Menu
Search
Vendredi 23 Février 2024
S'abonner
close
Vendredi 23 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Économie

Dessalement de l’eau de mer : l’extension de la station de Chtouka plus tôt que prévu

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable envisage l’extension des capacités de la station de dessalement de l’eau de mer d’Agadir. L’opération, qui fera l’objet d’une assistance technique et financière, devrait porter la capacité de la plateforme de 275.000 m³/j actuellement à 400.000 m³/j, à raison de 200.000 pour l’eau potable et autant pour les besoins de l’irrigation. La date de mise en service de l’extension est programmée pour 2026.

No Image
Moins de deux ans après son entrée en service en juin 2022, la station de dessalement de l’eau de mer d’Agadir devra connaître une extension. La plateforme dispose actuellement d’une capacité de production mutualisée de 275.000 m³/j, soit une capacité initiale installée pour l’eau potable de 150.000 m³/j et pour l’irrigation de 125.000 m³/j. Cette capacité est extensible à 400.000 m³/j.



«Au vu de l’évolution de la situation hydrique dans cette région, il a été décidé d’avancer la date de l’extension de la capacité actuelle pour la porter à 400.000 m³/j, à raison de 200.000 m³/j pour l’eau potable et 200.000 m³/j pour l’irrigation, avec une date de mise en service en 2026», annonce l’établissement qui planche sur le recrutement d’une assistance technique afin de l’accompagner dans le suivi de l’exécution du contrat de gestion déléguée sur le plan financier relatif à la phase d’extension du projet. Cette mission d’assistance technique sera financée par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).

Concrètement, le consultant retenu devra apporter son assistance à l’ONEE lors de la phase de préparation à l’extension de capacité du projet, y compris la négociation et la finalisation des clauses contractuelles sur le plan financier ainsi que dans le processus de suivi de l’exécution du contrat de gestion déléguée d’alimentation en eau potable du Grand Agadir par dessalement d’eau de mer. Les missions à charge de l’assistance technique consistent à proposer la méthodologie, le calendrier et les objectifs de négociation, ainsi que la structuration financière idoine tout en mettant en exergue les risques financiers inhérents, le cas échéant, à l’opération d’extension, avec proposition des dispositions pour leur assignation par acteur et les mesures d’atténuation.



Il s’agit également d’établir une proposition sur les ajustements à apporter au contrat de gestion déléguée pour prendre en considération l’extension de capacité de la station (notamment la mise à jour des clauses et des annexes financières du contrat) et rédiger les propositions d’amendements sur le Plan financier de la documentation contractuelle. Le consultant devra, par ailleurs, accompagner l’ONEE lors des réunions de négociation avec le délégataire et fournir, à la demande de l’ONEE, des notes d’argumentaires et/ou avis. Il aura, en outre, à examiner les différentes itérations du modèle financier et avec l’émission des remarques avant la stabilisation de la version du modèle financier appelée à être auditée. Le tout assorti de la rédaction et la finalisation des aspects financiers de la documentation contractuelle matérialisant l’extension et ses annexes financières pour signature ainsi que l’accompagnement se rapportant à la documentation de financement.