Menu
Search
Dimanche 19 Mai 2024
S'abonner
close
Dimanche 19 Mai 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

Les régions de Souss-Massa et de l’Oriental se doteront de plans d’efficacité énergétique

Le département de la Transition énergétique, en partenariat avec la GIZ, planche sur l’élaboration de deux plans d’efficacité énergétique. Deux régions sont concernées, Souss-Massa et l’Oriental. Ces futurs programmes s’assignent des objectifs ambitieux en termes de réduction de l’empreinte carbone et d’implémentation de pratiques d’efficacité énergétique dans différents secteurs d’activité. Voici ce que prévoient concrètement les plans envisagés.

Au cours de ces dernières années, la politique énergétique marocaine s’est davantage concentrée sur la promotion de l’efficacité énergétique, en plus des énergies renouvelables.
Au cours de ces dernières années, la politique énergétique marocaine s’est davantage concentrée sur la promotion de l’efficacité énergétique, en plus des énergies renouvelables.
La Coopération allemande (GIZ) planche sur l’élaboration de plans d’efficacité énergétique pour deux régions du Royaume : Souss-Massa et l’Oriental. Le projet s’inscrit dans le cadre du partenariat de la GIZ avec le département de la Transition énergétique et du développement durable. «En effet, la GIZ, en partenariat avec le ministère et d’autres partenaires publics et privés, est chargée de mettre en œuvre, sur la période 2021-2026, le Projet d’appui à l’efficacité énergétique au Maroc (PEEM). Les trois champs d’intervention thématiques du projet portent sur les secteurs du bâtiment, de l’industrie et de l’éclairage public. Un accompagnement parallèle est également prévu autour de deux axes transverses relatifs à la stratégie et la réglementation ainsi que les mécanismes financiers et d’incitation».



Le PEEM est financé par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ). Il vise à réduire la consommation énergétique des bâtiments, de l’industrie et de l’éclairage public, et ce à travers 5 composantes. La première porte ainsi sur l’amélioration du cadre stratégique et réglementaire de l’efficacité énergétique. La deuxième composante, elle, concerne l’amélioration de l’accès aux mécanismes d’incitation et de financement pour des investissements en efficacité énergétique dans les secteurs public et privé.

S’agissant de la troisième composante, elle consistera à optimiser des capacités personnelles et institutionnelles pour l’augmentation de l’efficacité énergétique dans les bâtiments des institutions publiques et dans les entreprises du secteur tertiaire. Quant à la quatrième, elle vise l’amélioration des services énergétiques pour l’industrie. Enfin, la cinquième composante, elle se traduira par l’amélioration des services offerts aux municipalités pour un éclairage public économe en énergie et tenant compte des besoins de sécurité de la population.



Selon la GIZ, le développement de l’activité économique et l’amélioration des revenus et des conditions de vie ont entraîné une augmentation de 32% de la consommation d’énergie finale au Maroc entre 2007 et 2017. Près de 90% de cette énergie provenait des combustibles fossiles. Les coûts élevés de l’énergie pèsent sur le développement économique et le budget national. L’industrie, les bâtiments et l’éclairage public font partie des cinq secteurs les plus énergivores, avec l’agriculture et les transports.

Le département de la Transition énergétique a été chargé de mettre en œuvre la Stratégie énergétique du Royaume, adoptée en 2009, en lien avec la Stratégie nationale du développement durable (SNDD). Le ministère a, dans ce cadre, engagé des réformes afin d’atteindre les objectifs fixés. Cette stratégie prône la sobriété énergétique à travers une politique d’efficacité énergétique et s’appuie sur un cadre institutionnel, juridique et financier «innovant» permettant le développement d’un portefeuille de projets structurants dans le domaine de l’énergie solaire, éolienne et hydraulique et de l’efficacité énergétique.

Au cours de ces dernières années, la politique énergétique marocaine s’est davantage concentrée sur la promotion de l’efficacité énergétique en plus des énergies renouvelables. Ainsi, la stratégie nationale de l’efficacité énergétique, publiée en novembre 2021, a fixé un objectif national de réduction de la consommation d’énergie finale de 20% à l’horizon 2030. Elle vise à développer le marché de l’efficacité énergétique et d’en faire un réel moteur de développement du pays.
Lisez nos e-Papers