Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Culture

FIFM: Birdland de Leïla Kilani programmé dans la section "Panorama du cinéma marocain"

Le film Birdland (Indivision) de la cinéaste marocaine Leïla Kilani sera présenté dans le cadre du 20e Festival international du Film de Marrakech (FIFM) programmé du 24 novembre au 2 décembre 2023.

No Image
Cette œuvre cinématographique sera projetée dans le cadre de la section "Panorama du cinéma marocain", le 29 novembre à 14h au Palais des congrès, salle des Ambassadeurs. Indivision a déjà reçu plusieurs prix, notamment au Festival du nouveau cinéma de Montréal (Prix de l’innovation), au Festival du film arabe de Fameck (Grand Prix) et au Festival des cinémas d'Afrique à Apt (Prix du jury jeunes).



Indivision propose une fable captivante. Il nous transporte dans les collines de Tanger, la ville qui a une « puissante histoire d’amour » avec la cinéaste. Ce film explore les thèmes complexes de la famille, de la propriété et de la destruction de l'environnement. Avec Birdland, Leïla Kilani a voulu faire un film sur une famille, sur les oiseaux, sur des adolescentes. « J’adore les films sur les adolescents. J’aime la cruauté et la tendresse de cet âge. On est plus ouvert d’esprit à l’adolescence. On se pose des questions qu’on évitera soigneusement plus tard. C’est particulièrement vrai pour les jeunes femmes au Maroc, qui sont moins inhibées que les jeunes hommes ». Le casting de ce film comprend Ifham Mathet, Ikram Layachi, Bahia Bootia El Oumami, Mustafa Shimdat et Jaafar Brigui.

Selon la cineaste, Ifham Mathet, « n’est pas une ado actrice ordinaire. » Sa douceur déstabilisante est d’une forte valeur ajoutée pour le film. « Elle a une «physicalité absente», nous avons exploré ensemble cela dans sa performance. Je ne pense pas que le film aurait été

possible sans elle”, a indiqué Leïla Kilani.

S’agissant de Ikram Layachi, la cinéaste souligne que l’actrice a dû cacher sa beauté à la fois captivante et émouvante: « Dans le rôle de la bonne, Ikram est méconnaissable. Ses cheveux ne sortent jamais du foulard... un peu nonne et un peu bagnarde, enfantine et guerrière, toujours tendue, forte et brisée. Émouvante, à la fois mystérieuse, fragile et déterminée,Ikram a fait une grande performance pour construire la bonne. »