Menu
Search
Mardi 18 Juin 2024
S'abonner
close

Manger healthy : Les édulcorants, pas aussi sains qu’ils en ont l’air !

L’Organisation mondiale de la santé déconseille l’utilisation des édulcorants pour remplacer le sucre chez les personnes qui souhaitent perdre du poids ou éviter les effets néfastes du sucre sur la santé. D’après des études qu'elle a menées, une consommation à long terme peut avoir de fâcheuses conséquences sur la santé.

Manger healthy : Les édulcorants, pas aussi sains qu’ils en ont l’air !

Souhaitant adopter un mode de vie sain ou perdre du poids, de nombreuses personnes décident de bannir le sucre de leur alimentation et utilisent d’autres produits pour le remplacer. Mais il faut savoir que les substituts au sucre pourraient être plus nocifs qu’utiles. C’est ce qu’affirme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui vient de publier une recommandation pour déconseiller l’utilisation des édulcorants, de type aspartame ou même la stévia.

Selon les données actuellement disponibles sur lesquelles l’OMS se base, les édulcorants artificiels ne contribuent pas à contrôler la masse corporelle ni à réduire le risque de maladies liées au poids. «Remplacer les sucres libres par des édulcorants non sucrés n’aide pas à contrôler le poids à long terme. Les gens doivent envisager d’autres moyens de réduire leur consommation de sucres libres, par exemple en consommant des aliments contenant des sucres naturels, comme les fruits, ou des aliments et des boissons non sucrés», estime Francesco Branca, directeur du département Nutrition et Sécurité sanitaire des aliments à l’OMS. De plus, «les sucres naturels ne sont pas des facteurs alimentaires essentiels et n’ont pas de valeur nutritionnelle. Les gens devraient réduire complètement le goût sucré de leur alimentation, dès le plus jeune âge, afin d’améliorer leur santé», recommande-t-il.

L’OMS a également mis l'accent sur les effets indésirables potentiels d’une utilisation à long terme des édulcorants de synthèse, tels qu’un risque accru de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. On estime également qu’il pourrait y avoir d’autres conséquences dangereuses, telles que l’augmentation du risque de décès prématuré chez les adultes.

«La recommandation contre l’utilisation des édulcorants non sucrés comprend tous les édulcorants non nutritifs synthétiques et naturels ou modifiés qui ne sont pas classés comme des sucres présents dans les aliments et les boissons manufacturés, ou vendus seuls pour être ajoutés aux aliments et aux boissons par les consommateurs», précise l’organisation. Et d’ajouter que «cette recommandation ne s’applique pas aux produits de soins personnels et d’hygiène contenant des édulcorants non sucrés – tels que le dentifrice, la crème pour la peau et les médicaments – ni aux sucres hypocaloriques et aux alcools de sucre (polyols), qui sont des sucres ou des dérivés de sucres contenant des calories et qui ne sont pas considérés comme des édulcorants non sucrés».

Les édulcorants: Ce qu'en pense l'expert

Contacté par nos soins, Dr Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, indique que la recommandation de l’OMS a été validée et publiée suite à plusieurs études menées par l’Organisation. «Les édulcorants non sucrés, qui sont des substituts de sucre faibles en calories, ont été durant plusieurs années préconisés chez les patients diabétiques pour contrôler la glycémie. Mais on a constaté que de plus en plus de personnes les utilisent pour favoriser une perte de poids et éviter les maladies chroniques.

Or les études menées par l’OMS montrent que ces produits ne réduisent pas la masse graisseuse ni chez les enfants ni chez les adultes et ne préviennent pas les maladies chroniques. Au contraire, une utilisation à long terme des édulcorants peut augmenter le risque d’en souffrir», explique le médecin. «Il convient de signaler qu’il n’y a pas une relation directe de cause à effet entre les édulcorants et des pathologies précises, mais ils y contribuent. L’idéal serait d’adopter un vrai mode de vie sain et se passer du sucre et ses substituts. Les parents doivent éviter d’habituer leurs enfants au goût très sucré dès leur jeune âge, car c’est comme s’ils les condamnaient. Vaincre leur addiction au sucre sera plus dur après», assure Dr Hamdi.

Ce dernier insiste, par ailleurs, sur l’importance de signaler que la recommandation de l’OMS contre les substituts de sucre s’applique à toutes les personnes, à l’exception de celles souffrant d’un diabète préexistant. «Les études ont montré que les édulcorants aident les personnes diabétiques à mieux contrôler leur glycémie. Ce n’est pas déconseillé pour eux. Ils ne doivent pas être victimes d’une mauvaise interprétation de cette recommandation».

************************

Les substituts au sucre les plus courants :

  • L’acésulfame K
  • L’aspartame
  • L’advantame
  • Les cyclamates
  • Le néotame
  • La saccharine
  • Le sucralose

Lire aussi: Les édulcorants peuvent causer le diabète et des maladies cardiovasculaires (OMS)

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.