Matin TV

Salaheddine Mezouar, invité de l'Info en Face spécial FIAD

Réalisé par : Le Matin


Start : 0
Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, était l'invité de L'Info en Face en marge de la 6e édition du Forum international Afrique Développement FIAD 2019, organisé les 13 et 14 mars à Casablanca.

Transcription automatique :

Dans le cas de la tenue de la 6e édition du forum case en Afrique développement aujourd'hui que le reçois présent de la CGN lac du Maroc l'Afrique le nouveau centre de gravité aussi de l'économie nationale marocaine et du du secteur privé oui l'Afrique présenter mon présente, c'est un choix stratégique basé sur une vision des convictions. Porter au plus haut sommet de l'État est donc tout le monde tous les acteurs sont impliqués impliqué dans cette dynamique là, il y a un avenir construire des défis à relever et c'est des filles sont partagés, il y a des enjeux également au niveau international les l'Afrique ne peux pas rester à la marge de l'Afrique doit être doit être un acteur en acteur agissant est un acteur qui se fait confiance à notre sortie 11h et un acteur qui compte sur ses compétences et ses ressources naturelles transformation transformation sociale désenclavement, c'est beaucoup de défi. Alors c'est tout en même temps parce que c'est pas ça qui est compliqué justement on s'est de beau défi et je pense que ce qui est important c'est qui est de la cohérence politique dans le cadre de la vision. Je pense qu'au niveau des leaders africain qui sont. Porter sur les Bray sujet de développement loin des idéologies loin des faux problèmes souvent évoqué dans des instances comme ça sans son de vrai, il faudrait porter et donc je pense que le dernier acte symbolique fort au niveau politique. C'est celui qui a été décidé et acte et l'Ordre du dernier sommet de l'Afrique celui de la zone de libre-échange économique continental économique et financière aujourd'hui pour vous le curseur Maroc sur l'Afrique y a-t-il des assurances aujourd'hui aujourd'hui, c'est quoi la phase 2 est-ce que aujourd'hui il y a effectivement elle est à l'aube et tu es à la lumière de d'une nouvelle phase. Le la CM doit poursuivre cette dynamique Aydoilles élargir il y a eu un mouvement dans lequel était impliqué essentiellement les grands groupes marocains, ils ont fait leurs preuves pour beaucoup d'entre beaucoup se sont développés sont devenus des acteurs, c'est le cas de ce que nous vivons aujourd'hui avec le groupe Attijariwafa bank mais aujourd'hui il faut il s'agit de détendre et tendre c'est d'embarquer également dans cette dynamique la les PME sur Quinté + qui s'appelle aujourd'hui, il y a de l'action, c'est pas uniquement de la réflexion sur la liste des pays africains aujourd'hui, on a un certain nombre de ministres en charge du développement économique du Burkina Faso que c'est ça, c'est l'industrialisation, ils ont tous construit leur vision et de développement sur l'industrie, est-ce que dessus le Maroc a une valeur ajoutée. Enclencher effectivement tout parce que nous sommes contenu dans notre expérience mais aussi de l'accélération de lectrice pour industrie mail sur les 1520 dernières années, on a des atouts et des arguments et aussi un savoir-faire savoir-faire qu'il va falloir aujourd'hui transformer et transformer au profit d'un partenariat stratégique avec notre espace régional de l'Afrique de l'Ouest, mais au-delà de l'Afrique de l'Afrique mais ça veut dire quoi ça veut dire qu'aujourd'hui candide il va falloir parce que vous étiez c'est intéressant parce que vous êtes dans les années 2006 2007, c'était il y a 12 ans 2005 2005 avec l'opération de lisation 2007 me semble-t-il et toute la déclinaison, c'était il y a 12 ans d'Afrique aujourd'hui sur le développement sur les 2018-2019 2020 2021 2022. J'ai l'impression, ce n'est que moi ça n'engage que moi qu'aujourd'hui on n'est pas forcément en osmose avec ce qui se passe. Côté du continent que certaines pays du continent africain aujourd'hui, c'est ce qu'on a fait nous il y a dedans est-ce que je suis dans le je suis dans le hall la bonne dynamique de penser ou pas bon il y a d'autres qui l'ont fait aussi qui se sont inscrits dans la foulée du plan émergence parce que le plan émergence au Maroc et comme les autres plans d'ailleurs a été fortement aspirateur pour beaucoup de leader africain et beaucoup de pays et donc on retrouve un peu le même le même modèle dans dans plusieurs pays mais chacun ses spécificités et donc la dynamique avance mais incontournable combien de de tous les pays de la commune-de-paris vergence naturel, il faut bien qu'il soit par des acteurs privés et des Allemands par des privé aussi africain et c'est ce type de forum est intéressant et créer des synergies trouver des opportunités. Partenariat de de j'y vais mais le Maroc c'est cet argument liés à la réussite de son expérience et donc cette expérience, il va falloir que la partage aujourd'hui, on est dans on est dans sa maintenant, c'est à travers le secteur privé, moi je dis que le grand défi le grand d'Afrique aujourd'hui. C'est son secteur privé, c'est le développement de son secteur privé, c'est les synergies que peut être créé entre les deux secteur privé des continents et c'est ça le défi le ventre. En tout cas au niveau du patronat marocain ce défi d'intégration des différents représentation des secteurs privés à mon cœur dans une vision partager la vision de la dynamisation de la session Dukan investissement du partage d'expérience d'expertise mais aussi de fluidifier également les échanges parce que les échanges aide aussi à Centre commerciaux entre le problème le problème aujourd'hui c'est ça c'est ce que j'ai soulever tout à l'heure, on a d'un côté un problème de fragmentation est le problème fragmentation fait que les marchés africains ne sont pas suffisamment captifs pour l'investissement et papa à ma profonde pas suffisamment l'argent. Voilà, donc cette intégration est un facteur accélérateur de cet après petit VTT et mes autres facteurs accélérateur de l'investissement de de l'Emploi et de la croissance l'Afrique a besoin de plus de croissance l'Afrique est revenu quelque chose que moins de 4 % reviens vers 4h sur la croissance économique mondiale moyenne trajectoire de 7 % c'est le cas de la Côte d'Ivoire Sénégal, c'est le cas de du Rwanda et Vous êtes au Maroc aujourd'hui, tu ailles un peu critique, il faudrait voir un petit peu à l'extérieur donc plutôt que tu mettre en compétition avec les Chinois ont les Américains, il y a peut-être l'Afrique mais eux, ils vont n'est pas encore réellement visible clairement surtout sur le secteur productif pas sur les économique des messages sur le secteur productif parce que aussi on considère qu'il faut mettre aussi dans ton sens quand on boit la demande quand on voit la demande et les besoins en Afrique sur un plan sectoriel, qu'est-ce qu'on trouve on trouve l'agroalimentaire donc la transformation des matières premières dans l'industrie donc l'agrobusiness, on trouve également le tout ce qui est électrique électronique et cetera c'est des besoins qui sont là, c'est tout. Les métiers autour de l'écosystème du bâtiment C l'écosystème également autour des travaux publics de l'énergie du tourisme mais aussi pour certains autour du secteur comme le textile marocain doit être encore plus stimuler. C'est il y a le moins bizarrement le moins de d'entrepreneuriat verra pour les 3 ans au lait de croissance et donc c'est très bien et je vois le potentiel. Je vois le marché naturel qui est le marché européen et donc c'est à marcher de la demande beaucoup plus orienté vers la façon mais une grande pas aujourd'hui vers vers le produit fini mais il s'agit aujourd'hui de prendre des locomotives et les accompagner, c'est là-bas ou également le secteur peut devenir rayonner peut devenir un acteur et Contributeur avec un impact en terme de retour pour le développement des entreprises dans le secteur de taxi pour changer de paradigme d'aujourd'hui de la de la vision de politique continental ai dit plus Matic aussi parce qu'en plus je l'avais pas si vous avez donc le passage l'intégration nuit africaine la reine du Maroc, c'est bon, c'est sa majesté bah c'était pour la dimension politique, ça fait plus de 2 ans aujourd'hui, est-ce qu'il faut passer aujourd'hui à la priorité économique incontestablement parce que je vais vous dire ce qui va reporter ça c'est l'économie les institutions comme les relations combien même on peut avoir des relations diplomatiques ce qui fait que le lien secret se renforce, c'est le flux des échanges commerciaux, c'est le corps humain et ensuite je pense pas vraiment mais les échanges commerciaux sont fondamental pour se structurer renforcer les miens. Sia de développement des échanges et d'investissement moyen de conflit c'est de montrer et donc nous avons tous un intérêt à y aller dans cette direction de la le secteur privé marocain a un rôle à jouer en direction de 100 continents naturels pour le partage mais également pour la croissance, c'est c'est c'est la voie naturelle. Je veux regarder autour de nous il y a pas un autre espace dans lequel l'entreprise africaine peux prospérer peux partager peux valoriser capitaliser également sur son savoir donc aujourd'hui chapitre 2 après l'intégration intégration du bar de nuit africaine, c'est le chapitre incontestablement, c'est quand qu'on inscrit au niveau de la CGN mais c'est quoi ça veut dire bon, il va falloir maintenant structure et tout ça il y a les grands groupes, c'est les locomotives mais il y a aussi ce pont important de entrepreneur marocain. Doit être embarqué qui doit être connecté et c'est le travail que nous sur lequel nous sommes aujourd'hui. On a commencé par le monde me demande le Burkina le Kénya. On a on a tout un agenda de de d'échange ou en tout cas de rencontre avec plusieurs pays africains sur sur le monde à l'autre, il reste encore 2 ans ou 2 ans et demi et sur ce m'endors, on va notre économie priori. Elle échangea la construction à la co-construction accompagne également par des instructions, nous avons la chance d'avoir trois banque marocaine présente Danse de plus de 26 pays africains et dans tout cela, c'est des facteurs facilitateur d'entreprise, on peut continuer à regarder nous envoies un marché intéressant. Mais si on veut si le chef d'entreprise de se contenter d'une croissance annuel 2 1 2 3 pour 100 c'est son choix mais c'est pas le choix stratégique. Qui assure une pérennité et qui assure un développement donc nos chefs d'entreprise non pas d'autres alternatives que de commencer compte tenu de l'évolution contenu de la maturité de commencer à regarder d'autres marche pas uniquement pour commencer mais aussi pour investir et aussi le quotient qui est économique et politique africaine l'Union l'Union européenne et la Chine est très présente aussi, est-ce que voilà parce que aussi de là-dessus Maroc est un peu moteur aussi qui qui veut se développer se déployer de point de vue économique de rayonnement un choix à faire on peut commune avec les deux sachant que beaucoup de sommeil aujourd'hui en Afrique, c'est la chantier commencer le numéro de Carine après ou c'est nous qui arrive et c'est la semaine qui suit c'est pour ça que on est inscrit tout cela dans la logique de la coopération triangulaire, on n'est pas on n'est pas en guerre, il s'agit d'être beaucoup plus subtil que ça. Une stratégie africaine clair ça date pas d'aujourd'hui la Route de la Soie mobilisation de l'État l'Union européenne naturellement se sont les continents de proximité mais avec le quel est l'entretien des relations qui ne sont pas forcément des relations, ça fait ça varie de pas le problème de l'immigration et cetera qui pose problème et donc forcément l'Union européenne, regarde l'Afrique veux changer de braquet dans sa manière de traiter la relation avec avec ce continent et tout cela et sont des avancées sont des avancées possible. Donc on s'inscrit pas dans une logique de compétition. Nous sommes perçues combien de temps un pays qui a fait la démonstration de sa capacité à faire avoir la bonne approche l'approche humaine la prends au stratégique l'approche de partenariat l'approche des partages. L'approche de coopération la capacité également de transformer et d'en prendre les plus perçu combien de temps un partenaire à destination de il y a de plus en plus d'entreprises chinoise qui vient au Maroc et qui sont intéressés par le continent qui veut construire avec des Marocains des partenariats d'accompagnement stratégique autour de la même chose pour beaucoup de pays européens. Donc cette ce positionnement, il va falloir le capitaliser le capitaliser à capitaliser dossier capitaliser intelligemment ça c'est un travail de coordination de concertation entre le public et le privé, il est fondamental pour ne pas aller chacun dans sa direction plus on est capable de fonctionne ensemble de s'entraider mutuellement de de de de marquer. Nous avons c'est une manière de jouer perso. Retrouve après faut qu'on se qu'on a débattu ensemble, c'était une compétition pour aujourd'hui souriant rassuré s'il vous plaît. Vous avez retrouvé l'oxygène. Vous êtes marque parce que je sais que de de perturbation oui un peu naturel parce que à chaque fois qu'il y a un changement de style aussi une adaptation l'adaptation un environnement et et donc il faut connaître ou redécouvrir les réflexes les les les sensibilités donc c'est une organisation quand même qui a son histoire qui a son son positionnement qui a une bonne perception 70 ans quand même temps que tu peux être fière d'avoir une organisation qui a 70 ans en même temps, il reste. Mais je suis quelqu'un qui sait toujours inscrit dans des principes fondamentaux qui sont d'être toujours assembleur et travailler pour rassembler et ce n'est pas simple dans des organisations de ce type la lettre de de rassembler parce que je suis quelqu'un qui croit donc je suis quelqu'un qui bug beaucoup et qui responsabilise, j'aime responsabiliser les gens parce que c'est comme ça que l'efficacité d'une organisation fonctionne, je n'ai pas de besoins personnels Lenny pour pas être pour apparaître est donc, je suis quelqu'un qui a toujours été enclin à mettre en valeur les autres et j'aime mettre en valeur les autres. C'est comme ça qu'on fait avancer qu'on fait découvrir les talents complet qu'on valorise le travail des uns et des autres c'est ma philosophie peut-être qu'on n'a pas été comprise au départ mais ce n'est pas grave aujourd'hui. Je pense que tout le monde est aligné et je suis heureux de travailler dans la série. Tu es parce qu'il est importante. Et aussi dans la cohésion parce qu'il est fondamental mais également dans l'alignement stratégique par rapport au programme que j'ai décliné que vous aviez présenter nos moi et dernier l'horizon c'est le même horizon reste le même et je vais vous dire joyeux toujours quelqu'un qui malgré tout ce qui se passe quelqu'un qui garde toujours le cap le cap, je le vois je sais il faut aller parce que quelqu'un qui n'a pas de Cape, c'est quelqu'un qui est Picasso t'ai mis un pacte et donc je sais il faut aller il faut mener la sauge est il peut mener l'organisation de gemmes et un patrimoine national et c'est un peu moins que le secteur privé doit préserver et défendre avec toute sa force parce que c'est ce patrimoine qui va faire évoluer la société parce qu'il est porteur d'innovation parce qu'il est porteur de modernité parce qu'il est porteur d'ouverture parce qu'il est important de m'exciter est-ce qu'il marche aujourd'hui naturellement, il est porteur de marché pour une entreprise mais c'est quoi son rôle naturellement de défendre les intérêts de ses membres mais au-delà de défense des intérêts. Tu peux penser que leurs intéressants sur leur petit revendications d'aujourd'hui mais une organisation comme le CGM dois dire votre intérêt, ce n'est pas ce que vous demandez aujourd'hui sur ce qu'on est en train de construire et c'est pour ça que j'ai inscrit dans ce qui est structurel apporter les modifications les réformes les évolutions donc le l'environnement économique et l'entreprise besoins en terme de financement en terme de soutien en terme d'ouverture en perm d'entraînement par les marchés publics, c'est ça après-midi. On a bu un peu l'empreinte. Tu as dit vous êtes battus sur les délais de paiement pour le remboursement crédit TVA, c'était deux choses. Voilà sur lesquels vous avez dit de cheval de bataille qui était prioritaire chez vous comment ça avance pas suffisamment vite. Vous le reconnaissez oui ça. Parce qu'il commençait à devenir dangereux pour l'entreprise c'était la suite si on voit un taux de mortalité sur les 8000 qui disparaissent au début, il y a 50 % que directement mais c'est grave et ensuite on voit des délices septembre septembre pour arriver à non aucune tournée et je peux vous dire s'il n'y a pas assez de croissance et parce que l'argent ne tourne pas c'est l'argent. C'est là, c'est le flux du circuit de l'argent qui fait que la croissance est elle n'est pas là, c'est ça le nerf de la guerre et donc je suis attaqué au nerf de la guerre parce que je ne peux pas parler aux entreprises me redonner confiance aux entreprises quand elles sont asphyxier financièrement, on se retourne après vers les banques et on dit les banques ne veulent pas donner les banques sont tenus par des règles et ses règles et ses règles sont deviennent de plus en plus triste. Et donc il va falloir et c'est pour ça que j'ai dit on essaie de regarder. Au partenaire public attention mais aussi aux entreprises privées qui ont cette capacité de financement et qui se sont installés aussi dans le confort du délai de paiement pour optimiser, je ne sais quoi au lieu de réfléchir à ce que cela peut avoir même pour elle. On ferme en terme de meurtrier comment on dit oui, c'est pour ça que je me suis orientée régler la question de la TVA. Donc il y a de l'argent qui a été injecté dans dans l'économie dans l'argent, c'est pour le CP parce que dès qu'ils ont reçu le paiement tout de suite la flûte de paiement. Heureusement, c'est bien maintenant, il y a il y a aussi d'autres organismes publics. Qui menace la survie de l'entreprise privée marocaine et j'ai eu une discussion à plusieurs discussions avec le ministre des Finances. Je suis quelqu'un qui n'aime pas crier. Je préfère travailler venir des résultats et donc sur ces questions avec les entreprises publiques il y a le plus de sensibilité en terme de retard de paiement également avec les collectivités locales la même chose demain démarre est mon souhait c'est que d'ici joie en plus véritablement débloquer et que l'oxygène revienne et que la normalité commence à revenir dans le fonctionnement normal d'une économie et très bon c'est compliqué, je vois des entreprises souffrir. Je vois beaucoup d'entreprises souffrir. Je vois des contractions de marché, je vois des difficultés de financement de projet, je vois beaucoup tout ça donc on n'est pas encore sorti de l'auberge. Je ne suis pas en train de tomber. On a du travail. C'est pour ça que je suis fortement concentrer sur cette question avec l'assistance. Parce que il faut qu'on sorte de cette zone de difficulté pour commencer à rentrer dans la dynamique virtuo trouver confiance, la lumière et retrouver un peu la lumière pour les entreprises ai fini avec une qualité parce que c'est rien à voir avec les avec les choses comme nous avons le 3 et 4 mai prochain. Voilà rendez-vous 2013 pendant 5 ans, je pense que bien je pense en tout cas que au vu des discussions que nous avons de l'implication de la mobilisation qui y a de la clarté de l'objectif si on va faire des astuces pour faire des assises autant ne pas les faire parce que j'ai encore une autre déception. On a pas besoin d'une autre déception. On a besoin des facteurs déclenchants de la confiance et des facteurs déclenchants de la visite est la fiscalité, en fait partie les objectifs ont été arrêté de manière très clair la simplification avoir une fiscalité compétitive simplifiée. Il faut il faut adapter également aussi, ça veut dire quoi pour la productivité beaucoup plus avantageuse non plus, c'est une qualité supportable, c'est bizarre mais je vais vous dire on a pas écouter génération été solution miracle en le reçu donc on arrête avec les agressions écouter c'est un principe général, je préfère et j'ai toujours été défendre défenseur de cette de ce principe dans ton secteur, il faut le soutenir financièrement, il faut défendre de soutien donc donc donc clarifie simplifié sur le sur les photos de tous les pays, je peux stimuler aveuglement. Oui, mais en note que je veux dire c'est que l'économique mais de plus en plus un rôle social de l'entreprise est sollicité sur un plan social et de rempli de fonction que l'État ne remplit pas et donc ça et ça ne peut se faire qu'avec une entreprise en bonne santé, nous voulons le maximum d'entreprise en bonne santé. Deuxièmement, je veux voir des entreprise PME TPE qui grandissent, il ne faut pas écrire de dire je n'ai que des petites entreprises, ce n'est pas la référence la référence et de dire comment on va grandir et comment faire grandir qui a fait grandir les avec la subvention, est-ce qu'on fait grandir un nom des rendements compétitive doit évoluer s'adapter avoir le courage de se remettre en permanence. On cause on a été bon il y a 10 ans pourquoi on les plus aujourd'hui donc et parce qu'on se remet pas en cause. On fait quelque chose et quand elle a réussi on dit on pense qu'il est pérenne, on est dans le référentiel de son secteur aujourd'hui dans l'industrie les meilleurs à sur un rendement de 7 % et 7 % que c'est maintenant quand on encourage des secteurs, on fait de sorte que on ferme certains pour aller vers ceux qui sont les plus faciles à travers à travers, c'est le cas de l'Immobilier. Tout le monde est parti dans l'immobilier dans l'industrie marocaine a été pénalisé cours de cuisine d'entreprise industrielle enfermé pourquoi parce que c'est compliqué parce que j'aurais combien de mois est compliqué et parce que notre code du travail, n'évolue pas et pas sûr d'être dans ton secteur d'activité. Malheureusement qui ne sont pas oui, tout le monde a fait faut que tu as compris, il y a des lignes le code du travail, il faut qu'on prenne comme ça. On a fini j'ai 15 ans et on a fini j'ai tout ça et ce n'est pas bon et aussi s'entendre avec les partenaires sociaux mais je vais vous dire en même temps, je ne veux pas que les employés cetera soit soit Crissier, il faut mettre en place les mécanismes de protection pour perte d'emploi de 1500 dirhams pourquoi pas plafonné 6000 c'est ce que nous avons proposé parce que il faut donner c'est qui paye, il y a la contribution de l'entreprise est la contribution de l'État a été mis en place quand j'étais 1500 million de dirhams sur lequel on m'a débloqué que de santé quand je vois le nombre de bénéficiaires part en est autour de 8000. Alors, il y a un problème, il y a un problème est un véritable problème. Défilé sociaux pour le pour les gens parce qu'il faut il faut penser à eux. On ne pense pas uniquement au capital en pense aussi au travail le capital, c'est important qu'il gagné parce que c'est un gagnant, il continue à investir et tu as développé créer de l'emploi et à préserver déjà des emplois qui l'a et le travail doit être les gens doivent travailler en confiance et les gens doivent comprendre que nous sommes dans un monde les choses aussi évolue très vite. Mais il faut pas quand il perd son travail de jour au lendemain, il se retrouve dans la rue sans ressources. Il fait ça possible. Donc remonté le plafond de assurer également une formation conversion, c'est ce qu'il faut faire pour rassurer parce que les syndicats aussi se défend des sont ils ont raison de défendre le travail sur le rôle de dépendre de travail mais on peut se mettre d'accord sur des mécanismes qui aide à faire évoluer notre dispositif à pousser les entreprises centre 30 parce que chaque fois qu'il y a un licenciement c'est la croix et la bannière les entreprises sans prise dans un étau considérable. Je suis pas partisan de jeter les gens. Non, c'est pas mes propos ce que je dis entreprise d'avoir la possibilité aussi de se contenir au transformation un manque de fort aussi, il y a beaucoup de cartes dans mon entreprise qui font qu'il y a obligé de séparation mais ça aussi il faut que ça soit réglementés règlement des choses très clair, je ne veux pas que les gens se retrouve du jour au lendemain entre les mains uniquement de ceux qui vont décider pour leur avenir. Non, il y a la protection mais il y a aussi l'obligation et l'obligation de toute personne comme le le détendeur du capital parce que celui qui détient le capital, il a il a aussi des fournisseurs, il a une banque il a des crédits à payer, il a des fins de mois et tout ça donc la rentabilité. Activités tout ça c'est des conditions fondamentale la discipline par rapport au processus qui sont mis en place, c'est autant de sujets qui sont sur la table, il faut qu'on en parle et qu'on en parle en toute transparence dernière petite question, est-ce que vous êtes en prison aujourd'hui à la perspective de 3e d'assises de la fiscalité vous être favorable un rééquilibrage niveau de la position la pression fiscale qui pèse sur l'entreprise sur le capital dans le salarié tout le monde et donc pour le travail aujourd'hui la politique fiscale et tu me composantes de la politique économique et donc de la vision de l'État en matière de développement économique et des ambitions qu'on a collectivement atteindre, on va pas discuter de la fiscalité sur un plan technique la technique ne règle rien. Ouais mais la chose sur laquelle, on est tous engagés, c'est que on part d'une feuille blanche. On revoit non mécanisme et on se dit c'est qu'on veut aller comment le premier marocaine peut être compétitive contenu de son environnement d'imposition fiscale comment le travail doit être comment on peut encourager le regroupement des entreprises comment est-ce qu on s'est tous ses angles en fait, on a besoin de l'industrie au Maroc et je et c'est pour ça que nous on parle de secteur productif sur la est-ce qu'il va falloir baisser la pression fiscale, nous avons une pression fiscale qui ne colle pas un autre niveau de développement ni de compétitivité et donc c'est la construction qu'on va faire c'est celle-là qui va faire mettre la pression sur les sur l'entreprise sur le capital et baisser la pression sur le travail, il faut baisser la tension sur l'entreprise par rapport à la viande Merci ça va. Voilà donc bon sujet sur la table mais aussi un autre sujet qui est très important et je suis sur la formation un emploi et c'est des assistants les quelle direction est programmée pas de oui, mais ils vont être programmée pour notre certainement et pour nous le mode hors des éclairs, on n'est pas pour des recommandations. On est pour des mesures opérationnel qui vont redonner confiance à nos jeunes et qui vont permettre l'ouverture du marché du travail le redonner mise à Sion du marché avec avec une formation qui est la mieux adaptée consiste à financer par l'entreprise aussi et à l'entreprise et donc un dispositif à revoir. Je pense qu'on a des interlocuteurs qui comprennent cela et de souci est clair. On dépense beaucoup d'argent pour ça beaucoup de moyens sont mobilisés humain financier. Tueur et cetera pour obtenir le résultat quand le tien on dort pas beaucoup de il va falloir également des instituts de nations aux professionnels même et je crois que sur ça c'est une question qui a quitté en plus naturellement de l'ouverture de l'employabilité et l'employabilité fondamentale, il ne faut pas que on avance des chiffres par exemple en terme de taux d'insertion professionnelle de 7075 pourcents, ce n'est pas vrai, ce n'est pas la même donc il va falloir que chacun prenne la responsabilité et la conscience que il va falloir se consacrer à ses je leur donner de l'espoir. Nous avons besoin de donner le sport et quand on est dans une niveau de responsabilité quand on est responsable d'un département du structure d'une d'un organisme, il faut donner le maximum de semaine de l'espagnol faire quoi. Le robot la robotisation et et maintenant arrivée de toutes les manières mais aujourd'hui on a d'autres priorités régler deux équations à régler. Nous avons beaucoup de jeunes dans la rue, il va falloir les insérer. On a une économie à redémarrer. Il y a de l'investissement à redémarrer. Il y a de l'emploi de demarrer. Il y a beaucoup de chantier que nous avions de marche. Merci en tout cas, merci de la Confédération Générale du Maroc. Merci mon ami, c'est toujours un plaisir plaisir partagé, merci à vous.

DERNIÈRES VIDÉOS »

Video : Publicité mensongère : Chakib Benmoussa tacle les écoles privées
Video : Casablanca: Le ravalement des façades des immeubles relancé pour une ville blanche en 2026
Video : Les ministres africains des Finances et gouverneurs des Banques centrales en conclave à Marrakech
Video : Mohamed Sadiki insiste: Les prix des moutons sont à la portée de tous les Marocains !
Video : Trophée Hassan II de Tbourida 2022 : la sorba de Maher El Bachir sacrée pour la 3e fois de suite
Video : Hanane Ait Aissa : « Aujourd’hui, tout l’effort doit être fait pour générer de l’impact de la réussite des projets entrepreneuriaux »

Videos similaires »

Video : L'Info en Face avec Maryam Bigdeli
Video : L'Info en Face avec Mohammed Benmoussa
Video : L'Info en Face avec Fouad Douiri