Menu
Search
Samedi 25 Mai 2024
S'abonner
close

Walid Regragui : On est heureux pour les Marocains, ils en avaient besoin

Grand compétiteur, le sélectionneur national, Walid Regragui, était aux anges après la victoire sur le Canada (2-1) et la qualification en huitième de finale de la Coupe du monde, Qatar 2022. Malgré cet exploit, 36 ans après celui de la génération de 1986, Regragui ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Walid Regragui : On est heureux pour les Marocains, ils en avaient besoin
Walid Regragui saluant le public lors de la rencontre Maroc-Canada. Ph. Saouri

«On a souffert aujourd’hui. Il y a beaucoup de fatigue et de blessés. Mais l’état d’esprit y était. Les joueurs voulaient entrer dans l’histoire. Il y avait cette pression d’entrer dans l’histoire qui ne nous a pas aidé en deuxième mi-temps. On s’est accroché et on a gagné le match. Je crois qu’aucun pays africain n’a réalisé deux victoires en phase de groupes de la Coupe du monde. On est heureux pour les Marocains, ils en avaient besoin. On est heureux pour ces joueurs, parce qu’ils le méritaient. Il y a des gens qui croyaient en nous et ceux qui n'y croyaient pas. On a à cœur de montrer que l’Afrique était là. On a été décriés par le passé. Il y a des entraîneurs et des bons joueurs. On est en train de grandir. On est huitième de finale, mais on n’a encore rien fait. On va savourer la qualification aujourd’hui et on va se remettre au travail pour aller loin inchallah», a-t-il indiqué au micro de beIN sport.

Concernant la manière dont il a préparé ce match, Regragui a assuré qu’il a essayé de dédramatiser la rencontre : «J’ai essayé de dédramatiser un peu le match au début. C’était notre meilleure première mi-temps sur le plan du jeu depuis le début de la compétition. On était vraiment au-dessus. On aurait dû gagner 3-0», a-t-il souligné. Regragui a, en outre, pointé les faiblesses du joueur marocain : «Tu connais nos joueurs, quand on a commencé à se la raconter et avoir des pertes de balle, on a pris un but qui nous a fait mal avant la fin de la première mi-temps. En seconde mi-temps, les doutes ont ressurgi. Tu connais notre histoire en sélection. On a souvent de la malchance, on fait des calculs. Je pense que le doute est entré dans les têtes. Mais on s’est accroché et on a joué avec nos valeurs morales et mentales. Les joueurs ont souffert physiquement. On était un peu dans le dur. Les changements ont un peu aidé. Le plus important, c’est la victoire et la qualification. On a rendu les Marocains heureux».

>> Lire aussi : Hakim Ziyech : Nous sommes vraiment fiers de cet accomplissement

>> Lire aussi : 36 ans après, les Lions de l’Atlas accèdent aux huitièmes du Mondial et dominent la poule F

Lisez nos e-Papers