Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Nation

Délais de paiement : la tendance à l'amélioration se confirme

L'Observatoire des délais de paiement a publié, mardi, son rapport 2023, qui présente une analyse détaillée des délais de paiement de l'État, des collectivités territoriales, des établissements et entreprises publics (EEP) et du secteur privé. Il ressort de cette analyse que les délais de paiement de l'État et des collectivités locales se sont nettement améliorés sur les 6 dernières années, et que ceux des EEP sont sur la même tendance. Quant aux délais interentreprises, ils se sont également améliorés en 2021, témoignant d'un retour à la situation d'avant la crise-Covid.

No Image
Les délais de paiement évoluent généralement vers la baisse, tant dans le secteur public que dans le secteur privé. En effet, la moyenne des délais de paiement de la commande publique en 2022 par l'État et les collectivités territoriales était, selon le rapport 2023 de l'Observatoire des délais de paiement, de 18,33 jours, tandis que celle des EEP était de 33,9 jours en 2022.



Dans le secteur privé, les délais de paiement se sont également nettement améliorés en 2021, avec une proportion d'entreprises payées dans les délais réglementaires de 55% cette année-là, alors que la part des entreprises ayant subi les retards les plus importants (de plus de 120 jours) était de 24% la même année.

Délais de paiement de l'État et des collectivités territoriales : une nette amélioration grâce à la réforme initiée en 2016

Les délais de paiement de la commande publique (qui comprend les marchés publics, les conventions ou contrats de droit commun et les bons de commande) de l’État et des collectivités territoriales en 2022 se sont améliorés légèrement par rapport à 2021, passant de 18,6 à 18,33 jours, nettement en dessous du délai légal de 60 jours. Cette légère progression confirme l'évolution constatée depuis six ans desdits délais pour l'État et les collectivités territoriales, qui s'établissaient à 27,6 jours en 2017. Il est toutefois à signaler que la moyenne des délais de paiement des marchés s’est établie à 32,66 jours en 2022, contre 144 jours en 2016.

Par ailleurs, on apprend dans le rapport que les délais de paiement de l'État et des collectivités territoriales, au titre de l'année 2022, correspondent à une commande publique globale de 62,66 milliards de dirhams pour 203.991 actes d'achats publics (contre 62,2 milliards de dirhams correspondant à 213.577 actes d'achat en 2021). S’agissant du montant total des intérêts moratoires, il s’est élevé en 2022 à 14,7 millions de dirhams, contre 8,5 millions de dirhams en 2021, soit une augmentation de 73%. 98,5% de ce montant payé concerne les retards de paiement imputables à la nature des dépenses «marchés publics», souligne le rapport.

La tendance baissière des délais de paiement des EEP se confirme

Les principales conclusions de l'analyse portant sur les délais de paiement de 190 EEP sur les 271 composant le portefeuille public (162 établissements publics et 28 sociétés anonymes) en 2022 font apparaître la poursuite de la tendance baissière observée ces dernières années. Ces délais sont passés de 55,9 jours en moyenne à fin décembre 2018 à 36,1 jours à fin décembre 2021 et à 33,9 jours à fin décembre 2022.

Par secteurs, le rapport indique que le secteur de l'Habitat, de l'urbanisme et du développement territorial a amélioré significativement son taux de paiement en «60 jours et moins» de 10 points pour atteindre 88% en 2022. Le secteur de l’Agriculture et de la pêche maritime a également amélioré son délai moyen de paiement de 8 jours en passant de 42 jours en 2021 à 34 jours en 2022. Quant au secteur du Tourisme et de l’artisanat, il a enregistré un ralentissement, malgré la reprise, de son délai moyen de paiement de 5 jours pour se situer à 26 jours, souligne le rapport. Pour ce qui est des secteurs «Social, Santé, Éducation et formation» et «Énergies, mines, eau et environnement», révèle la même source, ils sont composés d’EEP qui enregistrent des retards de paiement importants.

Délais de paiement du secteur privé : vers un retour à la situation d'avant la crise

Après la forte détérioration observée en 2020 dans le contexte de la pandémie, les délais de paiement interentreprises ont connu une nette amélioration en 2021, favorisée par le rebond de l’activité économique. Ainsi, précise le rapport qui relaie une analyse de Bank Al-Maghrib, la part des entreprises payées dans les délais réglementaires s’est améliorée en 2021 pour atteindre 55% des entreprises, après une moyenne de 51% au cours des dernières années. En outre, la proportion des entreprises ayant subi les retards les plus longs (au-delà de 120 jours) a baissé de 26% en 2020 à 24% en 2021.

Si ce repli marque un retour à la situation d’avant la crise en matière de délais de paiement, les niveaux enregistrés demeurent toutefois très élevés par rapport aux délais réglementaires. En effet, note le rapport, la moyenne des délais client s’est établie à 154 jours de chiffre d’affaires en 2021 et à 98 jours d’achats du côté fournisseurs. Cette amélioration a touché l’ensemble des tailles d’entreprises, y compris les petites structures. Concernant l’analyse sectorielle, la quasi-totalité des secteurs ont pu réduire leurs délais de paiement, clients et fournisseurs, mis à part le secteur des activités immobilières, où quelques difficultés sont à relever, fait-on observer.

Une autre étude faite par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) fait ressortir aussi une diminution de 11 jours des délais clients PME entre 2020 et 2021, se situant à 115 jours en 2021. Néanmoins, précise le rapport, ces délais demeurent toujours supérieurs aux délais clients de 2019. L’analyse de la CGEM montre également que les délais fournisseurs ont diminué entre 2020 et 2021. Les PME ont répercuté en grande partie l’amélioration de leurs délais clients sur leurs délais fournisseurs. En effet, celles-ci ont payé leurs fournisseurs à 105 jours en 2021, contre 112 jours en 2020. Quant aux grandes entreprises, elles payent plus tardivement leurs fournisseurs qu’elles ne sont payées par leurs clients, ce qui génère un impact positif sur leur trésorerie.