Menu
Search
Jeudi 18 Juillet 2024
S'abonner
close
Jeudi 18 Juillet 2024
Menu
Search

Examens de fin d’année : Comment surmonter son stress

Baccalauréat, brevet du collège, examen de fin de cycle primaire, ces épreuves sont souvent une source de stress pour les élèves et leur famille. Si les spécialistes s’accordent à dire qu’il s’agit d’un sentiment normal à la veille des examens, il est tout de même important d’apprendre à le gérer. Voici les conseils de Chafika Bendjennat, coach Santé & Mental, pour faire face au stress pendant la période des examens.

Examens de fin d’année : Comment surmonter son stress
Pour gérer son stress, il faut d’abord savoir gérer son temps, car le manque de temps est un agent de stress.

Les examens de fin d’année approchent. La tension est à son comble. Le fait d’y penser engendre chez les élèves un stress grandissant de peur de ne pas être à la hauteur ou d’avoir des trous de mémoire le jour J… Les spécialistes en psychologie assurent que le stress ressenti avant les examens est une réaction tout à fait normale de l’organisme qui lui permet de s’adapter à l’événement. «Le stress est une réaction chimique que notre corps déclenche automatiquement face à un obstacle ou un danger. Il nous permet de fuir, de combattre ou de subir et, du coup, il est tout à fait normal d’être dans une situation de stress durant une période où nous devons être évalué par nos professeurs», explique Chafika Bendjennat, coach Santé & Mental.

Cette dernière souligne également que l’on distingue deux types de stress ; le bon et le mauvais. «L'Eustress qui est le bon stress survient pour nous challenger et nous motiver afin de nous surpasser. Il s’évacue rapidement une fois l’examen passé, par exemple. Il vous stimule, vous permet de garder les pieds sur terre, vous motive et vous aide à rester concentré. Il est de courte durée et plutôt physique. Parmi ses symptômes, l’accélération du rythme cardiaque, les jambes en coton, la transpiration», développe la coach. Et d’ajouter que «ce type de stress peut tout de même faire perdre à l’étudiant ses moyens. Il est alors conseillé de pratiquer des exercices de cohérence cardiaque disponibles sur YouTube au moins une semaine avant et pendant les examens. Ils permettent de baisser le niveau de stress dans le corps. C’est un exercice à faire 3 fois par jour en 5 min uniquement à 8 h, 12 h et 20 h. L'élève peut aussi pratiquer l’exercice de la visualisation : il ferme ses yeux pendant 5 min pour se visualiser en “Winner”. C’est un exercice qui permet d’améliorer ses performances, de décupler la motivation et de relâcher les tensions».

Parents anxieux, ne transmettez pas votre stress !

Le second type de stress est le «Distress» ou le mauvais stress qui déclenche une contre-réaction trop intense ou trop longue, et qui a souvent un impact sur la santé. «Il est beaucoup plus psychologique et cumulatif que le bon stress. Pour les étudiants, cela peut concerner le stress des examens qui vient s’ajouter à une situation difficile que vit déjà l’adolescent telle que des problèmes de communication avec ses parents, un parent atteint d’une maladie plus au moins grave ou en plein traitement, harcèlement scolaire, une ambiance toxique au collège ou lycée…», précise Chafika Bendjennat. Elle souligne également que ce type de stress est le plus inquiétant puisqu’il ne s’évacue pas rapidement et le jeune ado n’est même plus conscient qu’il est en train de vivre dans une situation de stress. «C’est un stress chronique et les parents doivent faire attention à ce que l’enfant ne reste pas dans cette situation trop longtemps, car cela peut être désastreux pour sa santé sur les moyen et long termes. Il est important de signaler que les parents anxieux peuvent transmettre leur stress à leur enfant. C’est pour cela que même si le parent est inquiet en cette période des examens, ça ne doit pas se refléter sur son visage ou ses paroles».

Notre interlocutrice affirme que les ados qui subissent un stress chronique cumulé au stress des examens doivent d’abord prendre conscience de leur stress. Ils doivent aussi comprendre que s’ils ne peuvent pas agir sur les causes du stress familial par exemple, ils doivent tout simplement laisser la tempête passer. Ils doivent bien comprendre qu’ils ne sont pas du tout responsables de cette ambiance et du stress des autres. «Les étudiants qui souffrent d’un stress chronique doivent se recentrer sur eux durant cette période. C’est la meilleure décision à prendre. Par contre, il leur reste la possibilité d’agir sur les symptômes pour alléger l’impact de leur stress sur leur santé et leur bien-être comme le fait de s’accorder une demi-heure de sport par jour pour évacuer ce stress durant la période des examens, écouter de la bonne musique, parler à son meilleur ami et évacuer les pensées négatives avec de l’écriture. S’accorder des pauses de tisanes relaxantes de 5 à 10 min après chaque heure de révision», recommande-t-elle.

Attention aux voleurs de temps !

Les parents doivent être un élément motivateur et non un agent stressant. La motivation doit se faire soit par les encouragements, une ambiance zen et joviale, communiquer avec son enfant sur ce qui peut le perturber et trouver ensemble des solutions pratiques en cas de lacunes dans certaines matières… Pour gérer son stress, il faut d’abord savoir gérer son temps, car le manque de temps est un agent de stress. Les ados peuvent dans la journée être confrontés à des voleurs de temps externes : ce sont les sources externes de perte de temps comme les réseaux sociaux, les longs appels téléphoniques avec les copains, écouter et gérer les problèmes des autres (amis, famille…), conflits mal gérés avec les amis qui durent. Le manque de planification, la fatigue, les difficultés à dire non, le perfectionnisme, les objectifs changeants et la difficulté de prendre une décision sont, par contre, des voleurs de temps internes. Il existe certaines astuces efficaces qui vont permettre à l’élève de mieux gérer son temps et ne pas arriver à une situation de stress comme le fait de dresser une «To Do List» pour les matières à réviser en donnant la priorité, par exemple, à celle où il a le plus de lacunes. En effet, une liste d’objectifs et un programme de la journée heure par heure permet à l’étudiant de bien organiser sa journée et travailler dans de meilleures conditions. L’élève ou l’étudiant doit aussi savoir faire la différence entre ce qui est important et urgent comme réviser et entre ce qui est important, mais pas urgent comme le fait de trouver une école d’études supérieures ou passer des tests d’admission… pour mieux définir ses priorités.

Lire aussi : Préparation aux examens de fin d’année : Attention à ce que vous mangez !

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.