Menu
Search
Mercredi 17 Juillet 2024
S'abonner
close
Mercredi 17 Juillet 2024
Menu
Search

Après la reprise post-Covid-19, le commerce extérieur du Maroc se consolide

Après un très bon mois de janvier 2022 reflétant la reprise post-Covid-19, le commerce extérieur du Maroc a retrouvé des niveaux de croissance à un chiffre cette année. En janvier dernier, les importations ont augmenté de 6,3% et les exportations de 3,6%, avec une performance pour tous les Métiers Mondiaux du Maroc, en particulier l'automobile qui se rattrape après un mois de janvier 2022 dans le rouge.

Après la reprise post-Covid-19, le commerce extérieur du Maroc se consolide
Les importations ont augmenté de 6,3% à fin janvier dernier se situant à 54,40 milliards de dirhams. Cette hausse touche la majorité des groupes de produits.

Les importations ont progressé plus vite que les exportations au premier mois de l'année en cours. Ce qui s'est traduit par un déficit commercial en augmentation de 10,6%, atteignant 21,77 milliards de DH à fin janvier 2023 et une baisse du taux de couverture à 60% contre 61,5% un an plus tôt, selon l’Office des changes.

Ainsi, les exportations ont connu une hausse de 3,6% en janvier sur un an. Cette performance concerne la majorité des secteurs, essentiellement l’automobile, l’électronique, électricité et le textile et cuir. Les ventes du secteur automobile se sont accélérées de 44,8% pour s’établir à un peu plus de 10 milliards de dirhams, après un mois de janvier 2022 dans le rouge. Cette évolution est consécutive à la hausse des ventes des principaux segments du secteur, à savoir la construction (+48,4%), le câblage (+51%) et l’intérieur véhicules et sièges (+26,6%). De même, les exportations du secteur électronique et électricité s’apprécient de 39,2%, à 1,74 milliard de dirhams à fin janvier dernier.

Cette croissance est, principalement, tirée par la hausse des ventes des composants électroniques (73,4%) et celles des fils et câbles (28,2%). De leur côté, les expéditions du textile et cuir s’améliorent de 14,1%, à la faveur de la hausse des principaux segments de ce secteur, en l’occurrence les vêtements confectionnés (+19,3%) et les chaussures (+26,7%). Les exportations des articles de bonneterie demeurent, quant à elles, quasiment stables (+0,8%).

S’agissant des exportations des phosphates et dérivés, elles s’établissent à 5,39 milliards de dirhams à fin janvier contre 8,7 milliards un an auparavant. Soit une contraction de 38,6% sur un an. Cette évolution est le résultat de la hausse des exportations des phosphates (+3,9%) et du recul des ventes des engrais naturels et chimiques (-38,1%) et celles de l’acide phosphorique (-56,7%). Par ailleurs, le secteur agricole et agroalimentaire affiche une amélioration de 2,5% à l’export à la faveur des expéditions de l’industrie alimentaire qui s’élèvent à 3,45 milliards de DH, en progression de 5,2% sur un an.

La facture énergétique du Maroc monte sous l'effet prix

Les importations, elles, ont augmenté de 6,3% à fin janvier dernier se situant à 54,40 milliards de dirhams. Cette hausse touche la majorité des groupes de produits. En effet, la facture énergétique s'alourdit de 30% sur un an. Une évolution qui recouvre la hausse des approvisionnements de l’ensemble des produits énergétiques notamment le gasoil et le fuel-oil (+684 millions de DH) due à l’accroissement des prix de 35,5%. En revanche, les quantités importées reculent de 13,1%. Concernant les importations des biens d’équipement, celles-ci augmentent de 16,8%, suite à la croissance des achats des moteurs à pistons de 74,6%. De son côté, la facture alimentaire s’accroit de 4,2%. Quant aux achats des produits bruts, ils accusent une baisse de 18,4%, suite à la chute des achats des soufres bruts et non raffinés de 61,2%. De même, les importations des demi-produits reculent de 7,1% sous l'effet d'une régression des achats de l’ammoniac de 57,6% sur un an.

Les recettes touristiques, les IDE et transferts MRE en forme

Les recettes voyages ont atteint 8,24 milliards de DH à fin janvier 2023 contre seulement 1,13 milliard à fin janvier 2022. Ainsi, ces recettes dépassent le niveau atteint à fin janvier 2020 (6,74 milliards de DH), période avant la fermeture des frontières liée à la pandémie du Covid-19, soit +22,2%. Les dépenses, quant à elles, se situent à 1,54 milliard de DH. Ce niveau demeure inférieur à ceux enregistrés à fin janvier 2019 (1,57 milliard) et à fin janvier 2020 (1,83 milliard), périodes avant la crise du Covid-19. Ainsi, le solde excédentaire des voyages se situe à 6,69 milliards de DH à fin janvier 2023 contre seulement 378 millions une année auparavant.

Concernant les transferts de fonds effectués par les Marocains résidant à l’étranger, ils s’établissent à 9,22 milliards de dirhams à fin janvier, affichant une hausse de 46,3% sur un an. Pour ce qui est des recettes des investissements directs étrangers (IDE), elles montent de 65,9% alors que les dépenses baissent de 31,2% sur un an. Ainsi, le flux net des IDE a plus que triplé passant de 637 millions de DH à fin janvier 2022 à 2,21 milliards à fin janvier 2023.

Lire aussi : Le déficit commercial culmine à 311,62 milliards de DH, en aggravation de 56,5% en 2022 !

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.