Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

Droits à la santé sexuelle et reproductive : le bilan de 5 ans d’actions

Après 5 ans de mise en œuvre, le Projet «Promotion des droits à la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles et de l’égalité des genres au Maroc» 2018-2023 touche à sa fin. Le Fonds des Nations unies pour la population au Maroc a organisé, jeudi à Rabat, la cérémonie de clôture de ce Projet pour présenter ses principales réalisations.

Clap de fin pour le projet «Promotion des droits à la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles et de l’égalité des genres au Maroc». La cérémonie de clôture de ce projet mis en œuvre dans le cadre de la coopération du bureau du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) au Maroc et le gouvernement marocain, avec l’appui financier des Affaires mondiales Canada, a eu lieu jeudi 16 novembre à Rabat.



Cette rencontre était l’occasion de présenter les réalisations phares de ce projet et de partager les principales expériences et les leçons tirées des actions mises en œuvre entre 2018 et 2023. «Durant les deux dernières décennies, le Maroc a réalisé des progrès considérables en faveur de la santé sexuelle et reproductive et des droits connexes de l’égalité des sexes, de l’autonomisation des femmes et la lutte contre la violence à l’égard des femmes. Dans ce cadre, le Projet mis en œuvre par l’UNFPA a permis de soutenir les efforts du Royaume à travers des actions ambitieuses et innovantes permettant ainsi de renforcer les politiques publiques nationales et d’élargir l’offre des services essentiels aux femmes et aux jeunes filles», a déclaré Dr Abdelkrim Meziane Belfkih, secrétaire général du ministère de la Santé et la protection sociale, à l’ouverture de cette rencontre. «L’exécution de ce Projet au cours de la pandémie Covid-19 a été particulièrement riche d’enseignements et a laissé une empreinte positive en montrant une forte capacité d’adaptation aux nouveaux défis imposés par la situation de la crise sanitaire. Les efforts consentis, tout au long de la période du Projet, ont permis de donner des résultats concrets prouvant son efficacité», a-t-il ajouté. Dr Belfkih a également souligné que la période de mise en œuvre du Projet a été marquée par le lancement de la Stratégie nationale de santé sexuelle et reproductive 2021-2030. «Cette Stratégie constitue un cadre national de référence et d’orientation qui intègre les nouveaux défis de population en matière de santé sexuelle et reproductive et dont la vision est d’assurer un accès universel au service de la santé de la femme. Cette période a aussi été marquée par le lancement de la Stratégie nationale de la santé des adolescents et des jeunes 2022-2030. Cette deuxième stratégie aspire à ce que tout adolescent et jeune soit acteur et bénéficiaire d’un état de santé optimal», a développé le responsable. Et d’ajouter que «le Projet a permis l’implantation de mesures pionnières aux différents niveaux institutionnels en partenariat avec la société civile afin de renforcer la continuité des services essentiels à la santé sexuelle et reproductive». De son côté, Abdelilah Yaakoubd, représentant-assistant et coordonnateur de l’UNFPA au Maroc, a indiqué que la valeur ajoutée et les réalisations qui découlent de ce Projet se situent à plusieurs niveaux et revêtent des formes multiples. «Le bilan que l’on peut en faire au terme de ces cinq années de mise en œuvre est riche en réalisations. J’en citerai, entre autres, l’institutionnalisation de l’éducation sexuelle complète et l’organisation de plusieurs campagnes innovantes de sensibilisation et des rencontres destinées au grand public pour mener un plaidoyer sur la masculinité positive», a-t-il souligné. Le coordonnateur de l’UNFPA au Maroc aussi cité «le renforcement des capacités et des synergies de travail entre les départements ministériels et les organisations de la société civile tant au niveau national que régional, l’amélioration des perceptions des droits à la santé sexuelle et reproductive à travers la promotion d’une approche holistique centrée sur les droits humains et l’égalité des genres, l’amélioration de l’accès égalitaire aux droits en santé sexuelle et reproductive, l’implication des hommes et des garçons dans les stratégies de lutte contre la violence faite aux femmes et aux jeunes filles...»

Dans une présentation détaillée sur les réalisations et résultats du Projet, l’UNFPA a fait savoir que plus de 8 millions de personnes ont été touchées par les actions du projet. Quelque 70.000 hommes, femmes, garçons et filles ont été sensibilisés pour adopter des attitudes positives en relation avec la santé sexuelle et reproductive et l’égalité des genres à travers les différentes approches communautaires et environ 870 organisations et réseaux des droits des femmes ont été appuyés pour faire progresser les droits à la santé sexuelle et reproductive et l’égalité des genres. Il y a lieu de noter aussi que dans le cadre de ce même Projet, des milliers de femmes et de filles survivantes à la violence ont été accompagnées et près de 23.100 hommes et jeunes garçons ont été impliqués, dont 1.100 leaders religieux ont été formés pour la sensibilisation des jeunes en situation de vulnérabilité.

Le Projet a aussi contribué à la mise en place de 210 initiatives et mesures pour faire avancer l’accès aux droits à la santé sexuelle et reproductive et l’égalité des genres. Il a connu une forte synergie impliquant plus de 1.400 décideurs et plus de 870 organisations et réseaux des droits des femmes qui ont conduit plusieurs actions de plaidoyer visant à avancer le chantier des réformes législatives, y compris le Code de la famille et le Code pénal.
Lisez nos e-Papers