Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Économie

Tourisme interne : l’ONMT sur un projet d’étude pour électriser le marché

L’Office national marocain du tourisme entend mettre à profit le potentiel du marché touristique interne. Après l’adoption de la nouvelle stratégie de développement du secteur, il projette de mener une étude de marché pour mesurer le potentiel des touristes nationaux. L’enquête qui sera confiée à un cabinet spécialisé devra approfondir la connaissance de ces touristes afin de leur offrir des produits adéquats.

En 2022, à la suite de l’ouverture des frontières, la part des nuitées du tourisme national dans les établissements hôteliers classés est tombée à 42%, contre 70% un an plus tôt.
En 2022, à la suite de l’ouverture des frontières, la part des nuitées du tourisme national dans les établissements hôteliers classés est tombée à 42%, contre 70% un an plus tôt.
L’Office national marocain du tourisme (ONMT) entend dynamiser le marché interne du tourisme. Il est ainsi sur un projet d’étude de marché qui devra permettre de mesurer le potentiel des touristes nationaux et mieux les connaître. L’enquête qui sera confiée à un cabinet spécialisé devra approfondir la connaissance des touristes nationaux afin de leur offrir le produit touristique et les attractions adéquates qui répondent à leurs besoins, et ce grâce à la réalisation d’une segmentation marketing «efficace».



Il s’agit également de quantifier le potentiel du tourisme interne et de définir l’investissement nécessaire afin de transformer ce potentiel en touristes effectifs consommateurs du produit marocain. Sur le terrain, l’enquête à mener ciblera les hommes et les femmes résidant au Maroc et relevant des différentes catégories socio-professionnelles (A, B et C+). Elle touchera l’ensemble des régions du Royaume et s’intéressera à toutes les filières de la feuille de route du secteur touristique et à toutes les destinations marocaines. L’enquête abordera également les endroits et places touristiques marocains et les évènements et manifestations culturelles du pays.

Le tourisme interne fait partie de la nouvelle feuille de route de développement du secteur dans la mesure où la nouvelle structuration de l’offre touristique a pris en considération le développement du marché interne. En effet, les 9 filières identifiées dans la stratégie ont été pensées pour augmenter la part de marché des touristes étrangers, des Marocains du monde et des résidents. «Le touriste national constitue une cible à atteindre à travers toutes les filières selon les catégories socio-professionnelles. Il est donc important de mieux le connaître, mieux le segmenter afin de pouvoir lui offrir le produit et l’expérience touristiques idéale», explique l’ONMT. Durant la dernière décennie, l’Office a relevé un engouement des Marocains pour les voyages à l’étranger notamment en Espagne, Turquie, Portugal, Égypte ou encore Thaïlande. Avec l’augmentation du pouvoir d’achat, les Marocains sont de plus en plus informés et par conséquent de plus en plus tentés par la visite d’autres pays. En 2021, alors que les frontières étaient fermées pour tous les voyages de loisirs, les Marocains ont été amenés à voyager dans leur pays pour leur estivage. En cette année, la part des nuitées du tourisme national dans les établissements hôteliers touristiques classés avait atteint 70%. En 2022, à la suite de l’ouverture des frontières, cette part a baissé de 28 points pour atteindre 42%. Où sont passés donc ces touristes manquants ?

Selon l’ONMT, qui affirme avoir réalisé un benchmark, les meilleures destinations touristiques dans le monde ont pu développer un tourisme interne qui concurrence, voire dépasse le tourisme international. En effet, en 2019, les arrivées du tourisme interne représentaient 67% des arrivées touristiques en France, 67% des arrivées touristiques en Espagne, 60% en Turquie et 55% au Portugal. Au Maroc, avec 42% de parts de marché, le tourisme national représente bel et bien le premier marché en termes de nuitées, se situant ainsi en tête de liste de l’ensemble des marchés émetteurs. Néanmoins, la pandémie a révélé un potentiel plus important à saisir et a démontré, par conséquent, que la part de 42% était perfectible.