Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Gestion de l’eau : Concilier savoir-faire ancestral et avancées de la science

Les travaux du premier «Sommet académique arabe sur l’eau» se tiennent du 5 au 7 mars à Rabat. Organisé par la Faculté des sciences de Rabat, la Fondation Miftah Essaad pour le capital immatériel du Maroc et l’Ambassade de l’Eau (AdE) basée en France, cet événement de grande envergure vise à identifier des solutions qui prennent en compte la riche histoire arabe dans la gestion de l'eau, tout en intégrant les avancées de la recherche scientifique moderne, en vue de répondre aux besoins spécifiques de la région arabe.

No Image
C’est ce mardi que s’ouvrent à Rabat les travaux du premier «Sommet académique arabe sur l’eau». Organisé par la Faculté des sciences de Rabat, la Fondation Miftah Essaad pour le capital immatériel du Maroc et l’Ambassade de l’Eau (AdE), basée en France, cet événement d’envergure internationale se poursuivra jusqu’à jeudi prochain.



Placée sous le thème «Culture et héritage», cette rencontre connaîtra ainsi la participation d’éminentes personnalités politiques et scientifiques, nationales et internationales. «L'objectif de ce premier sommet académique est de trouver des solutions qui prennent en compte la riche histoire arabe dans la gestion de l'eau, tout en intégrant les avancées de la recherche scientifique moderne. Ces solutions devraient répondre aux besoins spécifiques de la région arabe.

Il s’agit d’une plateforme essentielle pour discuter des défis liés à l'eau, partager des connaissances et des recherches, et collaborer à la recherche de solutions adaptées aux spécificités de la région arabe. Cet événement offrira ainsi une opportunité précieuse pour aborder des questions critiques liées à l'eau et renforcer la coopération dans ce domaine vital», souligne le doyen de la Faculté des sciences de Rabat, Mohammed Regragui, dans une déclaration accordée au «Matin» lors d’une rencontre préalable tenue hier avec les jeunes à la veille de l’ouverture du Sommet.

Pour ce haut responsable, l’importance de ce premier Sommet académique arabe sur l’eau n’est plus à démontrer, dans la mesure où il constitue une occasion propice pour les structures de recherche de la Faculté de sciences de Rabat, avec à leur tête le Centre eau, ressources naturelles, environnement et développement durable (CERNE2D), pour présenter les résultats de leurs travaux. «Ce Centre travaille sur plusieurs projets de recherche nationaux et internationaux relatifs aux effets climatiques sur les ressources hydriques. Ce sera aussi l’occasion de partager nos travaux sur le traitement décentralisé de zones humides pour une gestion durable de l’eau dans les zones rurales et les régions semi-arides, ainsi que sur la modélisation et les outils technologiques pour la préservation de l’eau de la pollution», explique M. Regragui.

Valoriser le savoir-faire ancestral

Pour se pencher sur l’ensemble de ces enjeux, le premier «Sommet académique arabe sur l’eau» a concocté un programme riche et diversifié. On prévoit ainsi, la présentation de travaux scientifiques, des sessions de partage d’expériences sur la gestion des ressources hydriques, des prestations artistiques, ainsi qu’une visite de terrain dans la province d’Errachidia, pour présenter le savoir et le savoir-faire marocain dans les khettaras.

«La Fondation Miftah Essaad pour le capital immatériel du Maroc se mobilise, à travers ce Sommet, pour promouvoir et mieux faire connaître les pratiques ancestrales qui constituent le patrimoine et le savoir-faire marocain dans l’irrigation et la gestion de l’eau. Parmi ces pratiques, figurent celle millénaire des khettaras. Je pense que le monde actuel, qui fait face à des défis liés à la disponibilité de l’eau, pourrait trouver dans le savoir-faire des Khettaras des réponses à la problématique de l’eau et au développement de l’agriculture», déclare Lalla Badr Saoud Alaoui, présidente de la Fondation Miftah Essaad pour le capital immatériel du Maroc.

Pour sa part, Jeannette Pretot, présidente de l’Ambassade de l’Eau, estime que «ce Sommet offre une opportunité essentielle pour sensibiliser à la gestion durable de l'eau dans les pays arabophones, notamment à travers le projet “UMJAE et STRATEAU”. Il s’agit d’une initiative innovante visant à promouvoir la gestion intégrée des ressources en eau dans la région méditerranéenne. Cette relance s'accompagne d'une nouvelle dimension culturelle visant à sensibiliser et mobiliser les citoyens des pays arabophones autour de la protection et du partage équitable de l'eau». Ce projet est porté par l'Union méditerranéenne des jeunes ambassadeurs de l'eau (UMJAE) et l'Ambassade de l'Eau (AdE).
Il convient de souligner que les travaux de ce sommet seront sanctionnés par la présentation de l’Appel de Rabat. Il s’agit d’une série de recommandations visant à privilégier des solutions prenant en compte la richesse historique des pays arabes dans la gestion et la préservation de l’eau et les résultats de la recherche scientifique moderne pour aboutir à des réponses efficaces. Cet Appel de Rabat apportera son soutien au savoir-faire des pays arabes dans la gestion de l’eau, en particulier les khettaras, pour leur inscription au patrimoine universel de l’Unesco.
Lisez nos e-Papers