Menu
Search
Dimanche 03 Mars 2024
S'abonner
close
Dimanche 03 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Économie

Le déficit commercial culmine à 311,62 milliards de DH, en aggravation de 56,5% en 2022 !

Le déficit commercial s’est envolé en 2022. Il a, en effet, culminé à 311,62 milliards de DH, en s’aggravant de 56,5%, selon l’Office des changes. De même, le taux de couverture a perdu 4,5 points, se situant à 57,8% contre 62,3% un an plus tôt. Cette situation provient d’une hausse des importations (39,6%, à 737,72 milliards de DH ) plus rapide que celle des exportations (29,4% à 426,1 milliards de DH) au terme de l’année 2022.

Le déficit commercial culmine à 311,62 milliards de DH, en aggravation de 56,5% en 2022 !

Le bond des importations de biens provient de l’augmentation des achats de l’ensemble des groupes de produits, explique l’Office des changes. En effet, la facture énergétique a plus que doublé s’élevant à 153,52 milliards, en raison notamment de la montée des achats du gas-oils et fuel-oils (+40,34 milliards) portés par la hausse des prix qui ont presque doublé (10.283 DH/T contre 5.195 DH/T), et dans une moindre mesure par celle des quantités (+7,2%). Idem pour les importations des demis produits qui ont marqué une nette augmentation (46,4%), suite à la croissance des achats de l’ammoniac (21,39 milliards contre 6,91 milliards). Les importations des produits alimentaires ont suivi la même tendance affichant une progression de 44,9%. Et ce, suite notamment à la hausse des approvisionnements en blé qui ont presque doublé sous l’effet prix (+40,8%). Les quantités importées ont progressé, quant à elles, de 28,7%. Les achats de l’orge enregistrent également une hausse de 2,45 milliards avec un total de 3,19 milliards au terme de l’année 2022. Pour ce qui est des importations des produits bruts, elles se sont accrues de 49,9%. Cette évolution fait suite à la hausse des achats des soufres bruts et non raffinés (+8,02 milliards). 

 

Les phosphates, l’automobile, l’agriculture-agroalimentaire et le textile assurent ! 

 

S’agissant des exportations, leur hausse concerne la totalité des secteurs, à leur tête, les phosphates et dérivés, le secteur de l’automobile et celui de l’agriculture et agroalimentaire. Ainsi, les expéditions des phosphates et dérivés ont bondi de 43,9%, s’établissant à 115,483 milliards à fin 2022. Cet accroissement s’explique par l’augmentation des exportations des engrais naturels et chimiques (+27,75 milliards) due à l’effet prix en hausse de 74,4% (8.326 DH/T à fin 2022 contre 4.775 DH/T à fin 2021). En revanche, les quantités exportées ont reculé de 11,8%. 

Idem pour les ventes du secteur automobile qui se sont améliorées de 33%, dépassant 111,28 milliards. Cette performance résulte notamment du bon comportement des ventes du segment de la construction (+40%), celles du segment du câblage (+28,9%) et dans une moindre mesure celles du segment de l’intérieur véhicules et sièges (+3,7%). Au terme de l’année 2022, le secteur automobile se positionne en tant que deuxième meilleur secteur exportateur derrière les phosphates et dérivés. 

Pour les exportations du secteur agriculture et agroalimentaire, elles ont progressé de 16,2%, atteignant 81,23 milliards. Cette évolution s’explique par la hausse simultanée des ventes de l’industrie alimentaire (+19,9%) et celles de l’agriculture, sylviculture et chasse (+11,4%). 

Les exportations du textile et cuir ne sont pas en reste. Elles se sont appréciées de 20,7%. Cette amélioration est due principalement à la hausse des ventes des vêtements confectionnés (+21,9%), des articles de bonneterie (+12,5%) et des chaussures (+32%). 

>> Lire aussi : La croissance économique au Maroc prévue à 3,3% en 2023 (HCP)

>> Lire aussi : â€‹Les importations s’envolent, le déficit commercial du Maroc se creuse à fin août

Lisez nos e-Papers