Menu
Search
Lundi 22 Avril 2024
S'abonner
close
Lundi 22 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Emploi

Comment quitter sa zone de confort

La réussite personnelle et professionnelle passe, entre autres, par la capacité d’une personne à quitter sa zone de confort, à dépasser ses croyances limitantes et à oser vivre de nouvelles expériences. C’est tout un travail sur soi qu’il faut faire, loin de la routine et du stress du travail.

Comment quitter sa zone de confort
Il faut oser sortir de sa zone de confort car c’est ce qui permet réellement à une personne de développer ses compétences et de réussir dans sa vie personnelle et professionnelle. Ph : shutterstock.

La zone de confort peut être décrite comme un état psychologique dans lequel une personne se sent à l’aise et en sécurité. Cette zone englobe, entre autres, l’ensemble des habitudes, des acquis et des comportements qui rassurent, et c’est ce qui explique que plusieurs personnes n’arrivent pas à s’en libérer et à vivre de nouvelles expériences.

Pourtant, les spécialistes en développement personnel ainsi qu'en développement de carrière ne cessent de le répéter : il faut oser sortir de sa zone de confort car c’est ce qui permet réellement à une personne de développer ses compétences et de réussir dans sa vie personnelle et professionnelle. Cela permet aussi de dépasser ses limites et de découvrir ses talents. Facile à dire mais pas toujours évident à appliquer.

Pour Meryem Benslimane, consultante en développement des compétences et en ressources humaines, les vacances restent le moment idéal pour sortir de la zone de confort. «Le cerveau fuit la douleur à hauteur de 80% et c’est pourquoi on n’arrive pas à quitter la zone de confort assez facilement. L’idéal serait de profiter des vacances pour déconnecter le cerveau conscient et permettre à l’inconscient de prendre de l’élan », explique-t-elle.

Plus concrètement, pendant les vacances, le collaborateur peut se déconnecter complètement de son travail, se reposer et surtout oser vivre de nouvelles expériences. Interrogée sur les activités à envisager pour relever ce défi, Meryem Benslimane souligne qu’il faut miser sur celles qui ont plus d’impact sur le cerveau inconscient. Selon l’intervenante, on peut envisager, entre autres, de changer sa routine : oser écouter un autre style de musique, préparer un petit déjeuner différent, changer de route…etc. Quitter sa zone de confort n’implique pas forcément d’affronter les grandes peurs. Cela passe aussi par le changement de ces petites routines qui donnent l’impression parfois qu’on n’a pas le choix alors qu’en réalité, tout est possible.

L'experte recommande également d'autres astuces, à savoir : 

  • Planifier un voyage dans de nouvelles villes: Cela reste le moyen le plus recommandé pour plusieurs raisons. En effet, le voyage apporte la confiance en soi, l’autonomie et surtout l’apprentissage d’une nouvelle culture.
  • Oser échanger avec de nouvelles personnes : C’est important surtout pour les personnes qui souffrent de la phobie sociale.
  • Accepter le rejet : Certes, le rejet est un sentiment désagréable mais il ne doit pas influencer le bonheur et le bien-être d’une personne, d’où l’importance d’apprendre à l’accepter.
  • S’entrainer à vivre dans l’instant présent : Il est recommandé dans ce sens d’apprendre à se focaliser sur l’instant présent sans regretter le passé et sans avoir peur du futur.
  • Faire de la lecture : Il faut rappeler ainsi que la lecture permet de voyager en temps réel. Elle recommande dans ce sens de lire des livres dans des domaines variés et d’éviter ceux qu’on a l’habitude de lire.
  • Envisager une formation en développement personnel : Ce type de formation permet d’apprendre de nouvelles techniques et de faire un travail sur soi.
  • Faire des activités sportives et oser des sports qui nous paraissaient difficiles, sans pour autant s’exposer au danger.

 

 

 

Lisez nos e-Papers