Matin TV

L'Info en Face avec Pr Jaafar Heikel


Start : 0
A la veille de la reprise des vols aérien et du flux attendu des MRE et des touristes, L'Info en Face invite Pr Jaafar Heikel, Epidémiologiste, Professeur de Médecine Préventive, spécialiste des maladies infectieuses, pour un tour d'horizon de la situation sanitaire : Bilan, vaccination, pass vaccinal, vacances, etc ... suivez le débat Grand Format à partir de 19h30

Transcription automatique :

Bienvenue professeur pas lesquelles Bonjour Rachid. Merci de ton invitation. Merci d'avoir accepté, vous le faites rien, c'était un plaisir de voir. Merci à toi aussi. Merci à vous, je rappelle pas rapidement que vous êtes épidémiologiste professeur de médecine préventive spécialiste des maladies infectieuses et également ou surtout quand je sais pas mais économiste de la santé donc on va revenir vers avec vous sur les talons. C'était hier donc les Marocains résidant à l'étranger pour se rendre au Maroc si le fait cet été avec des mesures d'assouplissement maximale. Donc on va sur cet aspect. Là, on va revenir sur la situation sanitaire et la vaccination, ça fait plus précis moi un peu de recul aujourd'hui. On sait qu'on a des vacciné qui réchauffe le qui sont respectées toutes ces choses donc et est-ce que il y a un risque aussi sanitaire de la mission qui était prise de recevoir plus de population cet été et on va boire des également la question du vaccin de l'unité collective tout ce qui nous a été dit et redit depuis 6 mois est-ce qu'on en est et puis avec un aussi à la lumière de benchmark parce qu'on va aussi que dans d'autres pays dans le monde le virus ouvre continent circuler. flamber épidémiologique ramener les décisions de confinement et en finir avec les questions les internautes qui se reposer durant durant le débat est le nouveau modèle de la matière de de santé dans vois bien que c'est un c'est complet entrée-plat-dessert comment on dit écoutez je suis ravi une décision royale et comme toutes les décisions royale par rapport à cette crise est extrêmement extrêmement importante est crucial pour le pays à tout point de vue depuis la prise en charge la vaccination etcetera aujourd'hui l'ouverture de l'aérien va permettre d'abord président Maroc à l'étranger de revenir alors dans leur pays et revoir la famille et que c'est très important pour nous pas uniquement d'un point de vue politique mais d'un point de vue sociales et émotionnelles également économique, c'est important vous savez que représente quelque chose extrêmement important sur le plan social pour nous sur le plan affectif exetera mais également en terme de contribution développement économique notre pays au même titre que des Cette décision a été motivé par quoi considération socio-économique, je pense que c'est plusieurs considération d'abord la première considération la protection de la santé des citoyens montre aujourd'hui que l'évolution de la situation épidémiologique au Maroc et une situation stable contrôle total une maîtrise ce intelligente pragmatique permettant évidemment l'ouverture en interne. Vous avez vu, il y a une ouverture à à propos du confinement dans le contexte. En marocain, il a fallu également réfléchir sur l'international sur la possibilité pour les Marocains de voyager mais également pour les résidents Maroc à l'étranger de revenir mais également pour les touristes étrangers de revenir parce que le Maroc a une situation épidémie évidemment, il y a d'autres considérations certainement économique politique mais déjà la considération sanitaire à jouer à Mons. J'avais la carte géographique en deux à et B, on va revenir dans le détail de la situation et je le sais pas parce que c'est relativement hétérogène mais est-ce qu'on prend pas un risque sanitaire sur demain, c'est ouvert sur Bruxelles demain, c'est le 15 et donc voilà, vous avez c'est Maroc à l'étranger s'il y a pas le risque sanitaire pour les Marocains aux manques. En tout cas sur le territoire national écouter en matière de médecine d'épidémiologie de santé publique, le risque zéro n'existe pas, il y a ce qu'on appelle des risques raisonnable des risques acceptable des risques mesurable et de compromis à faire aujourd'hui notre situation épidémiologique et les enjeux qui aussi bien sanitaire socio-économique nous impose et avoir une ouverture encore une fois beaucoup plus pragmatique ce qu'on pourra envisager dans les compliments qui sont extrêmement stricte et sa mère pourquoi parce qu'aujourd'hui quand bien même quand bien même il nous allons avoir une ouverture, il y a quand même des conditions. Je vous rappelle que pour rentrer sur le territoire marocain, il faut être vacciné avec les deux doses au minimum depuis. 2 semaines ou alors avoir un test négatif ou antigénique négatif dans les 48 heures donc ça réduit de façon extrêmement importante le risque que le virus chez vous, ça ne l'ai pas je suis d'accord avec vous mais de façon d'introduire en variant écouter les réserver d'accord même si on a eu quelques ont été déclaré par les laboratoires donc de référence nous pour avoir d'autres variantes comme dans d'autres pays mais la situation épidémiologique, elle est maîtrisé, nous savons comment prendre en charge donc les passions et nous nous sommes préparés. Nous avons maintenant aussi bien au Maroc dans plusieurs pays l'habitude de gérer une crise sanitaire qui était sans précédent mais s'il y a une crise sur la crise de dire si la situation se dégrade qu'on va revenir dans la vie des pays aujourd'hui encore le Chili que dernièrement d'ailleurs, c'est samedi qui est la capitale de chez nous. Alors si la situation se dégrade langer il est majeur il est il est dans la pression sur les systèmes dans de santé quand on nous avons mobilisés en même temps notre secteur public et notre secteur privé et bien les trophées connaître totalement capable de répondre aux besoins et d'ailleurs pendant près de 14 à 15 mois, c'est notre système sanitaire as réussi à combler les besoins évidemment encore une fois aujourd'hui ce que je veux dire, c'est quelle est la probabilité la probabilité de circuler que le virus circule de façon plus importante, elle elle est pas nul mais l'effet deuxièmement que par rapport aux gens qui sont signer par rapport aux gens qui sont négatives la probabilité de complications d'hospitalisation, elle est aussi extrêmement faible, je rappelle que Maroc est parmi les pays au monde le niveau de vaccination de la population est parmi les plus élevés, on est à peu près 30 % de la population qui est vacciné ceux qui vont arriver chez nous sont vaccinés sont négatifs. Donc quand bien même y aura des cas et bien une autre intelligence. Planification et Laura le site du gouvernement c'est de se préparer au cas nous pourrions avoir ce qu'on appelle des petite flambée épidémie pendant l'été ou au début donc le talent et ça il faut s'y prépare mais avec une fois avec sérénité à qui peut-on préparer préparer une accélération du du de la vitesse de circulation du virus cet été surpris de population et des personnes qui ne vivent pas au Maroc et qui vivait qui va ailleurs dans d'autres d'autres continents des environnements plus ou moins vous avez parfaitement raison, c'est ce qu'on appelle la dynamique épidémique dans tous les pays du monde une nouvelle dynamique épidémique peut exister lorsqu'il y a des flux populationnelle qui sont qui se mélange avec des système immunitaire différents avec des capacités de résistance qui avec des brassages populationnelle qui sont différents, on peut s'y attendre, il faut pas non plus paniqué au créer une crise d'angoisse. Je crois que le gouvernement le ministère de la Santé dois préparer les structures sanitaires publiques et privées au cas ça veut pas dire que ça va arriver au cas nous pourrions avoir une recrudescence donc des cas pendant une période d'ailleurs, ça nous arrivait en juillet et en août de encore une fois ce sont les médecins marocains du secteur public et privé l'ensemble des ce soir, il faut mettre en place une organisation un modèle spécifique pour cet été mais bien évidemment toutes les mesures parc hier, on fait de la communication en sensibiliser la population, on fait en sorte que les gens passent un été agréable dans de bonnes conditions avec leur famille et pour l'intérêt de notre pays sur le plan social sur le plan. Mets en préservant la santé des gens mais encore une fois avec intelligence et sérénité et préparer notre avec elle aujourd'hui, c'est ça mais on s'en met plus car on était dans le total et encore je suis toujours et encore une fois, je ne veux pas le total total peux nous exposer à de nouvelle situation épidémiologique qui pourrait mettre sous pression notre système de son père. Je crois que pour l'instant ce qu'on nous avons fait la levée de restrictions de façon progressive. Je vous rappelle encore une fois jusqu'à hier que quand vous voyez l'ensemble des cas sur le territoire marocain, n'oubliez pas que 40 % sur la région de son de l'enceinte et quand vous prenez 5 régions sur les douze en arabe, c'est 80 % la santé donc il faut encore une fois de façon intelligente avec planification organiser notre modèle. J'allais dire d'accueil pendant l'été l'ouverture le social économique. Le touristique est important encore une fois en fonction des situation épidémiologique et si on doit refermer et si on doit être confiné progressivement dans certaines régions dans le train, c'est peut-être ça mais je peux faire ça dans l'urgence, ça me paraît compliqué mais le problème c'est qu'il faut pas qu'on fasse les choses à la dernière minute pour nous faisons ça s'appelle la planification préparant les choses si nous savons que nous devons avoir une stratégie d'ouverture Banque de France hier une stratégie d'accueil de stratégie d'accueil de tourisme stratégie d'ouverture des hôtels et les aéroports les ports exetera les moyens nécessaires pour que cela se passe dans les meilleures conditions parce qu'il y a mon ami aussi un autre jeu sur lequel je souhaiterais vous interpeller vous dit effectivement à juste titre que 40 % des nouveaux cas de covit sont essentiellement concentré. Casablanca, je crois que 5060 pourcents les frais structures hospitalières est concentrée aussi sur Casablanca Rabat de région sur le sais que majoritairement les amoureux de son nid à Casablanca mirabelle été dans des régions peux plus retirer mais vous et puis rural parfaitement raison mais le Maroc le Maroc devons préparer et préparer notre système de santé pour avoir encore une fois des unités mobiles les unités fixe qui sont préparés les hôpitaux Jauneau les hôpitaux préfectoraux les le secteur privé également qui doit contribuer au 15 août, c'est-à-dire, on se prépare c'est simplement de la planification parce que pour l'instant rien dans ce soir, je n'ai aucune idée de donner de la part du ministère de la Santé, je ne sais pas, j'espère qu'il se prépare, j'espère qu'ils ont planifier les choses et toute façon nous on est simplement pour aider et soutenir le encore une fois dans le cadre d'un partenariat public-privé je voulais voir sur les listes beaucoup de Marocains se garde la tête et comprennent pas grand-chose à ce niveau-là d'autant plus que ça tous les jours tout à fait aujourd'hui elle a pas encore de pays de la liste B n'auront pas besoin d' autorisation exceptionnelle il y a sur le maintien déteste et ser et de la quarantaine d'accord tu as fait mais qu'est-ce qu'il fait qu'est-ce qu'il faut comprendre ce truc toi te sentir mal pays européens on vient de finir Canada États-Unis donc on a pas besoin de tester c'est tout à fait l'aller-retour exactement ? Par contre il faut être ou vacciner tester enfin c'est que les pays de la zone B ou la situation épidémiologique est encore une situation considéré comme critique encore une fois c'est pas le Maroc a décidé que ce sont des pays la situation critique c'est veux des données qui sont collées à l'échelle mondiale à l'échelle de l' OMS à l'échelle même de ces pays le Maroc a estimé pour des raisons de risques sanitaires de sa propre population et bien nous allons mettre en place un certain nombre de mesure le Maroc n'es pas le seul pays européens nous ne sommes pas dans la liste je vous rappelle et ça veut dire que même nous on considère qu'un passeport vaccinal seul n'est pas suffisant je vous rappelle qu'à marocain qui doit aller en France. Non seulement voir le passeport donc plus un test PCR de 48 ans le vaccin s'il n'est pas reconnu par les par les autorités sanitaires disons plutôt par les autorités sanitaires français il y a beaucoup de tout à fait il y a des pays qui ont qui sont très avancé à tout à fait aux Émirats arabes unis de pays on a le plus vacciné Israël et encore une fois il faut bien comprendre que les enjeux sont des meilleurs probablement d'autres éléments qui sont des critères liés aux politiques sociales à l'économique a une dynamique nouvelle as des nouvelles donner à un certain nombre d'informations peut-être que dans certains pays qui sont sur la liste te plaît c'est plus relatif aux types de vaccins c'est plus relatif aux juste les Émirats arabes unis par exemple c'était un pro de reproduire et à vacciner du tout à fait comme nous tous et pourtant ils sont exactement exactement ce que ce n'est pas la logique scientifique classique il y a d'autres logique qui se respecte vous savez que des fois dans des décisions en haut lieu dans des pays des décisions qui sont pas uniquement liés à des données épidémiologiques si vous l'avez vu dans beaucoup de décision a été prise dans plusieurs états, il y a des arguments également qui sont politique des arguments qui sont socio-économique et et qui font ça que des décisions sont prises à l' appart et la vie des gens ils vont à part et la santé des gens mais encore une fois ce sont des décisions souverain des et en même temps quand on regarde après je sais c'est ce que j'ai à faire avant de votre votre arrivée, il y a une flambée en tout cas épidémiologique aux Émirats arabes unis et cassants reparti recrudescence des bisous car tout à fait moi je me dis voilà un qui explique effectivement qu'on est placé et les publics effacer les Émirats arabes unis dans la liste des même temps qui pourrait être interrogé sur l'efficacité du vaccin parce que lui c'est exactement le même que tu penses que c'est très important de vous l'avez dit tout à l'heure les données épidémiologiques sont des Dorier des données par donc ils ne sont pas statique et son dynamique une situation épidémiologique dans un pays peut varier dans les Minuteur dans ce même pays et dans ce moment là, on est obligé de la capter de nouvelles donc décision ça c'est le premier deuxième fois, je pense que les gens doivent comprendre encore une fois avec avec sérénité quand on dit qu'un vaccin et efficace à 4 % à la CHIP, est-ce que ça veut dire ça veut dire que dans 20 pourcents des cas il n'est pas efficace que ça c'est mathématique 80 % d'efficacité veut dire 20 % d'inefficacité, ça c'est le 1er et 2e il y a une différence qu'il faut que les gens comprennent entre ce qu'on appelle l'efficacité théorique et l'efficience d'un vaccin sur le terrain et on l'a vu à plusieurs reprises par exemple y a des gens qui viennent me voir et qui me disent on comprend pas monsieur a été vacciné et on a fait un test on est covit positive. Oui, c'est possible d'être vacciné, c'est rare ça existe. Je te rassure tout le monde. Moi la majorité des cas quand on est vacciné ou les protéger mais contre quoi, on est protégé contre les formes grave, on est protégé contre les femmes symptomatique importante, on est protégé contre l'hôpital. On est protégé contre la réanimation mais attention, il est possible dans ce cas et ça existe qu'on puisse être porteur du virus qu'on puisse le transmettre et qu'on puisse faire la maladie mais dans sa forme la plus mineur mais dans la majorité des cas on fera pas de mal a dit on sera pas transmetteur et on sera pas porter mes dents. Donc ça veut dire que même dans ton pays il y a 50 % la population qui est vacciné par exemple, c'est le cas les Émirats arabes unis et transmetteur et en plus sur le territoire au revoir avec un robot et encore une fois le robot, c'est important le robot d'une épidémie ne signifie pas pour répondre une catastrophe attention, c'est pas parce que j'ai une augmentation du nombre de cas que cela signifie une augmentation du nombre de cas compliqué nécessitant une hospitalisation et qui met sous pression un système de santé, je vous donne l'exemple typique, c'est celui de la grippe saisonnière. C'est pas parce qu'on a une augmentation des cas de grippe saisonnière, c'est une augmentation des cas de complication ou début de la pandémie Rachid, c'était vrai. Nous étions des armées l'augmentation du nombre de nouveaux cas de façon parallèle quasiment mathématiques ou de façon linéaire une augmentation des complications qui dit augmentation des complications augmentation des soins intensifs augmentation du risque de réanimation et augmentation du risque de décès mais depuis qu'on a introduit la vaccination depuis qu'on a mis en place les mesures barrière depuis qu'on a fait des compliments et bien la situation a changé de quel côté elle n'a pas toujours changer du côté du nombre de nouveaux cas parce que ça. Vous avez bien raison de dire ça va augmenter ça va mais ça a changé du côté des 4 et des cas compliqué continue acheter le comprends mais en même temps que les Émirats arabes unis, on va parler grande des États-Unis, ça va pas le même niveau de vaccination pour la population des États-Unis aujourd'hui dans tous les états, on peut se balader sans mains tout à fait à peu près normalement tout à fait et d'autres pays et d'autres pays, c'est pas le cas. Oui donc est-ce que ça veut dire que l'efficacité du du vaccin fizer par exemple biotech et moderne a fait que dans des pays il y a 50 ans à la population qui est déjà vacciné, on vit comme avant et d'autres pays qui utilisent d'autres vaccin inactivés et sinon pharmacie Novak, j'ai d'ailleurs mais il en fait vous allez vite dans des conclusions ne vous avez raison. Tu peux vous dire que le système de santé aux États-Unis est un système de santé performant pour les enfants les plus les moyens mais c'est un système de santé inéquitable pour les gens qui n'ont pas les moyens. Vous le savez c'est Mira. Le système de santé est un système qui est plus accessible qui est plus équitable. Donc les États-Unis s'exposerait plus haut risque du fait que leur système de santé ne soit pas un système accessible aux populations vulnérables. Mais pourquoi il revivre de façon normalement, c'est pas spécialement parce qu'ils ont mis father, c'est parce que c'est la mentalité aussi qui joue un rôle dans cette crise sanitaire, il n'y a pas que le sanitaire et social qui est le plus écologique et la façon d'être et la façon de vivre, il y a des gens qui vont être plus entre guillemets dans une dynamique de dire attention, ça risque ne prends pas de risques. C'est ce qu'on appelle et c'est très très francophone, ça c'est ce qu'on appelle le principe de précaution au maximum qu'est-ce qui est respectable et qu'on accepte et vous avez dans d'autres pays comme les États-Unis qui vont dire. On a fait le nécessaire, on a un maximum de personnes et bien ce qui est important sur redonner la priorité au social est à l'économique et hop Sico logique le sanitaire. Oui mais ma foi il est relativement maîtriser, c'est une façon de l'efficacité des vaccins ARN messager comme fizer moderna par exemple face à des vaccins comme si la femme n'est pas vérité tout à fait aujourd'hui les données scientifiques que nous avons ce sont des données d'efficacité théorique de pas trois. Je vous donne un exemple. Vous prenez pas les heures et Modern Art, ils sont au-delà de 494 et 96 % d'aller prendre Sputnik aux alentours de 9092 pourcents. Vous allez prendre Johnson d'aller prendre Astra Zeneca et vous allez prendre en note une femme ou on va parler entre 70 et 85 % d'efficacité théorique. Mets sur le terrain en déficience tous ses vaccins se valent, nous n'avons pas suffisamment de recul. 2 x année ou de corde qui démontre qu'un vaccin est nettement plus efficace d'ailleurs, je vais vous donner les dernières données à ce sujet Rachid. Nous avons constaté dans différentes études des personnes qui ont fizer moderna Astra Zeneca Sputnik et également si nos femmes, il y a un pourcentage quasiment identique de risque de infection ou de de porter des virus à peu près le même et qui varie selon les études entre entre 8 et 15 pourcents. Donc globalement pour tous les types d'angles. Donc il faut être prudent et ce sont les le temps de nouvelles études scientifiques de nouvelles études de corps et de voir un petit peu est-ce que les gens oui ou non son plus protégé de la fonction de l'âge et en fonction du type de la même temps parce que c'est reparti des territoires les populations été vacciné, sinon voilà, ça c'est une réalité attention. Ne sont pas comparables comportement social des populations comportement social complètement différent, mais c'est complètement différent donc il faut être prudent. Je vous donne un exemple, est-ce que vous avez vu les chiffres sur les pays africains très peu de pays en Afrique se sont vaccinés. Vous êtes bien d'accord l'Afrique. Malheureusement encore, je le dis et un des continents le niveau de vaccination est le plus faible et aujourd'hui je peux pas l'Afrique n'ai toujours pas le pays la situation épidémiologique est la plus catastrophique, il ne l'a jamais été non plus mais plutôt dans le début donc ça veut dire que encore une fois il y a tellement d'autres déterminant qu'on ne connaît pas aujourd'hui. On va réouvrir une frontière demain voyage. L'Europe a commencé à le faire déjà depuis plusieurs semaines et la Chine referme, est-ce que c'est c'est c'est pas antinomiques parce que il y a différents, il y a différentes. Je pense que vous le savez il y a d'abord une dynamique épidémique encore une fois encore une fois beaucoup de choses doivent être apprises justement de de l'expérience chinois si je passe une partie de one mais encore une fois, il y a pas que la situation épidémiologique quelque chose se passant chez les dimensions ne sont plus les mêmes. Nous sommes nous sommes pas en train de parler d'un pays une situation va concerner quatre cinq ou six millions de personnes, nous sommes dans une dynamique ou une situation pour aller mais ce que j'ai de vous dire aussi, je sais que il y a encore quelques mois, on nous montrer des vidéos des images on est de chinois en tout avec tout ce qu' est-ce qu'il y a pas le risque par rapport à nous. Effectivement, on a c'est déjà relâchement. On devrait aller vers plus assouplissement et te dire qu'elle rentrait effectivement ça risque d'être compliqué du coup donc du coup de payer le prix de je suis d'accord avec vous mais il va falloir un moment. Comprenne la réflexion de la sérénité pour se poser la question est-ce que l'enjeu pour nous c'est la prévalence d'une maladie c'est-à-dire son degré d'existence dans une population est-ce que c'est important pour nous ce sont des nouveaux casques on appelle l'accident est-ce que le plus important pour nous c'est la létalité les complications et la mortalité, il va falloir un moment ou un autre faire la balance dans les logis de toutes les maladies à travers les siècles qui est important, c'est le degré de gravité d'un phénomène de santé et non pas ta présence, je le dis je l'ai dit chez toi, il y a quelques mois chez nous devons apprendre à vivre avec les virus avec l'écosystème microdia et on va prendre avec ses avantages et ses inconvénients, on l'a vécu très difficilement sur le plan psychologique économique par rapport à la covid-19 par rapport aux autres. On a on a on a on a traversé le sida Ébola, on a traversé les mers sur la traversée, ça exetera. On a beaucoup de mal avec la avec les autres qui pourrait arriver. Je le souhaite à mon pays aux autres pays et bien il va falloir qu'on apprenne à vivre avec qu'est-ce qui est important, c'est que nous maîtrisons gravité complications hospitalisation parce que cela évidemment ça mange des visuels mais ça met en jeu ton système de santé et tout ton organisation sociale économique, si aujourd'hui vous dit attention, nous avons un risque de reprise des nouveaux cas mais sans que ça a une conséquence sur le plan de la gravité, ça y est, on va arrêter de vivre, on va arrêter tout sur le ça, ce n'est plus possible de durcir aujourd'hui, est-ce que il y a d'autres pays de l'Asie du Sud-Est la Malaisie non mais en même temps la conjonction de la conjoncture, c'est catastrophique mais encore une qui arrive en Asie et en Asie du Sud-Est aujourd'hui, est-ce qu'il y a pas le risque que dans quelques semaines. Arrivée dans tous les pays, ça peut arriver dans tous les pays a des degrés divers aller avec des conséquences que vous vous rappelez qu'est-ce qui s'est passé il y a à peu près un mois et quelques en Inde, vous avez les images à la télévision ou on mourait de partout dans des conditions incroyable que la situation est-ce qu'on en parle aujourd'hui est-ce qu'on en parle aujourd'hui ma situation parce qu'on en parle pas en un mois et demi en Inde s'est amélioré de façon spectaculaire. C'est quoi c'est la course est là, il y a une dynamique épidémie qu'il faut avec laquelle il va falloir plusieurs déterminants qu'on ne maîtrise pas. Vous avez you need is qui a des plus grands épidémiologique mondiaux aujourd'hui, c'est la somme était reconnu à travers le monde qui est un grand universitaire épidémiologie, il vous dit je vous demande par A plus B que partout dans le monde, il compris dans son pays aux États-Unis. Il y en aura il démontre par A plus B que le confinement n'a pas eu sur la dynamique épidémie en matière de gravité de la maladie de démontre très très belle études qui vient de publier. Il vous dit ça c'est pas ça, il y a d'autres non, tu joues. C'est pour ça qu'il faut pas arrêter de vivre aujourd'hui encore, je parlais de circulation intensive du virus la décision qui est prise par les voir public généralement, est-ce que toutes les vous poser une question s'il vous plaît. Toutes les décisions politiques sont rationnel. Non vous avez répondu. Il y a il y a des décisions politiques, il faut respecter respecte pas ce que c'est la démocratie. En tout cas, c'est pas du tout chez toi qui doit être provisoire et transitoire mais c'est pas ça qui va remettre la preuve en France, est-ce que c'est les mesures de confinement qui ont fait je suis vous avez vu un les différentes vagues en France, c'est pas les mesures de compliments mais pour les prises par les autorités publiques rue de Moscou aujourd'hui du 12 au 20 la semaine une semaine chômé pour la circulation du virus par exemple que vous arrivez à me démontrer que la circulation de virus et une circulation professionnelle, je peux le comprendre mais vous l'avez. Plusieurs situations par exemple pour le mariage en anglais on sait que le Var anglais la grotte problématique, c'était des clusters familiaux, c'est pas professionnel, c'était plutôt plutôt familiale. Donc il faut que la décision politique elle et j'allais dire un substrat soit épidémiologique, soit ça soit il y a d'autres en jeu que peut-être ne maîtrise pas respecté connaissons pas qui explique à certaines ondes donc de décision quand vous décidez par exemple de fermer des écoles parce que vous dites que le risque et les pour les enfants, ça a été démontré dans tous les pays du monde que l'enjeu n'était pas à ce niveau-là que je n'étais plus pour les enseignants pour les grands-parents pour les personnes âgées et non pas pour aujourd'hui pour pour vacciner les adolescents tout à fait et encore une fois pas dans tous les pays du monde non disponible mais pas dans tous les pays du monde. Vous l'avez vous l'avez bien constaté, est-ce que aujourd'hui l'impact de la pandémie tu peux encore une fois et je le dis avec toute sérénité tout le reste. Est-ce que votre avis il y a eu plus d'impact sur les enfants d'un point de vue coffee 19 maladie ou d'un point de vue psychologique psychologique majoritairement instrument le seul rempart qu'on a aujourd'hui entre les mains, c'est la récréation comme dans dans les stratégies sur la stratégie, il y a des remparts mais il y a également d'autres armes et qu'on peut utiliser ce sont par exemple les mesures barrière à respecter dans une certaine mesure. Malheureusement, ils sont pas respectés beaucoup, c'est pas le confinement total total et qui dure qui va résoudre le problème, c'est d'abord et avant tout la vaccination et ensuite a certainement donc de mesure Maria et puis préparer son système de santé à prendre en charge pour les patients. C'est comme vous me dites aujourd'hui, il faut absolument qu'on arrête. Tout parce que nous avons énormément de cas de diabète 1 à maman de cas d'hypertension énormément de cas de tuberculose une commande de bien sûr qu'il faut faire les dépistages bien sûr qu'il faut faire la surveillance bien sûr qu'il faut faire la prise en charge, il faut différencier les maladies transmissibles et non transmissibles. Mais qu'est-ce qui est important important, c'est de se préparer aller prendre en charge aller sur d'y aller contrôler ou sinon il faut qu'on arrête de travailler qu'on arrête de le visiter la famille qu'on arrête de voyager jusqu'à 15 jours par miracle, ils tombent les décideurs et les responsables qui attendent 0K ou presque 04 avant, j'allais dire de prendre des décisions de reprise de la vie normale et ben il risque malheureusement datant des années virus très souvent, on dit il disparaîtra jamais. Non, il va être j'allais dire décroissant. une certaine période et ensuite à la faveur de changement de nom d'un écosystème et ils sont ceux qui sont environnementaux à la faveur à la faveur de notre déterminisme génétique et militaire de changements ce qu'on appelle les maladies émergentes et il y a une urgence parfois d'un nouveau modèle micro bien qu'il soit virale Aude et avec lequel il va falloir que nous puissions faire les deals, je peux utiliser ce cas il faut qu'on vive avec Cédric, on voit le contrôle et on doit le surveiller mais lui dire on ne fait rien jusqu'à s'en débarrasser définitivement, je vous rappellerai combien nous avons sur terre de maladie que nous avons éliminer totalement est définitivement, ça fait combien il y en a une seule maladie que nous avons total de la surface de la place depuis la nuit des temps avec les milliers et éliminé de microbes qui existent et qui vivent avec nous au quotidien je voulais faire demain sur Bordeaux sur la complicité de développement de notre débat une citation du directeur général de l'AMF il y a 48 ans qui dit je cite aucun pays ne sortira d'affaires quel que soit son niveau de vaccination ça veut dire quoi alors encore une fois je me dis La vaccination et je pense aussi on l'a dit chez toi, c'est pas une fin en soi. La vaccination est un moyen méthane outil important de prévention primaire c'est quoi la prévention primaire, c'est empêcher que le phénomène on arrive dans une population, il a raison. La vaccination est un outil crucial. C'est pas une fin en soi d'abord pour une raison simple premièrement tous les pays ne seront pas vacciné même rythme et à la même période et avec la même rapidité deuxièmement eu un pourcentage de personnes vacciné. Le vaccin ne sera pas efficace et troisièmement il y aura encore des facteurs qui vont faciliter la transmission des grues dans les pirates encore beaucoup d'inquiétude et beaucoup et beaucoup plus tard,