Emploi

Métiers

N’est pas formateur qui veut !

author Nabila Bakkass , LE MATIN

Le métier de formateur a le vent en poupe. Désormais considérée comme la première alternative face à la précarité de l’emploi ou encore pour l'amélioration des compétences, la formation est devenue un maillon stratégique de toute politique RH. Conseiller, pédagogue, animateur, expert et passionné, le formateur doit combiner un certain nombre de compétences pour pouvoir assurer sa mission surtout face à un public d'adultes et de professionnels. Il doit également être dans le partage, l’apprentissage en permanence, la flexibilité et de l’estime de soi. Or bien qu’il soit prometteur, le métier de formateur a aussi son lot de contraintes à ne pas négliger.

Personne ne peut nier le rôle fondamental que joue le formateur dans un processus de formation que ce soit dans la formation initiale ou continue. Au-delà de la transmission du savoir et des connaissances, le formateur est un chef d’orchestre qui sait comment capter l’attention de tout le monde sans laisser des zones d’ombres chez les apprentis. Présenté ainsi, le métier de formateur parait être difficile à exercer puisque ce n’est pas donné à tout le monde de savoir animer une formation et attirer l’attention des autres. Pourtant, il suffit d’ouvrir sa boite mail ou de naviguer sur les réseaux sociaux et sur les moteurs de recherche pour constater le nombre croissant des formateurs au Maroc. Ils proposent des offres de formation intéressantes, soit en tant que particuliers, soit à travers des cabinets spécialisés ou encore des centres privés. Mais alors en quoi consiste ce métier ? Quels sont ses avantages et ses contraintes ? Et surtout est-il suffisamment organisé pour y faire carrière ? Faisons un tour d’horizon pour comprendre ce qui se cache derrière ce métier, visiblement en pleine ébullition au Maroc. Selon Afafe El Amrani El Hassani, docteur chercheur en sciences de gestion, consultante en RH, gestion et reconversion de carrière, le métier de formateur est l’un des métiers les plus anciens, mais aussi les plus conversés du monde. «Ce métier consiste à transférer un ensemble de connaissances théoriques et de faire en sorte que l’apprenti puisse les convertir en compétences pratiques et opérationnelles qui lui seront utiles dans l’exercice de ses fonctions», explique l’intervenante. Et d’ajouter qu’un formateur peut s’adresser aux étudiants dans le cadre de ce qu’on appelle la formation initiale dispensée au niveau des établissements d’enseignement supérieur, comme il peut s’adresser aux professionnels d’entreprise dans le cadre de la formation continue. Son rôle est, entre autres, d’aider les apprentis à améliorer leurs connaissances et à actualiser leur bagage théorique. Grâce à l’échange constructif, le formateur est censé également aider les étudiants à acquérir les soft skills jugés indispensables dans la réussite professionnelle, notamment l’organisation, l’esprit d’équipe et le challenge. C’est dire que derrière ce métier, se cache des objectifs très ambitieux et très nobles, mais pour les atteindre, encore faut-il que le formateur soit suffisamment outillé non seulement en connaissances techniques, mais également en compétences professionnelles. D’ailleurs, les consultants RH ne cessent de le répéter : «N’est pas formateur qui veut !» Partant du principe qu’«on ne peut pas donner ce qu’on n’a pas» et avant de se lancer dans la formation, il faut s’assurer qu’on dispose de certaines compétences et qu’on répond à certaines exigences du métier. Outre le niveau académique, l’expérience terrain et les connaissances pratiques, le formateur doit avoir un amour et de la passion pour le métier. Il doit aussi faire preuve d’aptitudes relationnelles et communicationnelles. «Ceux qui réussissent dans ce métier sont ceux qui l’aiment et qui aiment aussi partager leurs expériences et leurs connaissances, ce qui fait défaut malheureusement chez bon nombre de formateurs», souligne Meryem Benslimane, consultante en développement des compétences et en ressources humaines. Et de préciser que souvent c’est le mauvais choix du formateur qui ne permet pas l’atteinte des objectifs escomptés d’un processus de formation. L’intervenante souligne aussi l’importance d’un minimum d’expérience terrain.  
«Plusieurs personnes se lancent dans la formation sans avoir une expérience terrain, ce qui n’est pas bénéfique. C’est d’ailleurs l’expérience terrain qui permet au formateur d’être réaliste dans sa démarche et surtout de mieux répondre aux interrogations des apprentis», souligne l’intervenante. 

Des ambitions… mais aussi des contraintes
Avouons-le, la formation est un métier passionnant qui présente de nombreux avantages, notamment un apprentissage en permanence, un titre valorisant, un gain de vie, une estime de soi ou encore une flexibilité et une possibilité de travailler à son propre rythme. «Quand on est formateur, on est patron de soi-même, ce qui est en soi un avantage pour ceux qui n’aiment pas les relations hiérarchiques qu’impose la vie salariale», souligne Meryem Benlimane. Et d’ajouter que bon nombre de diplômés qui n’arrivent pas à décrocher un emploi stable décident de devenir formateurs. C’est dire qu’il s’agit d’une alternative professionnelle non négligeable face à la précarité de l’emploi. Toutefois, à chaque métier ses contraintes et son lot de tracasseries et le métier du formateur n’échappe pas à la règle. «Pour réussir dans ce métier, il faut être disponible et surtout garder tout le temps une bonne humeur, chose qui n’est pas aisée. Cela demande beaucoup d’énergie et surtout un travail sur soi» , souligne Meryem Benslimane. 
Autre contrainte à souligner : L’absence d’organisation du secteur de la formation. «La relation entre les formateurs et les cabinets de formation n’est malheureusement pas réglementée», regrette Meryeme Benslimane. C’est une triste réalité qui ouvre la porte aux charlatans qui s’autoproclament «formateurs» et qui exercent un métier, censé à la base être noble. 
À cela s’ajoute que «la plupart des cabinets ne sont pas outillés dans le domaine de la formation ce qui complique la mission pour les formateurs», souligne Meryem Benslimane. Ainsi, en l’absence d’une loi qui réglemente le métier et pour palier à ces réalités du marché, certaines organisations encouragent le partage du savoir en interne, c'est-à-dire que les anciens forment les nouveaux. Chacune a ses raisons, mais c’est l’expérience sur le terrain qui semble justifier ce choix, surtout lorsqu’il s’agit d’un apprentissage technique. Une stratégie bénéfique certes, mais qui a aussi ses contraintes. «Le formateur interne est un membre de l’entité, ce qui rend difficiles quelques formations comme les formations transformations et l’accompagnement», souligne Meryem Benslimane. Et d’expliquer qu’il est difficile pour ce formateur de se dissocier pour comprendre les problèmes et les besoins réels de l’entité et c’est ce qui ne permet pas de réussir cette mission.  Soulignons, en guise de conclusion, que la formation est un métier innovateur et noble. Elle attire pour ses nombreux avantages, mais elle est néanmoins peu cadrée. Une organisation s’impose pour pouvoir assurer ce transfert de compétences, surtout à l’ère de la transformation digitale où de nouvelles compétences sont sollicitées.


Entretien avec Afafe El Amrani El Hassani, docteur chercheur en sciences de gestion et consultante en RH

«Un bon formateur doit apprendre à être un fin psychologue et un communicateur agile»

Éco-Emploi : Quels sont les enjeux du métier de formateur ?
Afafe El Amrani El Hassani : Le métier de formateur est l’un des métiers les plus anciens, mais aussi les plus controversés au monde ! Il constitue l’épine dorsale du transfert du savoir aussi bien théorique qu’opérationnel, mais reste l’un des métiers les moins organisés et les plus envahis par des individus dont les compétences académiques, relationnelles, humaines, techniques et surtout pédagogiques et andragogiques laissent à désirer, ce qui ne fait qu’accentuer le gap entre les personnes formées et les exigences du marché de l’emploi.
En effet, le formateur représente un maillon très important dans la chaîne de transmission du savoir et le processus de production de professionnels compétents, avertis et en phase avec leur temps et les évolutions de leur champ d’intervention d’où la vigilance et la prudence sont de mise dans le choix du formateur que ce soit au niveau des centres de formation publics et privés qu’au niveau des cabinets spécialisés dans la formation continue des cadres d’entreprise.

Concrètement, en quoi consiste ce métier et comment y accède-t-on ?
Le métier de formateur consiste à transférer un ensemble de connaissances théoriques et de faire en sorte que l’apprenti puisse les convertir en compétences pratiques et opérationnelles qui lui seront utiles dans l’exercice de ses fonctions. 
De ce fait, le formateur peut s’adresser à de jeunes étudiants et stagiaires en cours de formation diplômante tout comme à des professionnels désirant améliorer, actualiser et développer leur bagage théorique et pratique en vue d’un renforcement de capacités, d’une évolution ou même d’une reconversion de carrière.
Pour y accéder, plusieurs critères et conditions sont à prendre en considération notamment le niveau de formation académique du formateur, ses connaissances pratiques, son expérience sur le terrain, la maîtrise de ses domaines d’intervention, ses aptitudes relationnelles et communicationnelles, sa capacité à transmettre le savoir – ce qui fait souvent défaut à la plupart des formateurs –, mais surtout la passion de faire ce métier et la volonté de partager son savoir.

Quelles sont les compétences requises pour devenir formateur ?
Pour devenir formateur, il faut tout d’abord aimer le métier de formateur, aimer aller vers l’autre, comprendre l’autre, rassurer l’autre, convaincre l’autre et trouver pour chaque bénéficiaire la formule exacte, le vocabulaire exact et la manière exacte de lui inculquer le savoir et c’est là aussi l’une des grandes spécificités de ce métier et qui l’empêche de réaliser sa mission de formation avec efficacité et efficience.
En effet, un bon formateur, doit apprendre à être un fin psychologue et un communicateur agile et réussir à jongler avec aisance et dextérité entre les trois états de la personnalité selon l’analyse transactionnelle et aller de l’état parent vers celui enfant pour stabiliser enfin la relation avec les apprenants sur l’état adulte.
Le formateur doit avoir le flair et l’intuition de comprendre son vis-à-vis et de savoir sur quelle corde et quelle note jouer, mais surtout avec quel rythme, quelle vitesse, quelle force et quelle puissance composer son message lors de ses séances de formation !
Un bon formateur doit être capable d’analyser son audience 
et adapter son attitude, le contenu de son intervention, son style et son langage en fonction de son public et tout ceci avec une attention particulière sans brusquer les plus faibles ni enfler les chevilles des plus forts !
Un bon formateur est un maestro et un chef d’orchestre qui doit avoir la finesse d’intéresser tout le monde sans laisser des zones d’ombres où certains participants risquent de s’y perdre et par là perdre tout l’intérêt de suivre la formation tout entière !
Enfin, un bon formateur est un petit soldat qui construit l’avenir, préserve le capital savoir, transmet les connaissances, aiguise 
les compétences et prépare des professionnels capables de relever tous les défis du marché d’emploi et affronter tous les aléas de leur parcours professionnel.

Services

Météo

Casablanca 16 décembre 2018

62.6°F

17°C

Meteo Casablanca
  • 12 ºC
    clear
  • 12 ºC
    nt_clear
  • 20 ºC
    clear
  • 11 ºC
    nt_clear
  • 22 ºC
    clear

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 16 décembre 2018

  • As-sobh : 06:54
  • Al-chourouq : 08:25
  • Ad-dohr : 13:31
  • Al-asr : 16:06
  • Al-maghrib : 18:29
  • Al-ichae : 19:49

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

-0.83 %

-0.82 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports News
Magazine Report - 11 December 2018

21:30

Chaine : France 2
Le Père Noël est une ordure

21:00

Chaine : Bein Sports HD11
Levante vs Barcelona - Spanish La Liga 2018/2019 Week 16

19:30

Chaine : Disney Channel
Lego Friends : le pouvoir de l'amitié S01E07

21:30

Tous les programmes TV >

Météo

Casablanca 16 décembre 2018

62.6°F

17°C

Meteo Casablanca
  • 12 ºC
    clear
  • 12 ºC
    nt_clear
  • 20 ºC
    clear
  • 11 ºC
    nt_clear
  • 22 ºC
    clear

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 16 décembre 2018

  • As-sobh : 06:54
  • Al-chourouq : 08:25
  • Ad-dohr : 13:31
  • Al-asr : 16:06
  • Al-maghrib : 18:29
  • Al-ichae : 19:49

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

-0.83 %

-0.82 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports News
Magazine Report - 11 December 2018

21:30

Chaine : France 2
Le Père Noël est une ordure

21:00

Chaine : Bein Sports HD11
Levante vs Barcelona - Spanish La Liga 2018/2019 Week 16

19:30

Chaine : Disney Channel
Lego Friends : le pouvoir de l'amitié S01E07

21:30

Tous les programmes TV >

S'inscrire à la Newsletter

X