Menu
Search
Samedi 20 Juillet 2024
S'abonner
close
Samedi 20 Juillet 2024
Menu
Search

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont baissé en décembre pour le 9e mois consécutif (FAO)

La détente se poursuit pour les prix des produits alimentaires mondiaux, mais reste à des niveaux élevés. En effet, l'indice des prix alimentaires mondiaux a reculé pour le neuvième mois consécutif, affichant en décembre 2022 une baisse de 1,9% par rapport au mois précédent, a rapporté vendredi l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont baissé en décembre pour le 9e mois consécutif (FAO)
Les cours internationaux des huiles de palme, de soja, de colza et de tournesol ont tous reculé en décembre.

L'indice des prix alimentaires mondiaux, qui s'établissait en moyenne à 132,4 points en décembre, a également baissé (-1%) par rapport au même mois de l’année précédente. Cependant, pour 2022 dans son ensemble, l'indice, qui suit les variations mensuelles des prix internationaux des produits alimentaires couramment échangés, s'est établi en moyenne à 143,7 points, en accroissement de 14,3% par rapport à sa valeur moyenne de 2021.

«Le calme des prix des denrées alimentaires est le bienvenu après deux années très volatiles», a déclaré l'économiste en chef de la FAO, Maximo Torero. «Il est important de rester vigilant et de se concentrer sur l'atténuation de l'insécurité alimentaire mondiale étant donné que les prix mondiaux des denrées alimentaires restent à des niveaux élevés, avec de nombreux produits de base proches de niveaux record, et avec des prix du riz en augmentation, et encore de nombreux risques associés aux approvisionnements futurs», poursuit-il.

Cette accalmie est due surtout aux cours mondiaux des huiles végétales, le sous-indice FAO y afférent ayant baissé de 6,7% par rapport à novembre dernier pour atteindre son plus bas niveau depuis février 2021. Les cours internationaux des huiles de palme, de soja, de colza et de tournesol ont tous reculé en décembre, en raison d’une demande d'importation mondiale modérée et des perspectives d'augmentation saisonnière de la production d'huile de soja en Amérique du Sud ainsi que par la baisse des prix du pétrole brut.

L'Indice FAO des prix des céréales a également connu un repli, affichant une baisse de 1,9% par rapport à novembre dernier. Les récoltes en cours dans l'hémisphère sud ont stimulé les disponibilités exportables de blé, tandis que la forte concurrence du Brésil a fait chuter les prix mondiaux du maïs, explique la FAO. À l'inverse, les prix internationaux du riz ont augmenté, soutenus par les achats asiatiques et l'appréciation de la monnaie par rapport au dollar pour les pays exportateurs.

Les produits laitiers et le sucre se renchérissent

Idem pour les prix de la viande dont l’indice des prix a connu une contraction de 1,2% en décembre sur un mois, due notamment à la baisse des prix mondiaux des viandes bovine et de volaille. Les prix internationaux de la viande bovine ont été impactés par une demande mondiale atone pour les approvisionnements à moyen terme, tandis que des approvisionnements à l'exportation plus qu'adéquats ont fait baisser les prix de la viande de volaille, relève la FAO.

En revanche, l'Indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté de 1,2% en décembre, après cinq mois de baisses consécutives. Cette hausse mensuelle résulte de l’appréciation des prix internationaux du fromage, reflétant le resserrement des conditions du marché, alors que les cotations internationales du beurre et de la poudre de lait ont diminué.

De même, l'Indice FAO des prix du sucre a augmenté de 2,4% par rapport à novembre, principalement en raison des inquiétudes concernant l'impact des conditions météorologiques défavorables sur les rendements des cultures en Inde et des retards de broyage de la canne à sucre en Thaïlande et en Australie, est-il expliqué.

Les prix restent toutefois nettement plus élevés qu’en 2021

Malgré la poursuite de leur tendance baissière, la moyenne de l'Indice des prix alimentaires de la FAO en 2022 était nettement plus élevée que l'année précédente. Ce qui, en plus des fortes augmentations en 2021, a catalysé des tensions et des problèmes de sécurité alimentaire pour les pays importateurs de denrées alimentaires à faible revenu et l'adoption, inspirée par la FAO, d'une facilité de prêt «Food Shock Window» par le Fonds monétaire international. Ainsi, les prix mondiaux du blé et du maïs ont atteint des niveaux records au cours de l'année dernière. Idem pour la valeur moyenne de l'Indice FAO des prix des huiles végétales qui, pour l'ensemble de 2022, a atteint un nouveau record, tandis que l'Indice FAO des prix des produits laitiers et l'Indice FAO des prix de la viande ont atteint leurs plus hauts niveaux annuels depuis 1990.

>> Lire aussi : Produits alimentaires : les prix mondiaux largement stables en novembre 2022

>> Lire aussi : Les prix des produits de base resteront élevés jusqu’à fin 2024 (Banque mondiale)

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.