Menu
Search
Lundi 15 Juillet 2024
S'abonner
close
Lundi 15 Juillet 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

L'Asian Tour, une opportunité pour les golfeurs marocains de se mesurer aux champions du monde (Jalil Benazzouz)

Présent lors de la journée finale de l’International Series de golf, dimanche dernier, le président de la Commission d’organisation des compétitions de la Fédération Royale marocaine de golf, Jalil Benazzouz, a assuré au journal «Le Matin» que ce genre de compétition était une opportunité de choix pour les jeunes golfeurs marocains de se mesurer à des joueurs de haut niveau, dans le but de continuer à progresser afin de rejoindre le rang des golfeurs professionnels. Le responsable fédéral a également indiqué que les nombreux programmes mis en place par la FRMG pour accompagner les jeunes golfeurs donnaient de bons résultats. Concernant la participation d’Inès Laklalech aux JO de Paris 2024, Benazzouz a souligné que la Fédération soutenait son athlète par tous les moyens.

No Image
Le Matin : Comment jugez-vous la participation marocaine lors de cette édition 2024 de l’International Series ?
Jalil Benazzouz : ce genre de compétitions à l’image de l’Asian Tour ou l’European Tour, nous permettent d’avoir des invitations pour nos joueurs, une occasion pour eux d'affronter des joueurs de très haut niveau. Cette année, sur l’Asian Tour, nous avons reçu huit invitations, qui sont passées à onze (cinq professionnels et 6 amateurs) en raison du désistement de plusieurs joueurs asiatiques qui n’ont pas pu faire le déplacement au Maroc. Sur cette édition de l’International Series, la participation marocaine a été moyenne, puisqu’aucun de nos joueurs n’a pu passer le cut, mais cela reste une très grande expérience pour eux, car ils étaient en confrontation avec des joueurs de haut niveau et ça leur permet de mesurer la distance qui leur reste à parcourir pour arriver au haut niveau. Cette expérience ne sera pas la dernière, puisque nos joueurs auront d’autres occasions de briller dans ce genre de compétitions, puisque le Maroc accueillera d’autres événements de ce genre.


La FRMG a lancé plusieurs programmes pour accompagner les jeunes golfeurs dans leurs carrières. Quels sont les résultats de ces programmes ?
Justement, parmi les joueurs qui ont participé à l’International Series Morocco, quatre sont issus d’un programme appelé «Road to the Tour», qui est un programme initié par la Fédération depuis deux ans sous les Hautes Orientations de S.A.R. le Prince Moulay Rachid. C’est un programme qui consiste à prendre des joueurs avec un fort potentiel qui ont un projet sportif et universitaire et nous les accompagnons pour décrocher des places dans des universités américaines afin de terminer leurs études, tout en participant au championnat universitaire américain, qui est le vivier de tous les grands champions de golf au monde. D’ailleurs, sur les 100 meilleurs golfeurs au monde, 80% sont issus de ce sport universitaire américain. Ça reste un des programmes que la FRMG a mis en place, car il y en a d’autres destinés aux joueurs résidant au Maroc, qui ne sont pas encore en mesure de partir aux États-Unis. Ceux-là, nous les accompagnons à travers des stages de formation. Nous avons également des coachs qui les suivent et nous organisons beaucoup de compétitions fédérales pour que ces joueurs puissent compléter leur formation afin de passer au haut niveau et essayer d’atteindre des circuits pros comme l’Asian Tour.


La golfeuse pro Inès Laklalech sera la représentante du Maroc dans les épreuves de golf lors des JO de Paris 2024. Comment la Fédération va-t-elle l’accompagner lors de cet événement planétaire ?
Il faut savoir que cette qualification aux JO est l’aboutissement d’un travail de longue durée pour Inès Laklalech. C’était son objectif principal cette année. Après Maha Haddioui à Rio en 2016 et à Tokyo en 2020, c’est Inès Laklalech qui sera de la partie lors de ce champ très relevé qu’est le tournoi de golf féminin olympique. La Fédération continue à la soutenir par tous les moyens possibles, que ce soit au niveau financier, technique ou administratif. Bien sûr, maintenant qu’elle est qualifiée pour les JO, le Comité national olympique aura un rôle à jouer pour la soutenir via les accords et conventions qui nous lient.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.