Menu
Search
Samedi 13 Juillet 2024
S'abonner
close
Samedi 13 Juillet 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

Une peau radieuse, mais à quel prix ? Les risques cachés des crèmes éclaircissantes

Derrière la promesse des crèmes éclaircissantes d’avoir une peau radieuse sans imperfections se cachent parfois des dangers insoupçonnés. En effet, bon nombre de ces produits renferment plusieurs substances chimiques nocives pour la santé, telles que le mercure. Une réalité souvent méconnue du grand public.

No Image
Avoir une peau claire sans imperfections est le rêve de toutes les femmes. C’est pourquoi elles sont de plus en plus nombreuses à intégrer des crèmes éclaircissantes dans leur rituel de soin de peau. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’influenceuses font aussi la promotion de ces produits, vantant leurs mérites. Mais ce que plusieurs personnes ignorent est que ces crèmes peuvent contenir souvent un cocktail de substances chimiques nocives, dont le mercure. En effet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) met régulièrement en garde contre cet ingrédient dangereux souvent présent dans les crèmes et savons destinés à éclaircir la peau.



«Le blanchissement de la peau est une pratique courante chez les femmes dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique, notamment au Maroc, qui utilisent des crèmes et des savons pour éclaircir le teint, décolorer les taches de rousseur ou se débarrasser des taches de vieillesse. Mais ces produits cosmétiques peuvent contenir du mercure, en particulier ceux qui sont vendus hors circuit contrôlé», déclare au «Matin» Dr Chaoui Hanane, médecin au Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc. Et d’ajouter que «ces crèmes et savons éclaircissants ont généralement une teneur en mercure supérieure à 1 ppm (1 mg/kg) de mercure, alors que les teneurs tolérées sont inférieures à 1 ppm».

Intoxication par le mercure : un danger mal connu

La spécialiste précise également que le mercure contenu dans ces produits éclaircissants pour la peau peut avoir plusieurs conséquences sur la santé. «Des expositions chroniques aux dérivés inorganiques du mercure ont un impact sur la santé des reins. La sévérité et la réversibilité des lésions dépendent de l’intensité et de la durée de l’exposition. Le mercure ionisé Hg2+ (inorganique) va s’accumuler au niveau des tubules proximaux du rein et la zone superficielle de la médullaire externe», explique Dr Chaoui.

L’exposition au mercure peut aussi avoir des conséquences sur le système neurologique, en particulier chez les femmes enceintes, les bébés et les jeunes enfants qui sont plus vulnérables.

«Suite à ces conséquences sanitaires, ces produits ont été interdits dans de nombreux pays. Cependant, on sait qu’ils sont encore à la disposition des consommateurs qui les achètent notamment à travers Internet et échappent ainsi à toute réglementation ou contrôle. Au Maroc, nous ne disposons pas de données précises sur la disponibilité de ces produits sur le marché ni d’études pour évaluer l’exposition de la femme marocaine à ces produits», affirme notre interlocutrice.

Présence de mercure sur les produits cosmétiques : attention aux mentions sur l’emballage

Afin d’éviter l’utilisation de ces crèmes et savons dangereux et l’exposition de sa santé au danger, le Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc conseille à la population de bien vérifier la composition des produits qu’ils achètent. «Ces produits sont reconnaissables par certaines mentions sur l’emballage qui peuvent signaler la présence de mercure et qui sont : mercure, Hg, iodure de mercure, chlorure mercureux, mercure ammonié, chlorure d’amide de mercure, vif-argent, cinabre (sulfure de mercure), hydrargyri oxydum rubrum (oxyde de mercure), iodure de mercure ou “poison”. Les cosmétiques qui recommandent d’éviter le contact avec l’argent, l’or, le caoutchouc, l’aluminium et les bijoux peuvent aussi indiquer que le produit contient du mercure», signale Dr Chaoui.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.