Menu
Search
Mardi 16 Avril 2024
S'abonner
close
Mardi 16 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Société

Vendue à 50 DH, Lboufa est dix fois plus dangereuse que toute autre drogue (Dr Benzakour)

On l’appelle la cocaïne des pauvres, mais ses effets sont tout aussi dévastateurs, sinon plus. «Lboufa», cette nouvelle drogue qui se propage de plus en plus parmi les jeunes, notamment dans la périphérie casablancaise, inquiète au plus haut point. Et pour cause, ses consommateurs entrent dans un état d’agressivité délirante dangereuse. Le pire est que cette drogue pas chère peut attaquer irréversiblement le système nerveux. Parents et médecins tirent la sonnette d’alarme.

Vendue à 50 DH, Lboufa est dix fois plus dangereuse que toute autre drogue (Dr Benzakour)
Le mode d’emploi de Lboufa est très facile. Il suffit d’une petite bouteille, une paille et un morceau d’aluminium.

La drogue «Lboufa» fait de plus en plus parler d’elle au Maroc. Les parents et les médecins s’inquiètent sérieusement. Il suffit de faire un tour sur les réseaux sociaux pour constater à quel point le sujet alimente les débats et suscite les craintes les plus vives. Des vidéos largement partagées ces derniers jours montrent des parents qui appellent, à visage découvert, à une intervention rapide pour sauver leur progéniture. Ils disent que cette drogue rend ses consommateurs agressifs et incontrôlables au point de perdre la raison.

Un père de famille, visiblement très inquiet, a déclaré au «Matin» que le quartier (l'un des plus populaires à Casablanca) est devenu invivable. «Les jeunes qui consomment cette drogue deviennent incontrôlables, pris d'une sorte de furie délirante. Cela présente un grand risque pour nous et pour nos enfants», souligne-t-il, avant d’ajouter que les filles ne sont pas épargnées puisqu'elles consomment aussi cette drogue. Certes, la consommation de la drogue a toujours existé et ses dangers sont incontestables, mais qu’y-a-t-il de nouveau avec Lboufa et pourquoi inquiète-t-elle autant ? Pourquoi les parents tirent-ils la sonnette d’alarme ? Joint par «Le Matin», Dr Mohcine Benzakour, psychosociologue, explique que la crainte qu’inspire cette drogue est fondée, compte tenu de ses effets néfastes sur le comportement normal des consommateurs et leur psychisme. «Cette drogue est fabriquée à partir d’un mélange de résidus de cocaïne et de résidus de substances chimiques à la toxicité très élevée », explique-t-il. À travers cette drogue, ajoute Dr Benzakour, les dealers sont parvenus à créer une communauté de consommateurs composée de pauvres et de jeunes issus de la classe moyenne qui ne peuvent pas s’offrir de la cocaïne, vu son prix élevé. D’ailleurs, Ce n’est pas pour rien qu'on appelle Lboufa «la cocaïne des pauvres». Notre interlocuteur explique en outre que Lboufa est d’autant plus dangereuse que son mode d’emploi très facile. «Il suffit d’une petite bouteille, une paille et un morceau d’aluminium, et le tour est joué», alerte-t-il.

Lboufa, une drogue à effets dévastateurs causant des dégâts irréversibles

«L’impact de Lboufa est 10 fois plus important que tout autre type de drogue», s’alarme le Dr Benzakour. Son danger provient du fait qu’elle attaque directement les neurones et peut les détériorer durablement. «Quand on consomme cette drogue à un jeune âge, on risque de perdre à vie ses capacités cognitives, comme la capacité de réfléchir et de se remémorer», souligne-t-il. Les dégâts sont donc incurables et irréversibles. Le pire est que cette drogue est vendue à des prix abordables, ce qui la rend accessible. «Cette drogue est quasiment à la portée de tous. Elle est vendue parfois à 50 DH», déplore le Dr Benzakour. Le spécialiste croit savoir que cette drogue est apparue pour la première fois chez des dealers du quartier Deroua à Casablanca, d’après ce que racontent les consommateurs. Pour notre interlocuteur, Lboufa représente un danger public qu’il faut combattre avec la plus grande fermeté. Il faut surtout renforcer les contrôles aux alentours des établissements scolaires pour éviter que les jeunes soient happés par la spirale de ces substances toxiques.

Lire aussi : Trafic de drogue aux abords des écoles : 2.842 personnes arrêtées durant l’année 2021-2022

Lisez nos e-Papers