Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Chakib Benmoussa : L'appui social, pilier de la lutte contre la déperdition scolaire

Chakib Benmoussa : L'appui social, pilier de la lutte contre la déperdition scolaire

L'appui social est un pilier important de la lutte contre la déperdition scolaire et de l'amélioration de la qualité d'apprentissage, a indiqué mercredi à Maadna (province de Khouribga), le ministre de l'Éducation nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa. «Nous considérons que l'appui social contribue à lutter contre la déperdition scolaire et à améliorer le niveau de scolarisation et d'apprentissage», a déclaré à la presse le ministre lors de sa visite à des établissements scolaires relevant de la direction provinciale de Khouribga (Académie régionale de l'éducation et de la formation de la région de Béni Mellal-Khénifra).

>> Lire aussi : Rentrée scolaire : Chakib Benmoussa visite plusieurs écoles dans la région Casablanca-Settat

M. Benmoussa a notamment souligné, dans ce sens, des projets «très importants» comme la création d'internats, notant que rien qu'au niveau de la région Béni Mellal-Khénifra, le nombre de bénéficiaires des internats augmentera de 15%. «Parallèlement, nous veillons à ce que la qualité des services liés à ces internats soit améliorée. Le transport scolaire fait l'objet, lui aussi, d'un effort considérable pour en étoffer l'offre et améliorer la qualité. Un effort est déployé dans ce sens avec les communes territoriales, les autorités provinciales, régionales et les associations de la société civile pour améliorer la qualité du transport scolaire», a-t-il assuré.

L'appui social jouit, en effet, d'une attention particulière du ministère, dans le cadre du projet de réforme du secteur de l'éducation nationale, le cinquième engagement de la feuille de route 2022-2026 étant consacré au renforcement de l'appui social pour promouvoir l'égalité des chances entre les élèves. «L'appui social comprend plusieurs autres volets comme le programme “Un million de cartables” et le programme “Tayssir”, qui a un impact positif sur la lutte contre le décrochage scolaire, et la réponse aux aspirations des citoyens», a poursuivi le ministre, qui s'est informé à l'occasion de ces visites de terrain des préparatifs et des dispositions prises pour assurer plein succès à la rentrée scolaire 2023-2024. Laquelle rentrée intervenant dans le contexte de la dynamique de transformation globale entreprise en matière de système éducatif, dans le sillage de la mise en oeuvre des projets de la feuille de route 2022-2026 pour une école publique de qualité pour tous, visant à réduire le décrochage scolaire, élever le niveau d'apprentissage de base des élèves et promouvoir leur ouverture d'esprit.

La première visite du ministre a été effectuée au lycée collégial Rouached (commune de Rouached), où M. Benmoussa s'est informé des préparatifs et des dispositions prises dans cet établissement, ainsi que des données et indicateurs éducatifs sur la région. Il a également visité différentes installations de cet établissement scolaire, dont l'internat et la cantine profitant aux élèves issus du milieu rural. Ce lycée collégial comprend six salles d'enseignement général, deux salles scientifiques, une salle spécialisée, un complexe administratif, des installations sanitaires, un entrepôt, trois terrains de sport et des logements. Il est prévu que 240 élèves seront inscrits au début de l'actuelle année scolaire, dont 108 filles, avec une structure éducative de sept classes. L'internat abritera, à partir de cette année, 60 étudiants, dont 30 filles, sa capacité d'accueil étant de 120 élèves.

Noureddine Ajdi, directeur du lycée collégial Rouached, a souligné que cet établissement a été créé pour accueillir jusqu'à 500 élèves, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi-cadre (relative au système d’éducation), de la promotion de la scolarisation et des efforts du ministère pour améliorer la qualité de l'enseignement. L'internat mis en place au niveau de cet établissement est un «outil essentiel pour lutter contre le décrochage scolaire en milieu rural», motivé par l'éloignement des écoles par rapport au lieu de résidence des élèves, a fait observer M. Ajdi. Le ministre s'est, par la suite, rendu au lycée qualifiant Smaala (commune de Maadna) dont il a visité les différentes installations.

Il s'agit de neuf salles d'enseignement général, quatre salles scientifiques, une salle spécialisée, une salle multimédia, une salle informatique, une bibliothèque, un complexe administratif, des établissements sanitaires, un entrepôt, trois terrains de sport et des logements. Ce lycée devra accueillir, pour l'année scolaire 2023-2024, un total de 568 élèves, dont 282 filles, pour 15 classes. En ce qui concerne l'internat, d'une capacité d'accueil de 120 élèves, il logera cette année 80 élèves, dont 50 filles.

La création de ces deux internats s'inscrit dans le cadre des efforts inlassables du ministère pour rapprocher le service d'enseignement des élèves et promouvoir la scolarisation des filles rurales, tout en allégeant la pression sur les établissements voisins. Le président de l'Association des parents et tuteurs des élèves du lycée qualifiant Smaala, Abdessamad El Haji, s'est félicité de la création de cet établissement qui en est à sa deuxième année scolaire, y voyant «une initiative louable qui a permis de juguler la déperdition scolaire et d'autres problématiques liées à l'enseignement, puisqu'auparavant les élèves de plusieurs communes rurales ayant bouclé le collège étaient contraints de rejoindre des établissements loin de chez eux et de louer un logement afin de poursuivre leurs études». «Aujourd'hui, le lycée leur est plus proche que jamais, notamment pour les filles qui rencontraient plusieurs difficultés à poursuivre leur enseignement», a-t-il expliqué.

Lisez nos e-Papers