est-ce que il faut pas évoluer les PC à l'état chaque fois assumer les responsabilités de sa politique publique avec logique avec sérénité et on a sûrement le courage politique, c'est aussi assumer ce qu'on fait. Je m'explique quand on décide de faire c'est 25000 par jour. On n'a pas augmenté, c'est pour des raisons techniques, c'est pour des raisons d'autorisation. Je peux le concevoir et c'est moi la seule chose qui évolue à la Chine, c'est que nous avions un pourcentage de positivité qui a augmenté de 4 % 7 % 8 % et 18 % de positivité donc déteste et donc qu'est-ce que ça veut dire ça veut dire techniquement si vous avez 27016 et que vous avez à peu près 18 % Babou retrouver avec 4000 nouveaux cas par jour ou 5000 voir 5000 nouveaux cas par jour donc la logique. Mais si je passe de 25000 à 50000, je vais me retrouver avec 8009 miles 10 miles par jour, ce sera pas spécialement ce que je veux dire, c'est une véritable une véritable photos de la présence du virus de la population, ça s'appelle contrairement l'accident, ça s'appelle la prévalence d'une maladie combien il y en a chez nous plus vous savez combien il y en a un à circuler donc pour ce test aujourd'hui 23 24 25 26 pour sang positive éventuel que nous pourrions trouver combien il y a 85 % qui sont asymptomatique, il y a 15 pourcents comment je fais déjà sur C15 pour ça, il y aura 5 pourcents de pas grave. Voilà comment je veux dire. est-ce que Mathis C'est de la bonne planification sur la prise en charge, il faut tout remettre en place de la mise en quarantaine et l'isolement de l'isolement déjà pour certains se cacher le fait d'avoir été infecté au covit socialement, c'est pas bon a priori pour certains de le de le dire que j'étais je suis covit plus je préfère ne pas lire mais je sais que tu es le deuxième. C'est l'isolement la mise en quarantaine. Apparemment c'est le bordel chez nous. C'est ça, ce n'est pas une maladie honteuse, c'est pas la peine que tu maladie comme une autre maladie à répondre. J'ai l'impression, il y a des gens qui disent mon Dieu si les gens ça que je suis covit vide mon Dieu et je veux plus me pouvoir monter dans l'ascenseur avant de regarder autrement la covit, c'est comme si vous aviez une grille, c'est pas le même niveau de gravité mais c'est une maladie comme une autre comme comme comme comme comme le cancer, c'est une maladie comme une autre qu'il faut. Le deuxième élément extrêmement extrêmement important par rapport par rapport à cette maladie parce qu'on est en train d'en faire tout tout hein. J'allais dire tout une gravité d'un mois de vie sociale, la gravité, elle peut être médical bien évidemment mais sur le plan social, il faut gérer cette maladie pourquoi il faut isoler les gens il faut isoler les gens pour qu'il puisse pas infecté d'autres personnes et j'insiste sur un point quand il a été décidé pour des raisons logique, j'en ai parlé avec les autorités à Casablanca de dire les choses ne sont pas compliqué, nous allons leur proposer de rester à domicile sous supervision médical diagnostic paramètres. St c'est que tu n'as pas une politique publique simplement pour soulager la pression mais en faisant cette politique publique, il faut faire attention quand on fait une politique publique, il faut réfléchir aux effets pervers qu'elle peut engendrer exemple typique. Donc les personnes qui sont asymptomatique avec peu de symptômes reste à domicile reste à domicile, ça veut dire qu'elles doivent rester à 85 % des cas que vous envoyer à domicile dans la majorité vont sortir continue aller au travail venir chez vous. Allez dans un café rencontre et la famille rencontrer les grands-parents aujourd'hui, c'est une bonne partie de la situation qui pose problème et c'est pour ça que nous a longtemps. On continue à alimenter la coupe épidémie qu' est-ce qu' est-ce que j'ai une idée précise du nombre et du volume de covit plus patient covit plus qui sont en quarantaine chez eux, c'est 85 % aujourd'hui à peu près 5000 qui sont qui doivent être suivi à domicile. Heureusement, il s'est encore une fois s'il vous plaît, je suis le premier à critiquer mais ce n'est pas la faute des autorités. On dit vous pouvez être à domicile. Maintenant, c'est la responsabilité collective comment je peux veiller au respect de l'isolement de 5000 personnes jours mais encore une fois on compte. On communique. Tu es un homme des médias de la communication et bien il faut que l'Etat le gouvernement les autorités locales. Continue. Moi, je ne suis pas pour je suis je suis Pour une main de fer dans un gant de velours, je ne suis pas pour j'allais dire être dans une démarche de répression ou de trop forte autorité mais je ne suis pas également pour un laxisme. Je suis beau le juste compromis des choses juste responsabilité de tout à chacun. Si les gens ne comprennent pas, je passerai il faut communiquer dans le monde dans les pays des pouvoirs publics sont déjà passés les sanctions financières personne qui se c'est positif et qui ne respecte pas, il reste pas à domicile. On préconise écoute-moi bien lâcher et 1000 d'amende sur l'appli que ça dans le contexte marocain trouver une solution pour la répression. On utilise les associations de jeunes les association de quartier en milieu rural partout. On va aller on va se donner toutes les tous les jours pendant les 3,4 prochaines semaines, on va à chaque fois expliquer expliquer expliquer le danger est le risque est en ce moment lorsqu'il y a ça sera pas la majorité, je pense que les Marocains sont quand même responsable et malheureusement il faut le reconnaître une partie est bien pour la partie qui ne veux pas être responsable et qui ne veut pas se protéger et protéger les autres et bien il faut absolument que ce soit est-ce qu'on est-ce qu'on a les moyens humains pour pouvoir surveiller autant de personnes y aller 1000 personnes par jour qui sont qui qui doivent être en isolement. Est-ce qu'elle est en capacité de te surveiller ça c'est pas possible donc c'est pour ça que sur la responsabilité collective mais par contre maintenant aujourd'hui et technologique on est extrêmement important que nous puissions expliquer aux gens l'enjeu et vous savez vous savez comment va leur expliquer non, je non, je crois qu'on a encore une fois plus de morts au Maroc en Chine. Non, c'est pas ça, il y a un autre élément important parce que aujourd'hui la létalité du la létalité Dieu Allah covid-19. Un morceau on est bien d'accord. Mais nous ne sommes pas nous sommes parmi les plus faible au monde un deux. On va leur expliquer expliquer attention sur le plan social économique, ça va être un drain pour notre pays si c'est un drain pour notre pays, c'est en train pour vous mais vous avez touché dans votre poche, mais c'est de pire en pire sert confinement total n'arrive pas mais si il y a une partie des citoyens du gouvernement des autorités des médias ne veux pas comprendre, il faut qu'il comprenne. alors tu sais aussi c'est quelle structure pour accueillir ces personnes qui vont être en isolement sur le domicile et on fait confiance à la responsabilité de conscience on met en place des vrais sur moi pour moi ça sortira pas qu'il n'a pas la conscience de la gravité à ce moment-là il faut des structures d'accueil pour qu'on soit sûr que c'est personne ne vont pas infecté vous savez au début de la pandémie pour y avoir travaillé moi dès le début dès le début d'une personne qui a créé par les autorités est bien qu'il y a des gens qui ne peuvent pas rester à domicile et bien attention quand je dis elle doit être global on peut pas faire par exemple pas mobilisé les hôtels gratuitement ad vitam æternam on peut pas il faut trouver c'est pour ça quand j'ai dit tout à l'heure Changement de façon de voir il y a des moyens réfléchissons sur les gens qui ont pas les moyens comment va les prendre en charge réfléchissons Ghamidi réfléchissant à ceux qui ont peu de moyen dans le cadre de l'utilisation des services de santé réfléchissons aux autres personnes qui ont des maladies chroniques aujourd'hui n'ont pas accès est-ce que pour vous la problématique number one aujourd'hui la priorité de priorité, c'est d'avoir une de réfléchir à une nouvelle stratégie en matière d'isolement et de mise en quarantaine c'est le souci aujourd'hui de doter le pays de plus de lit de réanimation audika saturation d'abord à l'échelle nationale, on n'est pas 100 % de saturation. Non mais par contre dans la région de Casablanca malheureusement la situation pour vous aujourd'hui, c'est beaucoup plus prioritaire que de réfléchir éventuellement à accroître le nombre de Liberia. Si tu me permets, je compléterai c'est pas l'idéal. C'est d'avoir le dépistage dépistage. Isolement est prise en charge et dans une deuxième. Dans une deuxième pâte d'ailleurs, il faut féliciter parce que si on a aussi c'est pour plein de raisons et celle du travail ça il faut on peut pas l'enlever c'est une réalité donc détester isolé et prendre en charge et ensuite également renforcer les lits de rien mais attention avec un lien fondamental, je voudrais qu'on en parle le parcours de soins coordonnés, il n'y a pas de parcours de soins coordonnés. Là, il y a beaucoup de goût a les yeux qui vous écoute, j'appelle et qu'elle sur la tendance du jour chiffres et on la franchise d'un nouveau palier de croissance en état civil, est-ce qu'on va pas est-ce qu on va attendre 7 miles dans les dans les 3 prochaines années 80 semaine, c'est complètement pour vous. Si vous augmentez le nombre de dépister. Vous allez vous allez à 6 chiffres 7013 jours parce que je vais est-ce que je risque de passer. Mets-moi un sommet qui sera atteint parce que la prévalence donc de la maladie aujourd'hui on va être aux alentours donc de 10 % mais un moment vous allez atteindre un sommet que vous ne dépasserait pas on peut atteindre 7008 1004 par jour et augmente le nombre de dépistage c'est pas impossible d'attendre 10015 minutes par jour c'est possible si je passe de 6000 à 8000 voir 10 jours est-ce que je veux des multiplier aussi le nombre de décès et en chiffres brut oui mais à la seule condition vous faites une politique publique, il faut il faut des mesures d'accompagnement c'est comme si vous me dites vous me fixer un objectif vous me donner les moyens d'un objectif ça sert à rien. Donc si vous voulez augmenter le fait en même temps un parcours de soins coordonnés préparer les lits de rien le cas échéant et surtout dépister au plus vite. Je ne sais pas que les personnes arrivent. Retard parce qu'on les voit aujourd'hui arrivée très en retard et c'est ça là, je marche aujourd'hui le 9 novembre. Voilà clairement ça va augmenter oui ça va on peut pas grand-chose aussi. On est impuissant face à tes trucs de l'essence du nombre de cas et de nouveau car je refuse de dire que je suis impuissante, je ne suis pas un puissant et je pense que le n'est pas impuissant le Maroc, il fait beaucoup qu'est-ce qu'on a de plus que la France que l'Espagne que l'Italie que l'Allemagne que la Suisse que l'Autriche que la Pologne qui a dit qu'ils ont décidé de me confirmer l'heure, fais attention à la reconnaissance des cas attention encore des pays avec lesquels nous avons des relations particulières compte encore une fois, prenez aussi d'autres exemples exemples qui ont pas décidé leur confirme mon total et pourquoi ils n'ont pas décidé de mon total, c'est parce que même Décider en fonction des politiques publiques d'adopter un certain nombre de stratégie le confinement sur un point de vue épidémiologique reste un peu dans la science et essayer d'enlever l'émotionnel et l'affectif parce que faire entrer dans la science et dans les politiques publiques l'émotionnel et l'affectif des fois le diagnostic qu'est-ce que ça veut dire ça veut dire que toutes les mesures barrière qui sont préconisés, elles sont importants de la distanciation physique est prêt quand est régulier des mains le par du match bien évidemment il faut l'accompagner est le premier éléments, il faut qu'on accepte et c'est difficile aujourd'hui les pays ont décidé de requin finir partout autour de nous. ça s'est connu à travers le monde tous les épidémiologique le SAP leur confirme en est une mesure d'urgence transitoire dans ces pays on a préconisé le total tout le monde de capacité de faire face à la circulation du virus les états de CP ils ont décidé de confiner est-ce que selon vous professeur Jaffa lesquels on va échapper au camping orque en fimo ou pas est-ce qu'on peut y échapper c'est possible c'est c'est possible c'est ce que je dis si il nous faut un requin film en totale et bien soit c'est bien sûr ça à l'état de prendre la décision de prendre la décision et ben il y aura un retour sur le bureau du chef de virement mais je souhaite je souhaite quand on arrive pas à la pourquoi parce que les conséquences encore une fois à chaque fois les gens les conséquences économiques également quand vous allez confirmer gros confiné totalement d'abord vous n'allez pas est-ce qu' est-ce que vous savez qui en 2020 le maximum de marocain 78 % des décès au Maroc en 2020 sont dues aux maladies non transmissibles, je la rappelle diabète hypertension cancer maladie dégénérative de décès normalement pour mettre une équation surmortalité ou pas du coup vite pour que vous ayez un ordre de grandeur aujourd'hui, le diabète, c'est 10 % de la population dit marocaine l'hypertension, c'est 31 % de la population dit marocaine l'obésité, c'est 21 % de décès en terme de maladie chronique le nombre de nombre de décès que ça que ça préconise que ça donne malheureusement, je ne suis pas en train de minimiser la covit, je suis pas en train de minimiser la conséquence. Non, on peut pas être du stop maladie chronique Encore une fois avec sérénité prenant le recul nécessaire, est-ce que vous êtes capable aujourd'hui. De me dire combien il y a eu de décès du à la 19 et combien y a eu de décès avec la covid-19, c'est difficile que quand on dit covit vous avez l'impression que c'est une nuance terminologie animateur le 10 récemment en séminaire avec mon ami Meetic des gens qui avaient des maladies chroniques grave et qui en plus on covit mais ils sont pas morts à cause de la maladie chronique très important, c'est très important et de dire son au maximum d'abord pour éviter que les personnes se compliquer à cause de la copine est également que les maladies chroniques peut y avoir une solution. Dans ce sens, il y a des pays dans le monde aujourd'hui qui sont en train de réfléchir aussi, est-ce qu'il faudrait pas isolé et confiner les personnes âgées, est-ce qu'il faut des pas isolé et qu'on finit les personnes qui ont des pathologies chroniques comme le comme le diabète l'hypertension, est-ce que vous seriez favorable ou pas alors à ce qu'il n'a proche et les stratégies spécifique pour cette application, je veux faire une réponse politique politique pas je peux pas te faire une réponse et moi j'ai beaucoup de respect pour nous et néo, je n'en ferme pas les gens mais bien sûr parce que je suis déjà est-ce que tu veux pas qu'on parle d'amour d'amour à l'égard de bien sûr. Devons respecter nos aînés et pour les respecte encore plus et encore plus c'est l'heure, je voudrais juste que cette fois tu critiques passe avant de passer au Focus Casa et avant de passer aussi à la prise en charge à la fois. Salut, tu es à la fois financière matériel et beaucoup d'interrogations qui se pose sur le traitement aussi covit le plus efficace, on doit prendre quoi en cas d'infection et de symptômes développé du du covit, est-ce que vous confirmer ce chiffre que plus de 80 % des clusters chez nous au Maroc sont familiaux tout à fait, je le confirme, c'est une réalité que je vis au quotidien dans les patients que je prends en charge également dans les données que nous avons avec notre ami Nabilla dans la région de Casablanca, c'est une triste réalité, j'ai 80 % de plus sur famille aujourd'hui j'ai la croissance de la pandémie et d'une de l'an 2 qu'est-ce que je peux faire pour essayer de limiter oscillant dans le classeur Fabio qui sont à l'exposé chez nous. Qu'est-ce que ça veut dire ça veut dire quoi une source de symptômes et bien elle ne se considère pas en isolement quand une personne dans un membre d'une famille que ça soit le papa la maman la grand-mère le fils la sœur la tente quand elle est positif sans symptôme asymptomatique, elle doit être isolé dans sa chambre en rose pour se protéger protéger avec les personnes âgées que vous aimez comme moi d'accord, je te dire aujourd'hui 80 % plus tard vous confirmer ce chiffre d'affaires la source de l'infection. J'essaie de voir de benchmark un peu partout dans le monde essentiellement dans les pays européens à l'école. Entre autres mais parle-moi de l'école entre nous est-ce que ses enfants sont repartis à l'école très tardivement chez nous ou non pas comment c'est bien tu veux le mettre d'accélération ces dernières semaines exact mais encore une fois c'est important, il faut pas oublier un certain nombre de personnes qui sont partis continuer à partir au travail et que tu es très infecté infecter la famille. D'ailleurs. Vous constatez vous constatez des fois dans la famille que malheureusement j'ai infecté ma femme mes enfants parce que je pense que je l'ai eu beaucoup de professionnels dans la avec les stars familiale de bien faire la traçabilité beaucoup de retard familiaux aussi comme point de départ professionnel de Lourdes et l'école. Oui mais attention, il a peur de le dire est-ce que c'est pas le cas. C'est beaucoup, c'est moins moins accentuer pour plein de raisons parce que simplement c'est pas parce que les enfants sont différent des autres enfants, c'est simplement nous on a eu un retard par rapport à la rentrée scolaire vraiment confiné depuis le départ, on a arrêté l'école les universités près tu as remis les premiers pays au monde. C'est pour ça que chez nous c'est décalé, vous avez parfaitement raison de le dire les enfants risque de leurs parents mais surtout l'enjeu ça pour moi, c'est qui fait peur grands-parents, c'est pour bien comprendre je parle. Effectivement on dit et on assume pas ce que c'est la réalité de la principale source de contagiosité, c'est l'école mais tous les gamins en fait, il y a la prévalence est très faible chez les enfants. On est d'accord pour le but de l'opération. C'est pas de fermer les écoles et de privilégier le distanciel justement de transmission générationnelle et te dire les enfants peuvent continue aller à l'école tout à la prévalence est extrêmement faible. Par contre je dois attirer l'attention des opinion publique et construire. Une stratégie c'est ses enfants quand ils rentrent chez eux, il faut qu'au niveau du foyer familial pour pas que ça se transforme en dragon d'accord bien sûr, je l'entend jamais. Moi je suis pas d'accord quand les enfants de l'école, il faut qu'il se lave les mains régulièrement et aussi on a des preuves lorsque c'est pas suffisamment, il faut continuer à porter le masque le masque soit vous avez deux de même si on n'est pas à côté en train de regarder la télé ou de voir un livre de voir de suivre les anges scolaire bien, il faut porter le masque parce que cet enfant combien fait-il ses parents alors l'enjeu encore une fois je vais faire une petite poêlée sur les enfants sont très porteur donc de la maladie mais il développe - la maladie symptômes des complications mais sont extrêmement porter extrêmement transmetteur. Donc donc ça va être extrêmement dangereux pour les personnes âgées, ça peut être ça aussi. Explosion des cas covit entre autres marocain et qui serait responsable de l'exposé est-ce que c'est pas déplorable de pas avoir de la data précise la pub est-ce qu'il faut la partager grâce à vous et à la population l'avais expliqué voilà les chiffres voilà les enjeux, il faut pas avoir peur de transmettre l'information l'information bien sûr, elle est de poids source de de décision source de pouvoir mais elle est source de transparence et l'efficacité sur 40 % des cas 70 pour 171 % des cas grave. Voilà pourquoi s'il vous plaît en pourcentage, c'est-à-dire. Quand vous comparez la létalité nationale avec la létalité de la région de Casa encore une fois, c'est pas pour faire de polémique entre la région de Casa et les autres régions même si je suis un casawi est-ce que je peux dire c'est que la létalité dans la région de Casa est inférieur à la moyenne nationale, on est sur un 207 qui est venu à l'école mais je me suis rendu compte que le taux de reproduction du virus, c'était qui est de 2,5 aujourd'hui. Mais au mois de mars dernier au tout début de la pandémie, il était aussi A25 oui, elle serait pas écouté, c'est une très bonne question. C'est pour ça que je dis on n'est pas on n'est peut-être probablement pas à la deuxième parce que je veux dire c'est comme je m'excuse de faire la comparaison, c'est comme les soubresauts. Envoyer les pics dans la bourse qui sont comme ça c'est les soubresauts c'est-à-dire que on a l'impression que et que c'est petit pic alimente alimenter une grosse vague qui est le plus gros et qui monte et qui descend mais quand vous prenez du recul, ça devrait avoir de la vision à moyen et long terme et vous allez toujours comme ça, elle n'a jamais été basse, c'est que il y a des moments, on a une petite colline mais on est toujours en train de grimper de grimper de grimper. On est toujours en phase ascendante parce que si vous prenez suffisamment de recul, vous allez voir la tendance, elle est toujours comme ça. Là, je suis pendant alors que si on se rapproche trop on a l'impression qu'on a baissé mais en même temps de reproduction du virus aujourd'hui, il anti commande mardi dernier. Vous connaissez le taux nationale, il y a pas de 2,5 non, il a 8 - - 1,5 qui aujourd'hui toutes les réflexions et les peurs et les crins dorés confinement et moi je me dis est-ce que pour confirmer Casablanca avril jusqu'à 12h20 alors que le taux de pollution à très faible, est-ce que c'est une mesure transitoire et d'urgence, je le répète mais ça peut pas stopper une épidémie. Pourquoi il y a le comportement humain il y a d'autres facteurs qui joue un rôle important, je rappelle que le taux de reproduction c'est la capacité un pour un cas pour un contact pour un cas à produire de nouveau car tu es aujourd'hui chaque à nous en produit de et demi que ça veut dire pour aller caricatural pour c'est ça la