Éco-Conseil : L’adaptabilité est une compétence professionnelle qui permet de réussir sa carrière et d’évoluer. Pourriez-vous nous en dire plus ?
Ali Serhani : L’adaptabilité est par définition la capacité de s’adapter à de nouveaux milieux ou de nouvelles situations. En entreprise, si certains collaborateurs sont capables de s’adapter, par nature, au changement, d’autres adoptent plutôt une attitude de résistance. Ils restent bloqués devant toute situation de changement et tirent à la baisse la performance de leurs équipes. Ainsi, pour les entreprises qui n’autorisent pas une situation de blocage au travail, ces personnes risquent d’être mises au placard, voire licenciées. Soulignons donc que ce sont les collaborateurs capables de s’adapter aux différentes situations qui réussissent, évoluent et accompagnent le développement stratégique de l’entreprise. Ils assurent leur employabilité puisqu’on sait très bien en interne qu’on peut compter sur eux. Ces personnes réussissent également parce qu’elles prennent des initiatives, acceptent de collaborer avec les autres et s’adaptent à eux, en dépit de leurs défauts et qualités. D’ailleurs, quand on ne se focalise pas sur des détails et quand on sait que collaborer ne signifie pas systématiquement se faire des amis, on a plus de chance à bâtir des relations professionnelles fructueuses. L’adaptabilité professionnelle permet donc de gagner sur tous les plans, de développer ses relations professionnelles et de réussir ainsi sa carrière.

Comment développer cette compétence ?
Tout d’abord en acceptant de se remettre en question. C’est le premier pas qui compte pour tout véritable changement. En effet, si vous estimez que vous maîtrisez un domaine précis et qu’on vous demande ou on vous «impose» de faire autre chose, vous devez être prêt à le faire. Ainsi, pour développer cette compétence, il faut toujours se rappeler qu’au fil du temps, les entreprises font tout pour optimiser les coûts. Si demain, elles estiment que des postes doivent sauter, et bien au lieu d’aller chercher ailleurs, ils feront en sorte de garder le personnel qui sait s’adapter et qui sait rebondir quand il le faut. Il faut aussi développer son intelligence émotionnelle et apprendre à gérer ses émotions dans différentes situations.

Justement, quelles sont les compétences de l’intelligence émotionnelle à développer pour améliorer
son adaptabilité professionnelle ?
L’intelligence émotionnelle a trait à tout ce qui est «affect». Elle diffère de l’intelligence qui est mesurée à travers le QI. C’est la faculté d’un individu à réaliser ses ambitions via l’environnement qui l’entoure. Pour répondre à votre question, je dirai que la première compétence de l’intelligence émotionnelle c’est l’empathie. Elle vous permettra de surmonter tous les obstacles consécutifs à un environnement malsain, notamment de mauvais collègues ou des ennemis qui existent d’ailleurs dans plusieurs entreprises. Faire preuve d’empathie vous permettra d’être sage et d’accepter beaucoup de choses. Après l’empathie, il y a l’écoute et, enfin, le silence. Cela n’est pas toujours évident, mais c’est ce qu’il faut développer comme compétences pour améliorer son adaptabilité professionnelle.