Menu
Search
Samedi 13 Juillet 2024
S'abonner
close
Samedi 13 Juillet 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

Bourse de Casablanca : un nouveau départ attendu après une phase de consolidation

Une nouvelle étude de Valoris Securities met en lumière la tendance du marché boursier marocain au premier trimestre 2024. Elle constate une phase de consolidation depuis février, après une forte dynamique d’achat pour l’ensemble des valeurs de la cote casablancaise, attribuée à des facteurs tels que la CAN 2025 et le programme d’aide au logement. L’analyse prévoit trois scénarios potentiels pour l’évolution du marché actions, prenant en compte des facteurs économiques et des changements dans les comportements des investisseurs. Détail.

No Image
Valoris Securities vient de publier une étude sur les tendances du marché boursier marocain au premier trimestre 2024.

Depuis Décembre 2023, le Masi enregistre une forte dynamique d’achat pour l’ensemble des valeurs de la cote casablancaise. Cette tendance est largement attribuée aux impacts anticipés de la CAN 2025, de la Coupe du monde en 2030 et du programme gouvernemental d’aide au logement. De plus, l’assouplissement des taux d’intérêt à long terme depuis le début de l’année a également exercé un effet positif sur le marché secondaire. Toutefois, une phase de consolidation s’est amorcée en février et s’est prolongée au cours des deux derniers mois, coïncidant avec la période de publication des résultats annuels de 2023 des entreprises cotées. L’analyse des contributions des valeurs cotées à la variation du Masi entre le 06/02/2024 et le 28/02/2024 montre que l’indice a été largement soutenu par les grandes capitalisations casablancaises, sans distinction de secteur. Le Top5 des TOP 5 des contributeurs en point à cette variation du Masi est constitué respectivement d’Itissalat Al-Maghrib, Attijariwafa bank, BCP, Bank OF Africa et Marsa Maroc.



«Nous notons que le marché s’est inscrit dans une phase de consolidation entre février et avril, sans pour autant corriger significativement. En effet, bien que plusieurs grandes capitalisations aient connu des corrections qu’on pourrait attribuer à des mouvements de prise de bénéfices (par anticipation aux annonces de résultats et de dividendes), le Masi n’a perdu que 126,92 points entre le 28 févier 2024 et le 1er avril 2024, oscillant entre 13.134,04 pts et 13.007,12 pts», détaille l’étude.

Nouvelle orientation des investisseurs

Selon les experts de Valoris Securities, la résilience de l’indice durant cette période repose principalement sur un changement au niveau de l’orientation des investisseurs qui a influencé le marché au cours des deux derniers mois.

En effet, le Masi bénéficie depuis mars 2024 de la performance des mid-caps et des sociétés immobilières, qui ont pris le relais des grandes capitalisations. «En examinant les contributions au Masi au cours des deux premières semaines d’avril, nous notons que la prédominance des mid-caps et des small-caps se maintient, avec une réapparition progressive des grosses capitalisations en tant que vecteur de croissance de l’indice. Cette réapparition des grandes capitalisations semblerait plus restreinte en termes de secteur qu’entre janvier et février, avec une absence des valeurs bancaires», est-il expliqué. D’ailleurs, dans le TOP 5 des contributions en point à la variation du Masi entre le 3 avril 2024 et le 18 avril 2024, on trouve respectivement Douja Prom Addoha, Managem, LafargeHolcim Maroc, Marsa Maroc et Akdital.

Trois scénarios d’évolution

Compte tenu de la dernière évolution du marché durant les deux premières semaines d’avril, l’étude Valoris Securities prévoit trois scénarios d’évolution du marché Actions pour la période à venir. Le premier table sur une prise de bénéfice au niveau actuel du Masi. «Le marché cote actuellement à un PE (Price to Earnings), 2023 supérieur à 20x et un PE 2024 estimé à plus de 18x. Ceci pourrait inciter certains opérateurs à craindre la limitation du potentiel de croissance encore disponible pour le marché Actions au niveau actuel de prix, privilégiant une politique de “Wait and See”, dans l’attente d’opportunités à bon prix», estime l’étude. Ce raisonnement pourrait être renforcé par la hausse rapide récente des valorisations sur une période très courte (notamment pour le secteur de l’immobilier), ce qui devrait ouvrir la voie à des séries de correction ainsi qu’à de la volatilité durant les semaines à venir.

Le deuxième scénario, plutôt optimiste, table sur une poursuite de l’accélération du Masi après la phase de consolidation des deux derniers mois, aussi bien au niveau des grandes capitalisations que des mid et small-caps. «Cette hausse hypothétique pourrait bénéficier d’un renforcement du sentiment d’optimisme concernant l’évolution de l’inflation et du taux directeur, ainsi que par des perspectives économiques positives telles que l’amélioration et le redressement anticipé de la composante agricole du PIB, le renforcement des IDE, et la croissance continue des recettes des MRE...», détaille l’étude.

Stratégie d’arbitrage

Enfin, le troisième scénario projette que le marché profiterait d’une stratégie d’arbitrage entre grandes et moyennes capitalisations après la récente forte ascension sur une durée courte. Une rotation entre secteurs pourrait survenir, suivie par un renforcement des actions à potentiel de croissance. Ceci favoriserait particulièrement les secteurs qui devraient bénéficier le plus de l’élan de croissance économique entre 2025 et 2030, ainsi que les actions en phase de reprise (telles qu’Alliances, Risma, etc.), dont la valorisation actuelle ne reflète pas l’ensemble du potentiel dont jouissent les valeurs.

«Selon notre analyse, nous projetons la réalisation du 3ᵉ scénario en tenant compte de l’évolution du marché, qui devrait être encore propice aux investissements en actions (en raison de la poursuite de la baisse des taux sur les maturités longues qui pourrait bien orienter une partie des souscriptions vers des OPCVM actions) sans pour autant accepter le niveau de valorisation actuel pour certaines valeurs», conclut l’étude Valoris Securities.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.