Menu
Search
Jeudi 18 Avril 2024
S'abonner
close
Jeudi 18 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Société

Taux d'échec élevé à l'examen du permis de conduire : Mise au point de la NARSA

L'Agence Nationale de la Sécurité Routière (NARSA) a réagi face à la polémique sur l'envolée des cas d'échec à l'examen du permis de conduire ainsi que la nature des questions introduites dans le nouveau système. Contrairement aux réclamations des candidats et des auto-écoles, l'Agence affirme qu'il y a eu une nette amélioration du taux de réussite entre le premier et le deuxième jour de l'épreuve.

No Image
Face à la polémique soulevée à la suite de l'envolée du taux d'échec dans l'examen du permis de conduire, la NARSA a publié un communiqué pour clarifier la situation. L'agence indique que l'analyse des données préliminaires a permis de constater que la moyenne des notes variait entre 32/40 et 39/40 pour le permis de type "B", et entre 38/46 et 42/46 pour les autres types de permis.



"La majorité des candidats ont obtenu des résultats proches de la moyenne de réussite", précise la même source, ajoutant que la moyenne des notes à l'échelle nationale était d'environ 23/40 le premier jour, et 28/40 le deuxième jour pour le permis de type "B", et environ 27/46 le premier jour, et 32/46 le deuxième jour pour les autres types. A noter que la moyenne de réussite pour l'épreuve théorique est fixée à 32/40 pour le permis de type "B", et à 38/46 pour les autres types.

La NARSA exhorte l'ensemble des professionnels des auto-écoles et les candidats à adhérer à ce système de réforme pour contribuer à améliorer la sécurité routière dans le Royaume. L'agence appelle ainsi les auto-écoles à assurer un accompagnement des candidats en s'assurant qu'ils sont bien formés sur les cinq axes : route, véhicule, conducteur, règles de circulation et infractions.

La NARSA annonce également la mise à disposition des auto-écoles, à travers la plateforme d'apprentissage "Perminou", des indicateurs sur le niveau de bonnes réponses selon les axes pour les candidats inscrits auprès de chaque établissement.

Par ailleurs, la NARSA a qualifié "d'erronées et incorrectes" les informations et les images relayées sur les réseaux sociaux des questions liées à la conduite sous l'emprise de l'alcool et d'autres liées à l'utilisation de l'autoroute, soulignant que les questions et les images qui circulent sur ces sites "sont falsifiées et n'existent pas dans la nouvelle banque des questions". Et d'ajouter que la NARSA se réserve le droit de prendre toutes les mesures juridiques à l'encontre des promoteurs de ces rumeurs et fake-news.
Lisez nos e-Papers