Menu
Search
Vendredi 24 Mai 2024
S'abonner
close
Vendredi 24 Mai 2024
Menu
Search

Pénurie de sang : Appel pour renforcer les réserves à la veille du Ramadan

Avec un stock de trois jours seulement, la situation des réserves de sang au niveau du Centre régional de transfusion sanguine de Casablanca-Settat est loin d’être rassurante. Sa directrice, Amal Darid, lance un appel aux donneurs pour renforcer les réserves à quelques jours du mois sacré du Ramadan.

No Image
La question sur les réserves de sang revient sur le tapis à l’approche du mois sacré du Ramadan dont le début est prévu dans quelques jours. Au niveau du Centre régional de transfusion sanguine de Casablanca-Settat (CRTS), la situation est loin d’être rassurante.

>>Lire aussi : Don de sang : Le Maroc a besoin de plus de 1.000 dons par jour pour l'autosuffisance

«Le stock de sang est assez bas au niveau du CRTS ne dépassant pas les deux à trois jours», s’inquiète la directrice du Centre, Amal Darid, tout en rappelant que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande d’avoir un stock de 7 jours minimum de consommation. Interrogée sur les raisons de cette situation, Amal Darid indique que le Centre connaît actuellement une affluence basse à cause des préparatifs du Ramadan. Et d’ajouter que ceci pourrait s’aggrave puisque des campagnes de collecte de sang ont été annulées à cause des vacances scolaires. «Pour pallier à cette situation, nous avons fait appel à des institutions de l’État comme la direction générale de la sécurité nationale, mais aussi et surtout aux associations de la société civile», note la directrice du CRTS.



À travers ces actions, précise-t-elle, nous cherchons à couvrir au mois la première semaine du mois sacré du Ramadan puisque cette période connaît habituellement une baisse conséquence du stock. Dr Darid appelle à une mobilisation générale tout en précisant que le besoin en poches de sang ne cesse d’augmenter. «Le besoin se situe actuellement entre 500 et 600 poches par jour, ce qui est très difficile à couvrir en l’absence de donneurs volontaires», clarifie-t-elle.

Des actions spéciales pour sécuriser les réserves de sang pendant le Ramadan

Comme à l’accoutumée, des actions seront menées pour éviter la pénurie et répondre aux besoins des citoyens tout au long du mois sacré, comme le confirme Amal Darid. Certaines actions, précise-t-elle, seront déployées en collaboration avec le ministère des Habous et des affaires islamiques ainsi que la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales des préposés religieux. Le but étant, clarifie-t-elle, est de faire des collectes après la rupture du jeûne dans les différentes mosquées de la région de Casablanca-Settat. «Par expérience, ce type d’actions donne ses fruits à condition que les fidèles des “Tarawihs” soient engagés», souligne Amal Darid. Cette dernière estime, en effet, qu’il faut communiquer davantage aux citoyens l’urgence du don de sang, même pendant le mois du Ramadan. Elle tient à rappeler que quelle que soit la période de l’année, une personne peut bel et bien perdre la vie en l’absence d’une transfusion sanguine immédiate. «Des situations comme les opérations chirurgicales, les hémorragies lors d’un accouchement ou encore les accidents de la route sont très critiques et en l’absence de sang, on assiste à des drames», alerte-t-elle. Dr Darid tient à souligner que le traitement de certaines maladies, notamment les cancers, nécessite des transfusions régulières et en grandes quantités et qu’à ce jour, il n’existe aucun traitement ni médicament pouvant se substituer au sang humain. Cela dit, le don du sang reste le seul et unique moyen pour sauver des vies.
Lisez nos e-Papers