Menu
Search
Mardi 18 Juin 2024
S'abonner
close

«Le Matin Auto» au volant de l’Alfa Romeo Giulia 2.2 JTD Competizione

L’Alfa Romeo Giulia, récemment restylée après sept ans sans lifting majeur, présente des ajustements tels qu’une signature lumineuse retravaillée et un tableau de bord numérique. Toujours dotée du bloc diesel 2.2 litres, la berline italienne offre une expérience de conduite dynamique et subtilement modernisée.

En règle générale, les voitures subissent un restylage après seulement trois ou quatre ans sur le marché. Cependant, l’Alfa Romeo Giulia présente une situation exceptionnelle, avec une commercialisation qui remonte à plus de sept ans sans le moindre lifting de mi-carrière. Dévoilée en 2016, la berline de la marque italienne voit enfin arriver son restylage en 2022. Entrée sur le marché marocain, nous avons pris le volant de ce modèle pour le soumettre à notre essai approfondi.



La Giulia n’est pas la seule voiture de la gamme à bénéficier d’un léger lifting. Le Stelvio que nous avons eu l’occasion d’essayer a également subi des modifications. Bien entendu, les changements ne sont pas révolutionnaires, car ceux-ci sont plus susceptibles d’arriver avec la prochaine génération. Cependant, les différences entre les deux versions sont clairement perceptibles, notamment au niveau de la partie avant. On peut notamment observer une signature lumineuse retravaillée qui confère à la berline un regard plus agressif qu’auparavant, sans pour autant en faire trop. Elle s’inspire du Tonale et de la superbe SZ Zagato, tout en bénéficiant désormais de la technologie Matrix selon la finition. On remarquera également l’introduction de clignotants dynamiques, tandis que la calandre a subi une légère refonte.

En ce qui concerne le profil, celui-ci ne connaît pratiquement aucun changement. À l’arrière, on observe quelques évolutions, notamment dans le traitement des feux, qui adoptent désormais une finition transparente. Un détail subtil, mais qui fait néanmoins la différence lors de cette mise à jour. L’ensemble demeure toujours aussi réussi, la berline oscillant entre agressivité et élégance grâce à ses lignes affirmées et son capot nervuré, entre autres.

Une instrumentation numérique à bord de l’Alfa Romeo Giulia

Dans la plupart des mises à jour esthétiques effectuées par le constructeur sur leurs véhicules, les changements apportés à l’intérieur de l’habitacle sont souvent limités. Cela reste vrai pour la Giulia restylée, qui conserve une grande similitude avec la version précédente. Cependant, on observe que le tableau de bord devient désormais entièrement numérique, abandonnant ainsi les traditionnelles aiguilles analogiques. Avec une taille de 12,3 pouces, cet écran affiche toutes les données essentielles à la conduite. Il peut être personnalisé selon trois modes : Evolved, Relax et Heritage, et est associé à un écran tactile au design inchangé par rapport à la version précédente. Celui-ci intègre le système Alfa Connect, offrant une interface complète et moderne. À noter qu’il est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, ce qui s’avère pratique.

Dans l’ensemble, la qualité perçue à bord de la berline est bonne, bien que l’austérité du poste de conduite puisse décevoir. Les matériaux utilisés sont de haute qualité, notamment le cuir qui recouvre les sièges. Ces derniers offrent un grand confort et un excellent maintien, avec des réglages électriques offrant une grande amplitude pour s’adapter à tous les gabarits. En revanche, les places arrière ne sont pas les plus spacieuses de la catégorie, que ce soit en termes d’espace pour la tête ou pour les jambes. Le volume du coffre, quant à lui, est correct avec 480 litres, bien que l’ouverture puisse être jugée peu pratique.

L’Alfa Romeo Giulia maintient le bloc diesel

Si de nombreux constructeurs, pour ne pas dire la grande majorité, ont décidé de tirer un trait sur les moteurs diesel, ce n’est étonnamment pas le cas d’Alfa Romeo. La marque croit encore à cette motorisation. Ainsi les clients qui opteraient pour une Giulia restylée peuvent choisir le bloc diesel 2.2 litres en version 160 et 210 ch.

La variante de 210 ch plaira notamment aux passionnés de vitesses et aux gros rouleurs. Bien évidemment, cette déclinaison est moins silencieuse qu’une voiture zéro émission, alors que le quatre cylindres se montre même un peu trop bruyant à notre goût au démarrage et lorsque l’on monte dans les tours. Néanmoins, l’un des principaux atouts de cette motorisation diesel reste le couple conséquent de 470 Nm ainsi que sa souplesse et son turbo, qui assure des relances franches et dynamiques. Il faut également savoir que notre version d’essai est équipée de la transmission intégrale Q4. Cela signifie que la répartition de la puissance varie en fonction des besoins, et peut notamment être envoyée uniquement vers les roues avant dans certains cas. La boîte automatique à huit rapports est quant à elle très bien calibrée et les passages de rapports sont doux. On apprécie également les grandes palettes au volant agréables à prendre en main. La berline distille de très bonnes sensations de conduite et se révèle bien plus amusante que la plupart de ses rivales actuelles. Ainsi, la voiture vire à plat et fait preuve d’une grande efficacité dans les virages. Le train avant est quant à lui très incisif, tandis que l’arrière se veut légèrement joueur, mais juste comme il faut.

Verdict

Alfa Romeo a pris le risque de n’opter que pour un restylage pour la Giulia, mais cela a finalement insufflé une nouvelle vie au modèle. Les modifications subtiles, telles que la signature lumineuse et la calandre redessinée, ajoutent une touche d’agressivité au design. L’introduction de nouvelles technologies, notamment l’instrumentation numérique, et le maintien du bloc diesel 2.2 litres, démontrent un compromis judicieux pour satisfaire les passionnés de ce modèle.

Sur la finition Competizione

6 Airbags (frontaux, latéraux et rideaux), ABS, Système de freinage d’urgence, Répartiteur électronique de freinage, Avertissement de collision avant, Détecteur d’angles morts actif, Système de contrôle de stabilité, Système électronique antipatinage, Système de contrôle en descente, Alfa DNA, Pneus avec possibilité de roulage à plat, Reconnaissance des panneaux de circulation, Aide au maintien dans la voie, Détecteur de somnolence, Climatisation automatique bi-zone, Start&Stop, Régulateur de vitesse intelligent, Allumage automatique des feux, Essuie-glaces à détection de pluie, Capteurs de stationnement avant et arrière, Caméra de recul avec lignes de guidage dynamiques, Rétroviseur intérieur à commutation automatique, Rétroviseurs rabattables électriquement, Palettes de changement de vitesse, Sièges avant électriques avec réglage lombaire, Siège conducteur avec fonction mémoire, Sièges avant chauffants, Volant chauffant, Suspension Alfa SDC, Jantes 19 pouces, Feux de jour à LED, Phares Matrice full LED, Feux arrière à LED foncées, Éclairage d’ambiance, Grille de calandre noire, Sièges sport en cuir, Volant sportif gainé de cuir, Levier de vitesse en cuir perforé, Pédales sport en aluminium métal, Double sorties d’échappement, Vitres arrière surteintées, Pare-chocs arrière Veloce, Toit ouvrant panoramique, Étriers de frein peints en rouge, Écran couleur 8,8 pouces tactile avec navigation, Combiné d’instruments 12,3 pouces, Bluetooth avec audio streaming, Port USB arrière, Chargeur sans fil pour smartphone, Apple CarPlay & Android Auto, Système sonore Harman Kardon.

Équipements de l'Alfa Romeo Giulia

Caractéristiques techniques

Moteur 2.2 JTD (D)

Cylindrée (cc) 2.143

Puissance fiscale (cv) 8

Puissance maxi (ch) 210

Couple maxi (Nm) 470

Boîte de vitesses BVA8

Vitesse maxi (km/h) 235

Accélération (0-100 km/h) 6,8 (s)Consommation (urbaine/rurale/mixte) (l/100 km) 6,8/4,9/5,7

Finition Sprint (DH) 465.000

Finition Veloce (DH) 595.000

Finition Competizione (DH) 635.000
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.