Menu
Search
Lundi 04 Mars 2024
S'abonner
close
Lundi 04 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Société

Lancement de l'Institut de formation aux métiers de l'alphabétisation

L'Institut de formation aux métiers de l’alphabétisation (IFMA) a été officiellement lancé, vendredi à Rabat, avec l'objectif de doter le Maroc d'un dispositif professionnalisant de qualité dans le domaine à travers une formation hybride, présentielle et à distance.

No Image
La cérémonie de lancement est intervenue lors d’un séminaire international organisé par le Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb (réalisateur du projet) et l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme (ANLCA), avec le soutien financier de l’Union européenne.

>> Lire aussi : Le programme d'alphabétisation dans les mosquées opérationnel dans plus de 7.000 mosquées équipées

L’Institut de formation aux métiers de l'alphabétisation (IFMA) est une initiative inscrite dans la feuille de route de l’ANLCA (2023-2027) pour le développement d’un Institut hybride de formation, associé à la mise en place de l’ingénierie de formation appropriée ciblant quatre métiers essentiels pour cette mission: le manager de formation, le formateur des formateurs, l’encadrant et l’alphabétiseur.

Ce projet vise à former "plus de 21.000 encadrants", a précisé le directeur général de l’ANLCA, Abdelouadoud Kharbouch, dans une déclaration à la presse, soulignant l’importance de former des professionnels aptes pour atteindre une éducation de qualité conforme aux priorités nationales fixées par le Nouveau modèle de développement sous la sage conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

M. Kharbouch a également expliqué que le projet de mise en place de l’IFMA a été planifié sur deux étapes, à savoir le développement du système de formation (développement du contenu des formations, de la plateforme de formation à distance et du dispositif de gouvernance) ainsi que l’expérimentation sur les quatre métiers dans les deux régions pilotes (Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et Béni Mellal-Khénifra).

Dans une allocution à cette occasion, le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports, Younes Sehimi, a affirmé que l'Institut vise à mobiliser des professionnels qualifiés et leur offrir une formation distinguée, poursuivant que ce projet saura renforcer l'indépendance des bénéficiaires et améliorer leurs capacités à s'intégrer dans leur environnement social et économique dans une perspective d'apprentissage tout au long de la vie. Selon M. Sehimi, la création de cet institut contribuera de manière significative à la réalisation des objectifs nationaux et internationaux en la matière.

Dans ce contexte, le directeur régional du Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb, Eric Falt, a relevé que ce projet "est un exemple de déclinaison concrète de la stratégie de l'UNESCO pour l'alphabétisation", soulignant que le Maroc, bien qu'enregistrant des progrès, est toujours "confronté à une prévalence persistante de l'analphabétisme" et que les efforts doivent être doublés pour réaliser les objectifs de développement durable.

Pour sa part, le ministre conseiller, chef de coopération de l’Union européenne au Maroc, Jean Christophe Filori, a affirmé que l'UE est un partenaire fortement engagé dans l'orientation du Maroc dans le secteur de l'éducation, précisant qu'en plus de soutenir la stratégie nationale de lutte contre l'analphabétisme pour plus de 15 ans (générations Alpha I, Alpha II et Alpha III), ce partenariat couvre tous les niveaux d'enseignement.

Le séminaire vise à présenter à l’audience le dispositif de formation développé dans le cadre du projet de mise en place de l’IFMA, partager des connaissances internationales sur les bonnes pratiques en matière de formation aux métiers de l’alphabétisation, explorer les possibilités de partenariats et de collaboration pour la consolidation et le développement de l’IFMA et analyser les besoins et les défis actuels et futurs de cet institut.

L’IFMA marque un pas significatif vers la concrétisation des objectifs du Cadre d’Action de Marrakech de l’UNESCO, en créant une culture de l’apprentissage tout au long de la vie pour surmonter les transitions numérique et climatique et atténuer toutes formes d’inégalité, selon les responsables de l’Institut.
Lisez nos e-Papers