Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Rentrée universitaire 2023-2024 : la nouvelle réforme du système LMD prend forme

Le décret fixant la vocation des établissements universitaires, les cycles des études supérieures, ainsi que les diplômes nationaux correspondants a été publié au Bulletin Officiel.

Rentrée universitaire 2023-2024 : la nouvelle réforme du système LMD prend forme

Après leur adoption en Conseil de gouvernement du 24 juillet 2023, les nouvelles dispositions prévues par le décret n°2.23.668 qui fixent la vocation des établissements universitaires, les cycles des études supérieures, ainsi que les diplômes nationaux correspondants ont été publiées au Bulletin Officiel du 21 août 2023.

>> Lire aussi : La recette du gouvernement pour redorer le blason de l'université marocaine

Ce que prévoit la nouvelle réforme de l'enseignement supérieur

Le nouveau décret introduit de nouvelles appellations pour les diplômes nationaux décernés par les établissements universitaires, en généralisant la dénomination « Licence » à tous les diplômes de « Licence professionnelle » et de « Licence fondamentale ». De même pour le master, l’appellation du diplôme « Master » va remplacer celle du « Master spécialisé ». Concernant la Licence en Éducation, son appellation demeurera inchangée.

Conformément aux dispositions définies dans ce nouveau décret, les formations seront assurées en présentiel, avec la possibilité de recourir à l’enseignement à distance et par alternance. En ce qui concerne les années d’études pour les trois cycles d’enseignement, ils n’ont subi aucun changement, 3 ans pour obtenir la licence, 2 ans pour le master et 3 ans pour le doctorat.

La réforme prévoit également des "annexes du diplôme" qui détaillent tout le parcours de l’étudiant, y compris les activités pédagogiques, scientifiques, culturelles, artistiques et sportives. Les modèles des diplômes décernés pour les licences, les masters, les doctorats, et leurs annexes, seront déterminés par décision de l'autorité gouvernementale chargée de l'enseignement supérieur.

Les dispositions de ce décret entreront en vigueur à partir de l'année universitaire 2023-2024 pour les filières de licence et de doctorat, et à partir de l'année universitaire 2024-2025 pour les filières de master.

Une nouvelle architecture pédagogique en vue

Contacté sur ce sujet, le Directeur de l’enseignement supérieur au ministère de tutelle, Mohamed Tahiri a expliqué que cette réforme prévoit une nouvelle architecture pédagogique pour les cycles de la licence et du master, basée sur 3 composantes : disciplinaire, linguistique et Power Skills.

De même pour le doctorat, il y aura à partir de cette année des doctorats de nouvelle génération, qui seront décernés avec des certifications complémentaires (langues, numériques, …) selon les standards internationaux.

L’introduction de ce nouveau modèle pédagogique a pour objectif, selon M. Tahiri, de développer des compétences nécessaires d’apprentissage, d’adaptation et d’autonomie pour que les lauréats de demain puissent être outillés à évoluer dans cet environnement changeant et faciliter leur intégration professionnelle dans le monde du travail.

Sur le plan disciplinaire, cette nouvelle réforme a encadré les filières qui seront assurées à l’université marocaine. Selon M. Tahiri, la nouvelle architecture va intégrer des filières adaptées aux besoins du marché de travail permettant de sortir du cadre classique. « Nous avons créé de nouvelles filières dans de nouveaux domaines qui ont des connotations beaucoup plus importantes que celles classiques, à savoir les énergies renouvelables, la cybersécurité, la digitalisation, ... A noter que 80 % des étudiants sont inscrits dans les licences fondamentales classiques, et avec la nouvelle réforme, les étudiants auront plus de choix », a-t-il souligné.

Et de poursuivre : "il y aura également des formations spéciales pour accompagner les grands chantiers du Maroc, notamment ceux de la protection sociale, l’éducation nationale…

Création de centres d’excellence

La nouvelle réforme prévoit la création des centres d’excellence dans les facultés à accès ouvert. Il s’agit d'institutions permettant aux étudiants qui n’ont pas eu la chance d’intégrer les grandes écoles de bénéficier de trois années de formations thématiques d’excellence après les deux années du Deug.

Lisez nos e-Papers