Menu
Search
Lundi 24 Juin 2024
S'abonner
close

Le WAC critique sévèrement l’arbitrage et la programmation face à la RS Berkane

Au Wydad de Casablanca, l’offensive contre l’arbitrage, la programmation et même la retransmission télé est montée d’un cran. Mardi, le porte-parole du club, Mehdi Ezzouate, s'est fendu d’un post sur sa page Facebook où il fait feu de tout bois à la fois sur l’arbitrage, la programmation et la retransmission télé. Une sortie qui intervient après le match nul des Rouges (3-3) face à la Renaissance de Berkane à l’occasion du match comptant pour la 19e journée de la Botola. Ezzouate a même parlé d’un système visant à stopper le WAC dans son élan.

Le WAC critique sévèrement l’arbitrage et la programmation face à la RS Berkane
Mehdi Ezzouate, porte-parole du WAC.

La fin de saison footballistique au Maroc s’annonce explosive. Le degré de contestation de l’arbitrage et de la programmation atteint des sommets. Après, l’Union sportive Touarga, l’Olympic de Safi, l’AS FAR, le MAS et le Raja qui ont fustigé l'arbitrage, c’est au tour du WAC de dénoncer l'arbitrage, mais pas seulement. L’offensive du WAC parle même d’un système constitué à la fois de l’arbitrage, de la programmation et de la retransmission télé ayant pour objectif de stopper le club de son élan. Cette attaque est venue du porte-parole du club, Mehdi Ezzouate.

Ce dernier a tiré à boulet rouge sur l’arbitrage, la programmation et même sur la retransmission télé. «Un système composé de l’arbitrage, de la programmation et la retransmission télé fait un bloc pour freiner la marée du WAC et servir les intérêts de ses adversaires. Qui êtes-vous pour remporter le titre trois fois consécutives ? Pourquoi êtes-vous toujours le club historique et le plus titré, sans dopage ?» s’est-il interrogé. Avant d’apporter la réponse à ses questions en assurant que «c’est de cette façon que le Wydad est traité et comme ça que le système planifie pour freiner l’élan du club», a-t-il écrit.

Pour pousser encore la chansonnette au bout, il a assuré que «la maturité des supporters du WAC n’est pas une lâcheté, mais une prise de conscience d’une faction qui a pour slogan “la responsabilité” qui préfère s’éloigner des méthodes de voyous et des moyens de pression illégaux pour obtenir des avantages». Concernant le silence du comité directeur concernant ces dépassements, Mehdi Ezzouate estime que le comité temporise afin de ne pas semer la fitna. La question qui se pose : la commission de discipline de la FRMF va-t-elle ouvrir une enquête sur les propos du porte-parole du WAC qui contiennent des accusations graves ou va-t-elle faire la politique de l’autruche ?

Lire aussi : Wydad : Juan Carlos Garrido compte gagner des trophées en produisant un «bon football»

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.