Menu
Search
Mercredi 24 Avril 2024
S'abonner
close
Mercredi 24 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Monde rural, régionalisation, INDH... les précisions de Abdelouafi Laftit

Lors de son passage devant la commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, pour présenter le budget sectoriel de son département pour l’année 2023, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a fait le point sur plusieurs chantiers incombant à son ministère et portant sur le soutien au monde rural, l’accompagnement de la reprise économique, le renforcement de l’efficience sécuritaire, la régionalisation, l’INDH et la gestion des terres soulaliyates. Tour d’horizon.

Monde rural, régionalisation, INDH... les précisions de Abdelouafi Laftit
Abdelouafi Laftit.

Accompagner le rythme de la reprise progressive de l’activité économique 
Le ministère de l’Intérieur accompagne le rythme de la reprise progressive de l’activité économique, compte tenu des répercussions de la pandémie de Covid-19. «La mère des ministères», d’après M. Laftit, a poursuivi sa coordination avec les Comités national et régionaux de veille économique, pris des mesures parallèles de suivi des indicateurs économiques et sociaux des impacts de la pandémie aux niveaux national et régional et apporté un soutien pour le développement des zones économiques et industrielles, outre la ratification d’un certain nombre d’accords pour créer des zones d’activités économiques. Par ailleurs, et pour compléter le dispositif de réforme globale des Centres régionaux d’investissement, le ministère a œuvré, en coordination avec les départements ministériels concernés par la mise en œuvre des dispositions de la décentralisation administrative, à adopter les procédures nécessaires de délégation de compétence du pouvoir central au niveau régional, notamment en ce qui concerne la liste initiale des autorisations et des décisions nécessaires à la mise en œuvre des projets d’investissement inscrits dans les plans de décentralisation administrative, a assuré M. Laftit. 

En ce qui concerne la nouvelle charte de l’investissement, le ministre a affirmé que son département a contribué aux différentes étapes d’élaboration de la loi-cadre de cette charte et de ses textes d’application, ainsi qu’à l’adoption de mesures d’accompagnement pour améliorer la climat des affaires et renforcer l’attractivité des investissements nationaux et étrangers. Il a également souligné qu’en application des Hautes Instructions Royales, le ministère de l’Intérieur a redoublé d’efforts pour accélérer la mise en œuvre du registre social unifié, principal mécanisme d’établissement d’un projet de généralisation des programmes de protection et d’accompagnement sociaux. 

Renforcer l’efficience sécuritaire 
En matière de renforcement de l’efficience sécuritaire et compte tenu du rôle crucial des services de sécurité sur les plans de la stabilité et du développement, le ministère de l’Intérieur maintient ses efforts pour optimiser leur efficience afin de relever les défis posés, à savoir la protection des personnes et des biens ainsi que des droits et libertés, outre la consolidation du statut du Royaume aux niveaux régional et international en tant que pays sûr et stable. M. Laftit a assuré dans ce sens que son département veille à renforcer la vigilance sécuritaire face aux réseaux terroristes actifs considérés comme une menace permanente, et ce à l’appui d’une politique proactive des services sécuritaires, laquelle a permis de mettre en échec de nombreux projets criminels et terroristes et de démanteler plusieurs cellules. Le haut fonctionnaire a fait également part du renforcement de la lutte contre les réseaux de trafic de drogue, l’immigration clandestine et la traite des êtres humains. 

Poursuivre l’opérationnalisation de la régionalisation 

Au registre de la régionalisation, M. Laftit a affirmé que les services de son département s’attellent à poursuivre l’opérationnalisation des structures institutionnelles, financières et humaines de ce chantier d’envergure, ainsi qu’à généraliser plusieurs mesures opérationnelles et procédurales associées à la mobilisation des ressources et au renforcement des capacités. Et de souligner que la contractualisation entre l’État et les régions constitue un mécanisme efficace de mise en œuvre des principes de convergence et de coordination, à travers l’élaboration de programmes conjoints fondés sur une vision intégrée, ainsi que sur l’harmonie et la complémentarité entre la vision de développement des régions et les stratégies nationales et le renforcement du partenariat multipartite public-privé. 

Pour accompagner les collectivités territoriales, a-t-il poursuivi, le ministère de l’Intérieur continue d’apporter son appui technique et financier, que ce soit au niveau de la planification, de l’aménagement du territoire et de l’élaboration des programmes de développement régional, ou au niveau des réseaux publics de proximité et des installations et programmes publics locaux ou du développement des compétences et de promotion de la transformation numérique afin d’améliorer les prestations et répondre aux demandes de l’usager et de l’investisseur. 
S’agissant de l’élaboration des programmes de développement régional, M. Laftit a fait savoir que 11 régions sur 12 ont approuvé leurs programmes de développement (PDR), précisant que ces programmes ont été adoptés également par le ministère, à l’exception de celui de la région de Drâa-Tafilalet qui est en cours d’élaboration. Quant à la préparation des contrats-programmes entre l’État et les régions pour la période 2020-2022, le ministre a indiqué que la première génération de ces contrats a été préparée afin de mettre en œuvre les projets prioritaires contenus dans les Programmes de développement régionaux, notant, dans ce cadre, que quatre contrats-programmes ont été déjà signés avec les régions de Fès-Meknès, Dakhla-Oued Eddahab, Béni Mellal-Khenifra et Guelmim-Oued Noun, tandis que ceux relatifs aux autres régions sont soit en cours de signature, soit en phase d’élaboration, à l’exception de la région de Drâa-Tafilalet, dont le programme de développement régional n’a pas encore été élaboré. 

Accélérer l’implémentation de la troisième phase de l’INDH 

Sur l’implémentation de la troisième phase de l’INDH, M. Laftit a souligné que l’opérationnalisation de cette phase a été marquée par l’adoption d’une approche globale visant la consolidation et le renforcement des acquis, avec une réorientation des programmes pour l’impulsion du capital humain des générations montantes, l’appui aux personnes en situation de précarité, ainsi que l’adoption d’une nouvelle génération d’initiatives génératrices de revenus, d’opportunités d’emploi et d’auto-entrepreneuriat. S’agissant des actions menées dans le cadre programme du rattrapage des déficits en infrastructures et services sociaux de base au titre de 2022, notamment dans le volet «Réduction des disparités territoriales et sociales», l’INDH a programmé quelque 318 projets au niveau national, avec une enveloppe d’environ 515 millions de dirhams, dédiés aux infrastructures sociales de base, a-t-il fait savoir. Pour ce qui est du programme «Accompagnement des personnes en situation de précarité», le ministre a fait état de 882 projets, d’un montant estimé à 434,5 millions de DH, qui ont été programmés en 2022 au profit de douze catégories prioritaires de personnes en situation de précarité. Concernant le programme «Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes», M. Laftit a indiqué que depuis 2019, 104 structures d’accueil intitulées «Plateforme des jeunes», en plus de trois plateformes mobiles, ont été aménagées et équipées, pour un coût total d’environ de 194 millions de DH, dont un apport de l’INDH s’élevant à environ 178 millions de DH. 

Poursuivre la mise en œuvre effective des textes juridiques relatifs à la gestion des terres soulaliyates 

Concernant la gestion des terres soulaliyates, M. Laftit a dit que son département veillait à la poursuite de l’application effective des textes juridiques relatifs à la gestion de ces terres collectives et à la réalisation des différents objectifs fixés dans le cadre du contrat objectifs/moyens pour cette année. Le ministère, a affirmé M. Laftit, poursuit également la mise en œuvre de la Stratégie d’action 2020-2024, qui vise à intégrer les communautés soulaliyates et les ayants droit dans le processus de développement et de création d’emplois locaux. 

Programmes et fonds en faveur du monde rural 

Présentant un exposé sur les principaux programmes et fonds destinés au développement du monde rural, M. Laftit a indiqué qu’en considération de l’impérieuse nécessité de soutenir le monde rural, surtout sur le plan de son alimentation en eau potable, le ministère de l’intérieur a débloqué jusqu’à fin septembre dernier une enveloppe de l’ordre de 219 millions de dirhams représentant la part des collectivités territoriales issue de la perception de la TVA. 

Et pour faire face aux effets de la sécheresse dans certaines régions et en réponse aux attentes pressantes des populations, le ministre a fait état d’un programme d’urgence opérationnel depuis mai dernier et qui consiste à assurer la fourniture de cette substance vitale aux ruraux via des camions citernes et des cuves de stockage d’eau, indiquant que ce programme a ciblé environ 2,7 millions de personnes résidant dans 8.260 centres ruraux et douars basés dans 891 communes rurales relevant de 67 préfectures et provinces.

 

Lisez nos e-Papers