Menu
Search
Lundi 22 Avril 2024
S'abonner
close
Lundi 22 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

IR retenu à la source : Les médecins libéraux s’y opposent à leur tour

IR retenu à la source : Les médecins libéraux s’y opposent à leur tour

La Confédération des syndicats marocains des pharmaciens, le syndicat national des médecins du secteur libéral et la fédération nationale des syndicats des médecins-dentistes du secteur libéral ont réagi aux nouvelles dispositions du PLF 2023 liées au régime fiscal. Dans un communiqué, les représentant du secteur ont annoncé :

  • Le rejet catégorique des mesures du PLF qui consistent à augmenter de 10% à 20% l’impôt sur les bénéfices pour les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaire annuel inférieur à 300.000 DH. Les professionnels estiment que cette mesure menace la classe moyenne.
  • Le refus absolu « d’insulter » le corps médical en adoptant le principe du prélèvement à la source de l’impôt.
  • L’engagement envers les organismes nationaux et les syndicats des autres professions libérales en vue de trouver des solutions « justes et adaptées pour maintenir la stabilité du secteur de la santé ».

Les signataires tiennent à rappeler dans leur communiqué que les professions de la santé et de la pharmacie concernées exercent leurs activités dans le cadre des petites et très petites entreprises déjà en difficultés économiques. Ceci-dit, ajoute-t-on, les mesures du PLF 2023 risquent de les fragiliser encore et les conduire à fermer leurs établissements, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la santé publique. « Ce projet vient après l’initiative du corps de s’engager auprès du gouvernement dans le cadre de partenariat qui vise la réconciliation fiscale, ce qui a permis de renflouer les caisses de l’Etat », regrettent les signataires.

A noter que les comptables, les avocats agréés, les architectes et les adouls ont également exprimé le refus du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. La tension persiste pour l’instant et le barreau de Casablanca a décrété une grève d'une semaine.

Lisez nos e-Papers