Matin TV

Louis Paul Motaze, invité de l'Info en Face spécial FIAD


Start : 0
Le Ministre des Finances du Cameroun, Louis Paul MOTAZE, était l'invité de L'Info en Face en marge de la 6e édition du Forum international Afrique Développement FIAD 2019, organisé les 13 et 14 mars à Casablanca. intégration régionale inclusive, développement économique, modèles de croissance, ... Ce sont là quelques défis de l'Afrique qui nécessitent de mutualiser les efforts entre les pays du continent pour avancer.

Transcription automatique :

Oui, je rappelle que vous êtes ministre du Cameroun en charge des finances donc l'argentier du Cameroun, c'est ça si vous voulez rejoindre et du pays, c'est ce qu'on dit généralement votre présence aujourd'hui, est-ce qu'elle a un message signe de particulier oui, c'est que vous savez les pays africains sont pas certain nombre de certain nombre de problème et c'est bien qu'on se retrouve ensemble pour pour en parler déjà parce que ça permet de dégager les solutions mais aussi parce que ça permet de voir un peu ce que font les autres et voir comment on peut mutualiser ses réflexions pour pour aller de l'avant ce que font les autres en terme de production de modèle économique. Inter de gestion des dépenses publiques parce que c'est votre c'est votre attribut. C'est votre champ d'intervention et d'expertise est-ce que c'est à ce niveau-là, est-ce que c'est vision du robinet sous votre aller c'est pas que du business, il y a les deux il y a ce qu'on appelle pas dire que nous avons des investisseurs qui sont qu'ils peuvent discuter un peu et Albi, tu dis des investisseurs qui peut discuter avec vous les pouvoirs publics pour voir quels peuvent te faciliter les qui peuvent leur être offert s'ils veulent venir investir dans mon pays mais il y a aussi le fait que nous avons des échanges avec d'autres ministre. J'ai discuté ce matin avec le ministre du Gabon avec le ministre du Mali avec Madame le Ministre Sénégal pour essayer d'échanger voir qu'est-ce que vous faites le la vision Sénégal émergent du président sénégalais. Voilà nous vient d'être résolu. Nous aussi nous avons une vision d'être émergents à l'horizon 2035 et on essaie de voir s'il y a des choses que nous pouvons copier des choses qui peuvent nous permettre vraiment de renforcer notre lit. Donc le forum permet de d'échanger de partager. Voilà. Mais est-ce que si on parle de pays que vous êtes ministre hâtif l'attractivité investissement vous allez tous comment pour la machine le Cameroun qui a connu quelques difficultés qui se remet debout et qui aujourd'hui dégager un horizon avec un plan de relance économique. Ouais, c'est ça donc voilà est-ce que commence est-ce que ça s'intègre niveau du continent au niveau de la région oui pour le Cameroun, nous avons encore des investissements qui a ses attractif et nous avons l'Assemblée nationale. Parlement à voter en 2013 une loi une loi spécifique pour attirer d'avant les investisseurs en élaborant parquet de mesures fiscales et d'établissement pour ceux qui veulent investir ceux qui veulent investir au Cameroun. Bon c'est vrai que il fait à demain si demain moi je vais sortir de l'argent au Cameroun d'attractivité dire tout le monde a fiscal qui a mis en place. Il y a plusieurs il y a plusieurs citation qu'est-ce qu'on peut vous apporter pendant la parce qu'il y a la période établissement d'installation de fonctionnement sont les avantages en matière douanier en matière en matière fiscale les aides diverses qui peut vous être vous êtes rapporter, c'est tout un paquet de mesure cela que nous avons une structure spécifiques dont le directeur général soir avec nous cet après-midi l'agence de promotion des investissements qui regarde tout ça avec les services fiscaux voir ce qu'on peut vous donner pour vous encourager investir et vous établir comment dire que vous on regarde très attentif la suite ce qu' il y a des exonérations fiscales moyen de ressources financières pour en tout cas sur le court et moyen terme pour les pour les finances publiques. Je sais que je suis dit aussi je crois savoir que le Cameroun a décidé décidé de passer une maîtrise des dépenses publiques. Courage et les gens à venir en bloquant les investissements ce qu'on appelle les dépenses fiscales avec c'est-à-dire l'absence de recettes l'absence de vous en avez pas un peu d'argent surtout si après la sieste et s'il y a pas une incidence direct par rapport au volume des années ce soir. Donc comme je vous ai parlé de la loi de 2013, nous sommes d'ailleurs en train de travailler pour voir est-ce que nous ne sommes pas aller trop loin, est-ce que nous n'avons pas trop donné exetera exetera donc je vous dis c'est toujours un équilibre en équilibre souvent instable entre cette volonté d'encourager les gens en defiscalisation certain nombre de choses et le fait de ne pas trop pas en faire parce que vous perdez aussi des ressources de ressources en ce moment justement on demande au président africain donc au Cameroun de ne pas trop être dépendant des réseaux du 17h extractives. Nous avons vous avez parlé de la région. Nous avons beaucoup de payer que ce soit dans la sous-région mais en général qui dépendent encore beaucoup des revenus tirés du pétrole. Et ça qu'il faudrait je voulais faire des recettes proposées internat qui ne soit pas seulement les retirer du conclave de la diversification de ton modèle économique, c'est le chemin qui est en trouver pour le Cameroun une économie un peu plus diversifiée, ce qui fait que la crise économique que nous connaissons depuis depuis 2014 qui nous frappe vraiment de plein fouet ne fera pas des degrés à des degrés divers selon qu'on est plus ou moins dépendant des revenus du pétrole et par rapport à est-ce que est-ce que par rapport à tout ça, il y a aussi la possibilité de trouver pour le Cameroun. En tout cas des relais de croissance externe. Voilà, est-ce que ça c'est un jeu prioritaire se développer en interne tu peux les choses ou deux et donc de produire de productivité pour la voiture et ensuite et développer et vous vous faîtes les deux en même temps, il faut faire les deux en même temps la production la production pendant le cas de l'agriculture le Cameroun ayant une vocation agricole à se pousser culture devrais d'abord avoir pour premier objectif l'autosuffisance la sécurité alimentaire pour les pour les populations. Bon, il faut également tout faire pour dégager un sur plus exportable notamment si vous avez des marchés autour de vous la dire que tu en a pas la même on a pas la même importance. Donc voilà un exemple qui montre que on est parent autocentré tout simplement mais ne travaille également la diversification pour gagner des à l'extérieur rester dans le dans votre région, ça veut dire trouver un petit peu sur la sur la fille de l'est. Nous avons nous avons marché naturel. Région de la sous-région je pense à la CEMAC c'est 6 états. Je pense à la CEEAC 6 et 1 + 4 autres, ça fait 10 est tard. Mais nous avons également un grand qui n'appartient ni à la semaine, c'est le Nigéria. Nous pouvons pas nous ne pouvons pas l'ignorer 150 166 million d'habitants à veut dire que oui si vous n'avez que 10 pourcents de 20 % de ce marché, c'est déjà c'est déjà très important les autres régions d'Afrique également mais également l'extérieur, nous sommes en relation avec les accords de partenariat économique, nous sommes éligible à ceux qui se fait aux États-Unis pour le pour le pour le pour le pour le commerce, ça veut dire que nous ne nous limitons pas seulement à la sous-région africaine pas seulement mal Afrique mais nous allons à vers l'extérieur mais est-ce que est-ce que vous considérez-vous que un moment il faut reconstruire un petit peu l'Afrique. La thématique de se forme aujourd'hui c'est quand les tu rencontres l'ouest aujourd'hui, est-ce que du coup effectivement il y a besoin de nécessairement de resserrer les rangs aujourd'hui de réunifier les Afrique autour peut-être dans je pense qu'on a le destin commun mais peut-être aussi autour de dynamique et une approche qu'il soit beaucoup plus ouverte et puis une amie mais c'est l'objet de ce qui s'est passé en mars l'année dernière Honda sur la zone de libre-échange. Justement c'est pour essayer de t'amener l'Afrique à commercer entre elles vont bien être à l'extérieur. En fait, il est faible pourquoi parce que en gros les pays africains ont les mêmes choses et manque des choses parce que pour commercer avec l'autre, il faut lui vendre ce que vous avez à vendre ce que lui il se rend compte qu'il a beaucoup de cas, on a les mêmes choses et au moins une chose dont je crois que la solution c'est vraiment pour chaque pays d'essayer de développer les produits les filières il peut avoir. Appelle en avantages comparatifs tu as dit aux Poètes fois et si on ne marche pas sur les pieds si chacun et c'est effectivement de développer la structure, elle pourra peut-être dynamique si le transport logistique. Voilà, c'est parce que sur effectivement commercer beaucoup plus il faut aussi que peut-être les réseaux transport et logistique sur beaucoup plus performant, est-ce que voilà dessus est-ce qu'il y a une réflexion de fond que ce soit au niveau du Cameroun est dans ton trouve et est-ce que on peut parler aussi avec vos on peut dire confrère aussi parce que apparemment c'est c'est une vraie contraste logistique et il faut déjà posé problème. Vous pouvez mettre les avions les avions, ils vont donc je crois que ce problème il faut il faut il faut l'attaquer au niveau 2. Nous sommes conscients du fait que nous ne sommes pas aller aussi vite que les autres et les chefs d'État, on peut vraiment la résolution de d'accélérer un peu d'accélérer un peu là, ça c'est une chose. Bon maintenant sur le plan comme vous dites ça reste un problème, ça reste un problème surtout en Afrique centrale en Afrique de l'Ouest mieux. Voilà, ça se passe relativement bien mais pas suffisamment même avec les parents. Voilà, voilà la capitale économique du Cameroun. C'est 25 minutes, c'est 25 minutes. Mais si vous voyez le rôti quand m'a fait je dois partir de Yaoundé après après la réflexion réflexion et trouver des solutions. Qui permettent aux consommateurs final citoyens quel que soit le menu et de pouvoir aller de pouvoir venir et de pouvoir commercer je sais pas vous que je vais dire ça mais tout ce qui est réseau transport facilité mobilité pour le commerce pour le business, ça doit des sous seulement des financements important est-ce que c'est les pays africains qui peuvent supporter ce financement, il faudra nécessairement passer par l'empereur passer à la dette passer par le même partenaire chinois, je ne peux pas une région qu'une région ne peut résoudre l'ensemble des problématiques qui se pose maintenant à ce pays à cette région tout seul ou tout seul l'énergie les réseaux de transport la connexion toutes ces questions-là nécessite évidemment que chaque pays que chaque région et des ressources internes une épargne nationale. Il faut la coopération internationale au Maroc, c'est bien parce que nous ne pouvons pas nous suffire tout seul dans la coopération internationale, sais beaucoup de choses la coopération avec les autres pays a rien dans ce qu'on appelle es pressé, ça peut être les investissements directs étrangers, ça peut être qu'on appelle les partenariats public-privé et c'est bon, il y a plein de choses en as besoin de l'argent, on va aller vite sur le transport sur la collectivité, la connexion est la mobilité les principaux levier de financement des grandes puissances la chaîne et qui tourne me présente aujourd'hui sur le continent africain. Bon je crois que beaucoup de dire attention sur une blague en fait tous des Africains attention. C'est votre nouvelle amie en ce qui est nouveau c'est pas qu'on soit amis à la chaîne ce qui est nouveau c'est quand la chaîne sur une puissance financière, c'est ça qui est nouveau un pays comme le Cameroun travaille avec la Chine depuis 4050 ans donc c'est pas nouveau ça fait maintenant que la Chine est une puissance financière et tous les pays et pas seulement africain de tous les pays vont est l'argent. Bon maintenant, il demande pas seulement avec la chaîne et mets avec d'autres quand on vous prête de l'argent. Regardez bien les conditions du prêt aussi. Vous allez emprunter de l'argent pour faire quoi, il faut pas que ce soit pour faire des des des des des des des des des je veux dire des choses qui ne servent à rien essayer de faire en sorte que vous vous contacter aujourd'hui, il y a des projets d'infrastructures. Une autre vision effectivement insister beaucoup sur les infrastructures en route, il y a il y a des autoroutes exetera mais également la modernisation de l'agriculture aller vers l'agro-industrie. Nous avons nouveau plan directeur de l'industrialisation votre mets sur place une bonne partie de notre production et Bella blabla transformation parce que la valeur ajoutée partenaire aussi, je pose la question. Je me dire quelle est la matière première pour la transformation très souvent, il faut du il faut des sous et du savoir-faire. Donc bien sûr, est-ce que chaque fois qu'il y a besoin capitalistique chaque fois qu'il y a un besoin de de de de de de savoir-faire. Si vous n'avez pas sur place aller la chercher vous pouvez la trouver est-il plus facile pour vous. Défi danser et pour le Cameroun avoir des partenaires solides qui soit les stars de l'Afrique il y a des partenaires solide en Afrique dieu merci, nous avons déjà des partenaires à l'intérieur de l'Afrique à votre banque, c'est beaucoup de choses. C'est pour ça d'ailleurs. J'ai discuté avec le président, il me reçois encore cet après-midi m'a dit le président du groupe de la ben. Voilà, c'est déjà une très bonne chose, c'est déjà une très bonne chose. Bon mais comme j'ai dit les besoins de l'Afrique qui sont nombreux donc nous, n'hésitons pas aller même au-delà de l'Afrique pour trouver ses partenaires ok merci, on a déjà eu des partenaires financiers de financement croisé qui soit tu sois mondiale, c'est quoi la mondialisation si c'est pas forcément l'exigence la mondialisation, c'est juste le Mathis qui veut que vous pouvez trouver les aides pour faire ce que vous voulez faire réussir et le reste, il faut les populations. Est-ce que la population camerounaise à l'instar de beaucoup de population et de société africaine et pas seulement aujourd'hui à une maturité a des exigences que les générations précédentes n'avait pas et que c'est un vrai un vrai défi aussi pour savoir que les populations la population camerounaise africaine comme toutes les autres population as accès maintenant des moyens de l'information que les autres avaient pas donc en gros les gens savent ce que c'est que le développement de la croissance pour avoir la croissance mais maintenant il faut que les gens sont cela voilà donc les population camerounaise comme le weekend et deviens exigeante, c'est-à-dire que elle attendait des pouvoirs publics un certain nombre de la réponse problème et les populations sont d'autant plus qu'elle se rende compte que les pouvoirs publics. Travail dans le sens de résoudre le problème de la population camerounaise aussi c'est quoi cette attente en matière de service public en matière de d'éducation matière de logement en matière de santé, vous avez cité, vous avez cité des problèmes essentiels des problèmes service public, c'est-à-dire que la population et les moyens et or la population besoin de quoi a besoin de l'eau potable la population dans un d'électricité la population besoin de se mouvoir la population besoin d'un revenu descends autant de choses qui sont un peu la problème global qu'on trouve dans tous les pays et les pouvoirs publics dans la carte du Cameroun au travail en justement dans le sens de la recherche et solution à ce problème et ça passera par des partenariats public-privé parce que quand je vois un petit peu les finances publiques Le Petit du Cameroun, tu me fais difficile de pouvoir financer aussi et de répondre aux attentes de l'ensemble des citoyens camerounais. Donc je me dis c'est extrêmement important. CD dans quelques jours dans quelques semaines je ne fais plus rien à la pause la première pierre d'un barrage très important qu'on appelle barrage de Nachtigal qui est financé vraiment partenariat public-privé, ça veut dire que l'État du Cameroun un gros 15 pourcents dans cette affaire pendant que le partenaire et le reste j'ai beaucoup sont des Internationaux à la société financière internationale Électricité de France Afrique à 50 et qu'il y a derrière son siège à Casablanca exetera et le Cameroun comme je voulais dire à quelqu'un, c'est pour ça ouais, ça veut dire que c'est une espèce de confiance en la politique du Cameroun en politique du président du président Biya et la confiance en ce projet dont je crois qu'il faut travailler dans ce sens, tu as dire déterminer un certain nombre de pas pour qu'il puisse. Camerounais parce que quand on a 15 % ça veut dire que c'est les projets aussi partenariat public-privé qui qui mange des ressources et je voudrais que 15 % mais c'est n'importe quoi parce que si j'avais les 100 pour 100 facilement bon donc moi j'ai pas les 100 pour 100 et puis c'est pas mauvais. Vous avez l'avantage du partenaire République privé si vous avez une période qui me période au terme au terme de la quel investissement hernie hernie au gouvernement au gouvernement a tiré, les investisseurs étrangers, c'est une bonne chose parce que non seulement vous avez de l'argent mais ça montre surtout la confiance avec les investisseurs, ils vont pas dans un pays qui n'a pas de venir, ils vont dans un pays parce qu'ils savent que leurs mais pas être certifié les plus important, c'est pour que ça se passe au Cameroun un pays aussi qui a connu et tension et des difficultés un message aussi. On est au Maroc à Casablanca en Afrique développement ça qu'on reste pas beaucoup. Oui seulement avec le Maroc mais comme je vous ai donc voilà, c'est pour ça qu'il faut il faut se rencontre. Nous avons notre directeur général de l'agence pour mission des investisseurs de des investissements. Je vous en ai parlé, il sera là, tu vas rencontrer aussi investisseur marocain et autres et surtout trouver quelles sont les filières on peut faire des choses ensemble l'agroalimentaire par exemple. Nous savons que vous êtes un peu avancé sur ce soir et est-ce qu'on peut trouver des partenaires de pour nous aider à développer un autre filière Agricole pour aller beaucoup plus vers la transformation exetera le stockage parce que voyez-vous on est on a souvent des particularités au Cameroun que dans certaines régions. Nous sommes j'ai presque envie de dire excédentaire parce que nous il y a des choses en tête et qui pose tout ça mais malheureusement comme quoi par exemple. Les mangues certain nombre de pas de produit mais dans le même temps nous avons des tu connais souvent la disette par exemple en saison 1 saison 2 comment dire plus là-bas pour voir stocker est conservée pour pouvoir et couler dans les zones qui souvent se retrouve en rupture si je peux être sûr d'être aussi le jeu de discussion te changer tes actes un partenariat aujourd'hui même à Casablanca. C'est ça. Voilà, c'est bien ça merci en tout cas oui pour le moment, je rappelle que vous êtes ministre en charge des finances des finances publiques, donc l'argentier de Cameroun belle journée et puis bon merci de m'avoir invité. Merci à vous bien.

DERNIÈRES VIDÉOS »

Video : Publicité mensongère : Chakib Benmoussa tacle les écoles privées
Video : Casablanca: Le ravalement des façades des immeubles relancé pour une ville blanche en 2026
Video : Les ministres africains des Finances et gouverneurs des Banques centrales en conclave à Marrakech
Video : Mohamed Sadiki insiste: Les prix des moutons sont à la portée de tous les Marocains !
Video : Trophée Hassan II de Tbourida 2022 : la sorba de Maher El Bachir sacrée pour la 3e fois de suite
Video : Hanane Ait Aissa : « Aujourd’hui, tout l’effort doit être fait pour générer de l’impact de la réussite des projets entrepreneuriaux »

Videos similaires »

Video : L'Info en Face avec Maryam Bigdeli
Video : L'Info en Face avec Mohammed Benmoussa
Video : L'Info en Face avec Fouad Douiri