Menu
Search
Dimanche 16 Juin 2024
S'abonner
close
Dimanche 16 Juin 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

Béchir Boussandel au Jardin rouge : la Terre vue de loin

Dans une expérience artistique originale, l’artiste franco-tunisien Béchir Boussandel nous invite à voir la Terre, ses hommes et ses frontières d’en haut. Intitulée «Earth’s Skin», cette exposition immersive, qui se joue de l’espace et du temps, prendra place à la Salle des Casques de la Fondation Montresso ce 18 mai et sera visible jusqu’au 20 juillet.

No Image
Entre figuration et abstraction, Béchir Boussandel nous transporte à travers des territoires visuels en changement constant, interrogeant notre perception de la réalité et de l’appartenance. Dans ses créations, on peut souvent remarquer des représentations d’îlots de terre vus d’en haut, flottant dans l’espace... et probablement dans le temps. Ils sont parsemés de petits éléments figuratifs capturant la présence de la vie, humaine, animale ou végétale. Dans des teintes vibrantes qui résonnent avec l’atmosphère changeante et mystérieuse du crépuscule, l’univers de Boussandel fait forte référence à l’environnement dans lequel il évolue.

Vertical vs Horizontal

Reconnu pour ses visions oniriques, Béchir Boussandel matérialise ses créations, avec une abstraction saisissante sur une variété de supports, des toiles plates aux installations volumineuses. En essayant, constamment, de transcender les frontières conventionnelles de l’art, Boussandel invite le spectateur à un voyage intérieur où les territoires représentés prennent place dans une dimension à la fois tangible et éthérée. En naviguant à travers ses œuvres, le public est confronté à une expérience de mobilité où la perception de l’espace et du temps est constamment remise en question.

Boussandel explore brillamment la notion de la verticalité en créant une dynamique particulière dans ses œuvres, où les horizons se confondent et les frontières entre les éléments se délitent. Les visiteurs sont alors plongés dans un espace d’incertitude où chaque œuvre est une invitation à repenser la relation à l’environnement. À travers ses compositions audacieuses et ses choix chromatiques vibrants, l’artiste nous invite à réfléchir sur les notions de délimitations et de passages entre différents mondes, ainsi que sur ce qui délimite l’humain et son monde.

L’artiste entre deux rives

Béchir Boussandel incarne une nouvelle génération d’artistes visionnaires qui repoussent sans cesse les limites de l’expression artistique. Menant une carrière artistique entre Lille (France) et Bizerte (Tunisie), il est représenté par la CDA Gallery à Casablanca et la Galerie Tabari Artspace à Dubaï. Béchir Boussandel a participé avec brio à la Menart Art Fair en 2023 à Paris. Ses œuvres, exposées à travers le monde, ont intégré les collections prestigieuses du ministère de la Culture et de la jeunesse des Émirats arabes unis, du Musée Deji Shanghai, du Musée d’art contemporain africain Al Maaden (MACAAL) et de la Fondation Montresso.

Né en 1984, Boussandel a poursuivi sa formation de Beaux-arts à Dunkerque. Très vite, il a commencé son parcours dans le domaine de l’installation avant de se tourner vers la peinture. Son exploration des strates multiples d’une peinture en perpétuel mouvement révèle un questionnement initial sur la perspective, qu’il traduit avec élégance dans ses toiles. Dans son travail, Boussandel bouscule les conventions de l’horizon et offre une vue panoramique sur des surfaces dont la matérialité oscille entre le terrestre et l’astral. L’œuvre de Béchir Boussandel s’inscrit dans une réflexion continue sur les déplacements des individus à travers des territoires aussi instables que poétiques.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.