Menu
Search
Mardi 25 Juin 2024
S'abonner
close

La FRMF se désengage de l'arbitrage et élargit le champ d'action des Ligues nationales

Il aura fallu la grogne sur l’arbitrage pour voir enfin la FRMF agir. Omniprésente dans la gestion du football marocain dans son ensemble, y compris celui des clubs professionnels, la FRMF a décidé de déléguer la gestion de certains dossiers chauds aux Ligues nationales. Le comité directeur de l’instance fédérale, réuni lundi 20 mars 2023, a en effet appelé les Ligues nationales à assumer plus de responsabilités s’agissant de l’arbitrage et des dossiers disciplinaires.

La FRMF se désengage de l'arbitrage et élargit le champ d'action des Ligues nationales

Ce lundi après-midi a eu lieu la réunion du Comité directeur de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) au Complexe Mohammed VI de Football sous la présidence de Fouzi Lekjaa. Au début de cette réunion, Lekjaa a adressé au nom des membres du Comité directeur de la FRMF et de toutes les composantes de la Fédération, ses félicitations à S.M. le Roi Mohammed VI suite à l'attribution du Prix de l’Excellence de la CAF à Kigali au Rwanda. Cette réunion du Comité Directeur de la FRMF a été l’occasion pour le président de la FRMF d’appeler la famille du football national à soutenir la candidature marocaine pour co-organiser la phase finale de la Coupe du Monde 2030 aux côtés de l’Espagne et du Portugal comme annoncé par S.M. le Roi Mohammed VI lors du message Royal adressé à la CAF.   

La FRMF cède des prérogatives au profit de la LNFP 

En plus d’assurer la gestion des activités du football professionnel (Botola D1 et D2) en application et en conformité avec les règlements de la FRMF, la Ligue nationale de football professionnelle (LNFP) devra dorénavant s’occuper aussi des dossiers brûlants de l’arbitrage et de la discipline. Deux volets qui ont cristallisé la grogne des clubs, au point de conduire à s’en prendre au président de la FRMF, Fouzi Lekjaâ, objet d’une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux. Le président de la FRMF a justifié cette décision par la diversité des missions et des champs d’action de la FRMF : «en raison du caractère diversifié des missions et des champs d’action de la FRMF (compétitions africaines et stages de préparation), les Ligues nationales sont appelées à assumer leurs responsabilités», a-t-il indiqué. Il a ainsi été convenu de former une Commission technique de l’arbitrage, qui remplacera la Commission centrale d’arbitrage (CCA), regroupant des représentants de toutes les Ligues nationales, ainsi que de mettre fin aux missions de la Direction nationale de l’arbitrage (DNA), indique la FRMF dans un communiqué. Concernant le volet disciplinaire, chaque Ligue nationale statuera sur ses propres dossiers disciplinaires à travers des commissions juridictionnelles compétentes.

La FRMF se recentre sur son cœur de métier

La FRMF devra se recentrer sur son métier de base, à savoir le développement du football au Royaume, sur la formation pour hisser le niveau des éducateurs et entraîneurs nationaux, sur le développement des infrastructures sportives, sur les sélections nationales toutes catégories confondues hommes et femmes et sur les relations internationales. Vous l’aurez compris, la FRMF a pris de la distance avec la gestion des compétitions interclubs professionnelles, objets de querelles interminables. Reste à savoir si les mesures prises vont permettre de hisser le niveau des arbitres marocains de façon à mettre fin à la suspicion qui règne en Botola ou si c'est juste une manœuvre pour calmer momentanément les esprits.

**************************

Le fusible Yahia Hadka a sauté

Cible des critiques des supporters du Raja, Yahia Hadka a payé cash les frais des multiples erreurs des arbitres en Botola. Depuis sa nomination à la tête de la Direction nationale d’arbitrage (DNA), l’homme n’a jamais réussi à hisser le niveau des hommes en noir, malgré les 4 milliards de centimes dépensés chaque année sur l’arbitrage. Pis encore, Hadka s’est érigé avec le temps en avocat des hommes en noir, en approuvant chaque semaine leurs décisions, y compris les plus litigieuses lors de sa séance hebdomadaire pour analyser les cas litigieux des différentes rencontres. Cette posture d'avocat lui a ôté au fil des jours toute crédibilité. La décision du comité directeur de la FRMF de mettre fin à sa mission à la tête de la DNA et de mettre fin également aux missions de la DNA est tout à fait compréhensible. L'homme, malgré son vécu en tant qu'ancien arbitre, n’a pas réussi à élever le niveau des arbitres, ni non plus à former une nouvelle génération capable de prendre la relève.

 

 

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.