Menu
Search
Dimanche 19 Mai 2024
S'abonner
close
Dimanche 19 Mai 2024
Menu
Search

Loubna Tricha : pourquoi la formation professionnelle n’est plus considérée comme un pis-aller

La formation professionnelle au Maroc a le vent en poupe. La rentrée 2023-2024 affiche des chiffres impressionnants. Les différents Centres et Cités des métiers et des compétences (CMC) relevant de l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) connaissent un véritable engouement de la part des jeunes. Un engouement dû, selon la directrice générale de l’Office, Loubna Tricha, à la vision de S.M. le Roi Mohammed VI, qui n'a de cesse d’inciter dans Ses discours les jeunes à se munir de compétences pertinentes au regard de la réalité du marché de l'emploi.

Loubna Tricha : pourquoi la formation professionnelle n’est plus considérée comme un pis-aller
Loubna Tricha. Ph. Seddik

Deux jours après le lancement officiel par le ministre de l'Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences de la nouvelle année de formation 2023-2024, la directrice générale de l'OFFPT a tenu une conférence de presse, jeudi 7 septembre, pour exposer les nouveautés de cette année de formation dans les Centres et CMC relevant de l'Office. Premier fait marquant, les jeunes sont de plus en plus demandeurs des formations proposées par l'Office. Cette tendance reflète un changement dans la perception qu'ont ces jeunes de la formation professionnelle, qui n'est plus envisagée comme un pis-aller ou comme un dernier refuge pour les élèves ayant manqué leurs études.

>>Lire aussi : Lancement officiel de la rentrée de la Formation Professionnelle 2023-2024

 

410.000 places pédagogiques de formation professionnelle mises à la disposition des jeunes des 12 régions

«Cette année, l'OFPPT met à la disposition des jeunes 410.000 places pédagogiques réparties dans les 12 régions. 261.779 de ces places, soit 64% de l’offre globale, sont consacrées à la formation diplômante (31% pour le technicien spécialisé, 15% pour le technicien, 12% pour la qualification et 6% pour la spécialisation). 112.733 places pédagogiques (27% de l'offre totale) sont destinées à la formation qualifiante, laquelle comprend des programmes orientés vers la reconversion (généralement l'initiation à une nouvelle compétence) ou l'approfondissement des compétences pour des stagiaires déjà positionnés sur un métier donné, tandis que 35.488 places de formation (9%) sont consacrées aux parcours professionnels déployés en partenariat avec le ministère de l'Éducation nationale, couvrant le parcours collégial et le baccalauréat professionnel», indique Mme Tricha au début de la conférence tenue dans les locaux de la toute nouvelle CMC de Rabat-Salé-Kénitra, sise à Tamesna et qui a été inaugurée, rappelons-le, le 30 mai dernier par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Ces places pédagogiques se répartissent, toujours selon la DG de l'OFPPT, de la manière suivante : 367.902 dans les Centres de l'OFPPT, 17.890 dans les 7 CMC déjà opérationnelles, 13.669 dans les Centres conventionnés (gérés en partenariat avec l'INDH, la Fondation Mohammed V pour la solidarité ou des associations), 960 dans les unités mobiles sillonnant les zones rurales, 560 dans les centres dédiés aux personnes en situation de handicap et 9.579 pour les formations en milieu pénitentiaire.

Mme Tricha a également révélé que 16 nouveaux établissements de formation professionnelle ont été ouverts cette année, offrant un total de 6.545 places d'enseignement. Selon la même responsable, le nombre de places pédagogiques ne peut croître que de 10.000 ou 20.000 par an, par souci de respecter un taux d’encadrement raisonnable et favorable à l’apprentissage des stagiaires. Les groupes de formation ne pouvant pas excéder 25 stagiaires chacun, voire 18 pour certaines spécialités.

Plus de quatre candidats pour une place pédagogique

Le plus remarquable cette année est le taux de demande, qui a connu une hausse exceptionnelle de 435%. Selon Mme Tricha, cela équivaut à plus de quatre candidats pour une place pédagogique. Dans le détail, il y a eu 8 demandes pour une place pédagogique au niveau technicien spécialisé, 3,5 pour une place pédagogique au niveau technicien, près de 2 pour une place au niveau qualification et un peu moins d'une pour le niveau spécialisation. «Cet emballement pour la formation professionnelle reflète un changement de mentalité et de perception, ainsi qu'une prise de conscience croissante de l'importance de la voie de la formation professionnelle», affirme la DG de l’OFPPT. Cette attractivité croissante de l'OFPPT, souligne-t-elle, est le fruit d'une communication de plus en plus positive ces dernières années, mais aussi et surtout de l'intérêt qu'accorde le Souverain à ce secteur.

Un autre fait marquant cette année est que les deux tiers des inscrits à l’OFPPT sont des bacheliers, alors que le niveau technicien spécialisé (qui requiert le baccalauréat) représente seulement 30% des inscriptions. De plus, un tiers des inscrits ont obtenu une mention «assez bien et plus» au baccalauréat, avec des moyennes supérieures à 12. Plus de 10.000 d’entre eux ont même une moyenne supérieure à 14, et près d’un millier ont une moyenne supérieure à 16.

L'OFPPT maintient le déploiement des programmes d’excellence

Au titre de cette année 2023-2024, dit M. Tricha, l’OFPPT poursuivra le déploiement des programmes d’excellence. Ainsi, l’Office déploie deux programmes d’excellence VET by EHL et élargit le programme d’Innovation entrepreneuriale (PIE) à de nouveaux territoires pour en donner l’accès à plus de jeunes à travers le Royaume. Le PIE a été élaboré conjointement avec l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et vise à renforcer le mindset entrepreneurial chez les jeunes et les doter des compétences entrepreneuriales requises. Il sera implémenté au niveau de la région de Casablanca-Settat, en plus des 6 régions couvertes les deux dernières années.

Quant aux formations VET by EHL relatives au secteur du tourisme, et suite au grand succès enregistré lors de leur expérimentation en 2021-2022 au sein des Instituts spécialisés dans les métiers du tourisme de Hank/Casablanca et Guich Oudaya/Rabat, elles seront déployées au niveau des Cités des métiers et des compétences des régions de Souss-Massa, de l’Oriental, de Rabat-Salé-Kénitra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, en plus de l’ISTHT de Dakhla.

Basées sur l’expérience suisse de formation professionnelle dans le domaine du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, ces formations d’excellence sont établies en 3 niveaux, couvrant les métiers des arts culinaires, du service Food and Beverage, de la gestion de l’hébergement et de l’administration hôtelière, et sont couronnées par des certificats de formation co-brandés OFPPT et école hôtelière de Lausanne. L’OFPPT maintiendra, par ailleurs, le programme «commerce électronique transfrontalier», lancé dès 2021 à l’ISTA Hay Hassani à Casablanca, en partenariat avec le Tianjin College of Commerce, et lancera cette année des sessions de formation en mandarin, pour répondre au fort intérêt manifesté par les jeunes et pour diversifier son offre linguistique.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Lancement officiel de la formation dans deux nouveaux établissements à Kénitra

Il est à noter que le démarrage de la formation a été marqué par le lancement officiel de deux nouveaux instituts de formation professionnelle à Kénitra, à savoir l’Institut spécialisé dans les métiers du transport routier et de la logistique et l’Institut spécialisé en industrie agroalimentaire de Kénitra.

L’Institut spécialisé dans les métiers du transport routier et de la logistique : étalé sur une superficie de 19.278 m², l’établissement offre une capacité globale de 800 places pédagogiques. Il permettra une insertion socio-économique aux futurs stagiaires, d'autant plus que la région Rabat-Salé-Kénitra comprend plus de 8.000 entreprises spécialisées dans le transport routier de marchandises, et accompagnera ainsi le déploiement de la stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026.

L’Institut spécialisé en industrie agroalimentaire de Kénitra : annexe de la Cité des métiers et des compétences de Rabat-Salé-Kénitra, l’Institut spécialisé en industrie agroalimentaire de Kénitra peut accueillir jusqu’à 200 stagiaires en formation diplômante et qualifiante dans des filières diversifiées comme la Technologie des aliments et l'Agro-industrie, en plus de la Qualité, l'Hygiène et la Sécurité et environnement.


 

Lisez nos e-Papers