Menu
Search
Jeudi 18 Avril 2024
S'abonner
close
Jeudi 18 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Istiqlal : voici où en sont les préparatifs du 18e congrès

À quelques semaines de son 18e congrès national, le Parti de l’Istiqlal entre dans la dernière ligne droite des préparatifs. Les sous-commissions ont rendu leurs rapports et plateformes reflétant la vision renouvelée du parti s’agissant des grandes questions politiques, économiques et sociales.

No Image
Une locomotive en ordre de marche pour aborder le rendez-vous prévu à Bouznika les 26, 27 et 28 avril prochains. Mais quelques défis organisationnels restent à relever, comme l’élection des congressistes et des membres du futur conseil national lors des congrès provinciaux à tenir d’ici là. Dans la foulée d’une dynamique bien lancée, la commission préparatoire du Parti de l’Istiqlal a tenu, samedi 30 mars 2024, sa deuxième réunion. L’occasion de défricher les grands axes que portera le parti historique lors de son prochain congrès national, le 18e du genre.



À cette occasion, les présidents des sous-commissions ont présenté les projets de rapports et de plateformes préparés. Selon la présidence de la commission, cette réunion a donné lieu à un débat approfondi, responsable et fructueux des membres sur le contenu de ces documents. Marqués par l’idéologie et la ligne politique du parti, ces rapports reflètent sa vision renouvelée et son projet sociétal «égalitaire», apportant des réponses claires aux problématiques émergentes. Ils proposent également des alternatives innovantes, des solutions prospectives intégrant une approche de gestion des risques, témoignant ainsi de la singularité de la réflexion istiqlalienne. Un communiqué publié par la commission dans ce sens souligne le haut niveau des contenus proposés et de la pensée libre du parti sur diverses questions pour contribuer au développement du pays.

Le casse-tête de l’organisation locale de l'Istiqlal

Selon une source proche de la commission préparatoire qui a requis l’anonymat, les travaux préparatoires avancent. La prochaine étape consistera à peaufiner la rédaction des différents rapports et documents afin de finaliser les projets de plateformes à soumettre aux congressistes les 26, 27 et 28 avril 2024 à Bouznika.



Sur le plan organisationnel, une étape cruciale reste à franchir : la tenue des congrès provinciaux. Ce qui est une opération indispensable pour élire les congressistes et les candidats au futur conseil national au nom de chaque province. Ces congrès locaux devront idéalement avoir lieu avant la prochaine réunion de la commission préparatoire prévue le 17 avril prochain. Autre enjeu majeur : déterminer le nombre de sièges à attribuer à chaque province au sein du prochain conseil national. Une visibilité sur cette répartition des membres s’avère nécessaire.

Préparation continue pour la sous-commission des statuts

Alors que la plupart des sous-commissions ont achevé leurs travaux, une exception de taille est à noter selon notre source. Il s’agit de la sous-commission des statuts et règlements, présidée par Rahal Mekkaoui, dont les travaux se poursuivront jusqu’à la veille du congrès. «Dans toutes les expériences précédentes des congrès de l’Istiqlal, cette sous-commission continue à travailler jusqu’au jour J», explique notre interlocuteur. Cependant, dissipant tous les doutes, les propositions visant la révision des statuts, qui avaient suscité des désaccords suite à la «retraite de Harhoura», ne figurent pas à l’ordre du jour.

Adoptant sa propre méthodologie, la commission a lancé des concertations avec les militants en leur adressant un questionnaire pour recueillir leurs propositions. «Les contributions sont étudiées, classées par chapitre, en vue de rédiger des propositions de révision des statuts», détaille notre source. Le processus se poursuit donc, alimenté par la base militante, sans toutefois aborder les points les plus controversés évoqués précédemment par la direction. Concernant les propositions pour une révision des statuts, une idée consisterait à intégrer une approche «éthique et légale» en conformité avec les Orientations Royales, d’après notre source.

Redéfinir le projet économique et sociétal

Par ailleurs, les autres sous-commissions ont mené des débats riches sur diverses thématiques. Celle sur les réformes politiques, la régionalisation avancée, la décentralisation et la gouvernance territoriale a permis de poser la vision du parti sur ces enjeux. La sous-commission «affaires économiques et développement durable», présidée par Ryad Mezzour, a de son côté présenté les orientations économiques du parti. Son rapport reflète l’esprit égalitariste de l’Istiqlal, en prenant en compte la classe moyenne et l’économie solidaire comme levier de croissance.

Il met aussi l’accent sur l’équité et la justice territoriale. «Au niveau économique, le parti défend un libéralisme “humanisé”, comme alternative au libéralisme sauvage. Il prône la responsabilité sociale de l’entreprise, qui peut faire du profit, mais pas au détriment de l’humain», résume notre interlocuteur. Ces travaux dessinent ainsi les principaux contours du projet que le parti compte porter lors du prochain congrès, entre nouvelles orientations statutaires, positions sur les réformes institutionnelles et projet économique et social.
Lisez nos e-Papers