Menu
Search
Mardi 27 Février 2024
S'abonner
close
Mardi 27 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Nation

Pénurie d'eau : voici les mesures d'urgence pour chaque bassin hydraulique

Dans tous les bassins hydrauliques que compte le Royaume, le niveau des réserves d’eau a atteint un seuil extrêmement critique, nécessitant inévitablement une action de toute urgence. Lors de son passage devant la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement, le ministre de l’Équipement et de l’eau, Nizar Baraka, a exposé en détail les mesures d’urgence planifiées au niveau de chaque bassin hydraulique pour en gérer au mieux les stocks d’eau disponibles.

Ph. Sradni
Ph. Sradni
Le ministre de l’Équipement et de l’eau multiplie les interventions et les rencontres pour exposer la stratégie de son département face à une pénurie d’eau devenue structurelle, au moment où la sécheresse sévit pour la cinquième année consécutive dans toutes les régions. Sa rencontre avec les membres de la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement a été une occasion pour présenter en détail les actions d’urgence prévues au niveau de chaque bassin hydraulique.

Bassin hydraulique du Bouregeg et de la Chaouia

Les mesures d’urgence mises en œuvre pour ce bassin consistent notamment à renforcer l’approvisionnement en eau potable pour le sud de Casablanca afin d’atténuer le déficit hydrique. Il s’agit également, comme l’a indiqué M. Baraka, de réaliser des forages exploratoires et d’acquérir deux stations mobiles de dessalement pour assurer l’approvisionnement en eau potable des villes de Settat et de Berrechid. Ces mesures consistent également à appuyer l’approvisionnement en eau potable des zones rurales desservies par ce bassin au moyen de camions citernes, et à adopter par voie de circulaires des walis et gouverneurs les mesures qui s’imposent au niveau local et régional pour pallier la pénurie d’eau.

Bassin hydraulique de l’Oum Er-Rbia

Pour ce bassin, le département de M. Baraka a adopté des mesures consistant d’abord à installer, en avril 2022, des stations de pompage qui ont permis d’exploiter les eaux des parties inférieures des retenues du barrage d’Al Massira. Aussi, le ministère a lancé en 2023 un appel à manifestation d’intérêt pour la construction de la station de dessalement de la région de Casablanca-Settat (dont le contrat de construction et d’exploitation a été remporté par le groupement Acciona, Green of Africa et Afriquia Gaz), ainsi que deux stations de dessalement pour appuyer l’approvisionnement en eau potable à Safi et à El Jadida. Les mesures d’urgence prises pour ce bassin comprennent également la réalisation de forages exploratoires pour appuyer l’approvisionnement en eau potable de Benguérir, Sidi Bennour, Zemamra et d’autres petites localités.

Bassin hydraulique de Souss-Massa

Dans ce bassin hydraulique, les mesures d’urgence portent sur la réalisation de forages exploratoires pour renforcer l’approvisionnement en eau potable à Taroudant et sur l’acquisition de stations mobiles de dessalement pour Aït Baha et Taghazout. Ces mesures impliquent également de mettre en œuvre localement les circulaires et décisions arrêtées par le ministère de l’Intérieur pour assurer le suivi de la situation des ressources en eau et leur gestion rationnelle.

Bassin hydraulique de Tensift

Sur ce bassin, 18 forages exploratoires ont été réalisés au niveau de la préfecture de Marrakech et de la province d’Al Haouz, pour un coût de 15 millions de dirhams. Dans le cadre de ces mesures d’urgence, des travaux de raccordement du transfert nord du barrage d’Al-Massira à la station de traitement de Rocade ont également été réalisés pour un coût de 320 millions de dirhams. De même, il a été décidé de cesser toute utilisation des eaux du barrage Moulay Youssef à des fins d’irrigation afin d’appuyer l’approvisionnement en eau potable du Grand Marrakech.

Bassin hydraulique du Loukkos

Dans le bassin du Loukkos, les mesures d’urgence étaient axées sur les régions d’Al Hoceïma et de Tanger-Assilah. Ainsi, pour Al Hoceïma, un contrat a été signé pour financer des pompes flottantes dans les barrages de Ghiss et de Mohamed Ben Abdelkrim Al Khattabi, pour un coût de 20 millions de dirhams. Par ailleurs, deux forages à eau ont été équipés et raccordés entre Imzouren et Al Hoceïma pour un coût de 14 millions de dirhams, ce qui permettra de réduire le déficit de 40%. Au niveau de Tanger-Assilah, les mesures d’urgence comprennent surtout un projet de transfert de 100 millions de mètres cubes du barrage d’Oued El Makhazen vers le barrage de Dar Khroufa.

Bassin hydraulique de Moulouya

Au total, 29 forages exploratoires ont été réalisés dans ce bassin pour un coût de 9,8 millions de dirhams, couvrant les provinces d’Oujda, Berkane, Taourirt, Guercif, Nador, Driouch et Figuig. De même, on a commencé à exploiter les eaux des stations de pompage «Oulad Stout» et «Moulay Ali» à partir de février 2022 pour l’alimentation en eau potable de Nador, Driouch, Berkane, Saïdia et Ras El Ma. En outre, deux canaux souterrains ont été construits pour drainer l’eau du complexe hydraulique Mohammed V-Mechraâ Hammadi afin de desservir en eau potable les provinces de Nador, Berkane et Driouch.

Bassin hydraulique du Sebou

Cinq forages sont en cours de réalisation dans ce bassin, dont un forage profond pour réduire de 24 à 15% le déficit en eau de la ville de Taza. De plus, un débit supplémentaire d’environ 20 litres/seconde a été mobilisé à partir de deux forages réalisés par la régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Taza.

Bassin hydraulique de Guir-Ziz-Rheris

Au total, 96 forages exploratoires ont été réalisés dans ce bassin pour un coût de 20,15 millions de dirhams sur les années 2021 et 2022, et 69 autres sont en cours de réalisation pour un coût de 20,18 millions de dirhams au titre de l’année 2023. En outre, on a commencé à traiter les eaux superficielles de la retenue du barrage Hassan Dakhil à l’aide de stations flottantes et d’une station de traitement d’un débit maximal de 300 litres/seconde et d’un canal de 2,5 kilomètres de long raccordé au réservoir principal d’Errachidia pour appuyer son approvisionnement en eau potable.