Menu
Search
Mardi 18 Juin 2024
S'abonner
close

Sous variant d’Omicron BA.2 : Cinq cas identifiés au Maroc, le suivi génomique se poursuit

Cinq cas du sous-variant d’Omicron BA.2 ont été identifiés à ce jour au Maroc. C’est ce qu'affirme Pr El Mustapha El Fahim, directeur de la Plateforme génomique fonctionnelle du Centre national de la recherche scientifique. Ce dernier assure que les opérations de suivi génomique se poursuivent pour une détection précoce des sous-variants, particulièrement en cette période marquée par la reprise des voyages internationaux.

Sous variant d’Omicron BA.2 : Cinq cas identifiés au Maroc, le suivi génomique se poursuit
Les opérations de séquençage viennent accompagner la réouverture des frontières qui a démarré lundi 7 février dernier.

La Plateforme génomique fonctionnelle du Centre national de la recherche scientifique s’apprête à mener des opérations de séquençage des tests positifs réalisés auprès des voyageurs arrivés de l’étranger. Selon Pr El Mustapha El Fahim, directeur de la Plateforme, ces opérations viennent accompagner l’opération de réouverture des frontières qui a débuté lundi 7 février, après deux mois de fermeture, et s’assignent pour objectif d’identifier les variants qui circulent au Maroc et surtout de vérifier si de nouveaux cas de sous-variants d’Omicron BA.2 a fait son entrée après l’ouverture des frontières.

Pr El Fahim note, à cet égard, que tous les efforts sont déployés pour éviter la propagation du sous-variant BA.2 au Maroc. Et d’ajouter que depuis l’apparition d’Omicron au Maroc jusqu’à aujourd’hui, ce sont cinq sous-variant BA.2 qui ont été identifiés par le Centre national de la recherche scientifique. Sur un ton relativement rassurant, l’expert indique que ces cas détiennent une forme du BA.2 qui est très peu représentée dans la base de données à l’échelle internationale. Pour élucider ces propos, le professeur explique que le sous-variant BA.2 existe sous deux formes : «la première se propage très vite puisqu’elle détient une délétion des acides aminés de la protéine Spike alors que la deuxième se propage moins puisqu’elle ne détient pas ces acides», note-t-il.

Pour l’expert, si la forme la plus transmissible du BA.2 fait son entrée au Maroc, il serait nécessaire de mettre en place certaines mesures afin d’éviter toute détérioration de la situation épidémiologique». Il tient, toutefois, à souligner que la probabilité de cette hypothèse reste minime au regard des mesures prises par le gouvernement dans le cadre du protocole sanitaire pour les voyageurs. L’allusion est faite, entre autres, à l’obligation de la présentation du pass vaccinal et d’un test PCR négatif de moins de 48 h ainsi qu’à la réalisation d’un test rapide à l’entrée. Pr El Fahim confirme que c’est cette dernière mesure qui a permis d’identifier quelques cas positifs parmi les voyageurs provenant de différents pays.

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.